A Genk, ça chauffe pour Mario Been, qui a succédé à Frankie Vercauteren en début de saison et obtenu une prolongation de contrat (jusqu'en 2014) dès novembre, alors que les résultats à ce moment-là étaient déjà insuffisants. Dans de rares occasions seulement, il a réussi à faire pratiquer un beau football à cette équipe décapitée suite au gain du titre. Les caisses se sont bien remplies depuis l'été dernier mais le 11 de base actuel n'a plus grand-chose à voir avec celui qui été sacré champion de Belgique.

Ce soir, Genk doit battre Gand pour être certain de participer aux play-offs 1. Dans tous les autres cas, le Racing sera dépendant des résultats d'adversaires. Tout indique que le Hollandais sera dégommé dès demain en cas d'échec.

Le weekend passé, le directeur Dirk Degraen s'est carrément rendu dans le vestiaire à la mi-temps du match à Westerlo pour remonter les bretelles de ses joueurs... et de son entraîneur. Hier, Been lui-même a déclaré qu'il trouvait dommage qu'on suspende son sort au résultat du duel contre Gand. C'est pourtant bel et bien le cas. Une personne importante du club nous a confirmé qu'en cas de non-qualification, il y aurait "du mouvement dès ce jeudi".

Qui, alors, pour succéder à Been ? Genk et Vercauteren (sans club depuis peu) oseraient-ils se rapprocher ? Quand l'ex-Diable était arrivé dans ce club, les circonstances étaient semblables à celles d'aujourd'hui. Il avait dirigé le Racing dans les PO2 et l'avait finalement qualifié pour l'Europe. Et c'est clair que depuis son départ chahuté en début de saison, il a une dette vis-à-vis du club.

Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine

A Genk, ça chauffe pour Mario Been, qui a succédé à Frankie Vercauteren en début de saison et obtenu une prolongation de contrat (jusqu'en 2014) dès novembre, alors que les résultats à ce moment-là étaient déjà insuffisants. Dans de rares occasions seulement, il a réussi à faire pratiquer un beau football à cette équipe décapitée suite au gain du titre. Les caisses se sont bien remplies depuis l'été dernier mais le 11 de base actuel n'a plus grand-chose à voir avec celui qui été sacré champion de Belgique. Ce soir, Genk doit battre Gand pour être certain de participer aux play-offs 1. Dans tous les autres cas, le Racing sera dépendant des résultats d'adversaires. Tout indique que le Hollandais sera dégommé dès demain en cas d'échec. Le weekend passé, le directeur Dirk Degraen s'est carrément rendu dans le vestiaire à la mi-temps du match à Westerlo pour remonter les bretelles de ses joueurs... et de son entraîneur. Hier, Been lui-même a déclaré qu'il trouvait dommage qu'on suspende son sort au résultat du duel contre Gand. C'est pourtant bel et bien le cas. Une personne importante du club nous a confirmé qu'en cas de non-qualification, il y aurait "du mouvement dès ce jeudi". Qui, alors, pour succéder à Been ? Genk et Vercauteren (sans club depuis peu) oseraient-ils se rapprocher ? Quand l'ex-Diable était arrivé dans ce club, les circonstances étaient semblables à celles d'aujourd'hui. Il avait dirigé le Racing dans les PO2 et l'avait finalement qualifié pour l'Europe. Et c'est clair que depuis son départ chahuté en début de saison, il a une dette vis-à-vis du club. Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine