L'UCI a annoncé la nouvelle de la suspension mercredi, mais la sanction de 90 jours a débuté le 13 mai. L'affaire concerne une violation des règles antidopage pour la présence d'une substance interdite, le probénécide - qui figure dans la catégorie des "diurétiques et agents masquant" - dans des échantillons collectés les 24 et 31 mars 2019. Ces jours-là, Maes avait remporté les deux premières manches de l'Enduro World Series de mountainbike, l'officieuse Coupe du monde en catégorie enduro. Ces deux résultats sont annulés. Cela ne concerne en revanche pas les résultats obtenus lors de la 3e manche, où il a été testé négatif, a précisé l'UCI. Selon Maes et son équipe GT Factory Racing, le médicament avait été prescrit par un médecin de course officiel après une chute lors d'une épreuve de préparation en Nouvelle-Zélande, où il a contracté une infection à la jambe potentiellement mortelle. Le médecin a confirmé l'histoire par écrit et a confié qu'il ne savait pas, comme Maes, que le produit figurait sur la liste des substances interdites. Maes, 22 ans, avait fait sensation l'an dernier en remportant la dernière manche de Coupe du monde de descente à La Bresse pour ses débuts et en se classant 2e du championnat du monde à Lenzerheide. (Belga)