"Après tout est possible, mais l'on veut aller au bout, comme tout sportif. Il y a des groupes plus faciles, c'est vrai", a reconnu Marc Wilmots samedi au siège de l'Union belge à Bruxelles. "Ce qui est embêtant, pour nous comme pour Antonio Conte (le sélectionneur italien, ndlr), c'est le premier match contre l'Italie. Nous sommes favoris du groupe avec les Italiens, mais gagner ou perdre le premier match peut changer pas mal de choses. Des équipes peuvent grandir durant le tournoi, nous pas. Il va falloir être prêt directement. Maintenant, on a joué l'Italie en amical, on le connait.

L'Eire est une équipe britannique, comme les Gallois que nous avons joués en qualifications. Et la Suède, on connaît aussi, même si on les a joué en préparation pour la Coupe du monde sans Ibrahimovic. On va prendre match par match. Je ne suis pas très heureux d'avoir hérité de l'Italie. Il fallait l'éviter. Mais je ne suis pas malheureux non plus, ce sont de belles affiches. Si tu veux aller en demies, il faut de toute façon battre presque tout le monde. Tout ce qui compte, c'est sortir des poules. Pour la suite, je ne fais jamais de calculs", dit Wilmots.

Quatre matches de préparation

Marc Wilmots va se réunir avec son staff pour planifier la préparation avant le premier rendez-vous le 13 juin. Les Diables Rouges seront basés, on le sait, à Bordeaux et disputeront sans doute 4 matches de préparation en mars et juin, avant un premier tour de l'Euro 2016 qui les verra jouer à Lyon (face à l'Italie le 13 juin à 21h), à Bordeaux (contre l'Eire le 18 à 15h) et à Nice (face à la Suède le 22 à 21h).

"C'est bien de rester dans le coin, à moins d'une heure de trajet. Cinq jours de repos après le premier match c'est bien aussi pour la récupération. J'aime jouer en soirée. Le match à 15h00.. je me souviens d'un match en Coupe du monde face aux Mexicains l'après-midi à Bordeaux par 46 degrés. Nous verrons, mais cela nous donne 4 jours avant le troisième match, c'est intéressant", a confié Marc Wilmots samedi au siège de l'Union belge à Bruxelles.

"Le parcours idéal, c'est de terminer premier du groupe avec un 8e de finale à Saint-Denis et un quart de finale, "à domicile" encore à Bordeaux, mais je l'ai assez répété, je ne calcule pas. Gagnons d'abord nos trois premiers matches."

La préparation verra les Diables Rouges effectuer un stage à l'étranger et disputer sans doute 4 matches amicaux. "J'ai des options en tête, mais nous devons voir avec le staff l'agencement de notre préparation et savoir contre qui nous allons jouer en amical. Il y aura un ou deux matches en mars et 2 ou 3 en juin. Cela dépend de ce qui est possible, à Bruxelles ou en stage, c'est aussi à définir en sachant que les règlements nous restreignent de ne jouer qu'un match amical contre une équipe qualifiée pour l'Euro. De même, il faut arriver 5 jours avant le premier match. Peut-être ce sera un peu plus tôt à Bordeaux dans notre cas. Nous allons examiner cela à tête reposée." D'ici là, Marc Wilmots a prévu d'aller visiter tous ses Diables Rouges dans leur club en janvier et février.

"Après tout est possible, mais l'on veut aller au bout, comme tout sportif. Il y a des groupes plus faciles, c'est vrai", a reconnu Marc Wilmots samedi au siège de l'Union belge à Bruxelles. "Ce qui est embêtant, pour nous comme pour Antonio Conte (le sélectionneur italien, ndlr), c'est le premier match contre l'Italie. Nous sommes favoris du groupe avec les Italiens, mais gagner ou perdre le premier match peut changer pas mal de choses. Des équipes peuvent grandir durant le tournoi, nous pas. Il va falloir être prêt directement. Maintenant, on a joué l'Italie en amical, on le connait. L'Eire est une équipe britannique, comme les Gallois que nous avons joués en qualifications. Et la Suède, on connaît aussi, même si on les a joué en préparation pour la Coupe du monde sans Ibrahimovic. On va prendre match par match. Je ne suis pas très heureux d'avoir hérité de l'Italie. Il fallait l'éviter. Mais je ne suis pas malheureux non plus, ce sont de belles affiches. Si tu veux aller en demies, il faut de toute façon battre presque tout le monde. Tout ce qui compte, c'est sortir des poules. Pour la suite, je ne fais jamais de calculs", dit Wilmots.Marc Wilmots va se réunir avec son staff pour planifier la préparation avant le premier rendez-vous le 13 juin. Les Diables Rouges seront basés, on le sait, à Bordeaux et disputeront sans doute 4 matches de préparation en mars et juin, avant un premier tour de l'Euro 2016 qui les verra jouer à Lyon (face à l'Italie le 13 juin à 21h), à Bordeaux (contre l'Eire le 18 à 15h) et à Nice (face à la Suède le 22 à 21h). "C'est bien de rester dans le coin, à moins d'une heure de trajet. Cinq jours de repos après le premier match c'est bien aussi pour la récupération. J'aime jouer en soirée. Le match à 15h00.. je me souviens d'un match en Coupe du monde face aux Mexicains l'après-midi à Bordeaux par 46 degrés. Nous verrons, mais cela nous donne 4 jours avant le troisième match, c'est intéressant", a confié Marc Wilmots samedi au siège de l'Union belge à Bruxelles. "Le parcours idéal, c'est de terminer premier du groupe avec un 8e de finale à Saint-Denis et un quart de finale, "à domicile" encore à Bordeaux, mais je l'ai assez répété, je ne calcule pas. Gagnons d'abord nos trois premiers matches." La préparation verra les Diables Rouges effectuer un stage à l'étranger et disputer sans doute 4 matches amicaux. "J'ai des options en tête, mais nous devons voir avec le staff l'agencement de notre préparation et savoir contre qui nous allons jouer en amical. Il y aura un ou deux matches en mars et 2 ou 3 en juin. Cela dépend de ce qui est possible, à Bruxelles ou en stage, c'est aussi à définir en sachant que les règlements nous restreignent de ne jouer qu'un match amical contre une équipe qualifiée pour l'Euro. De même, il faut arriver 5 jours avant le premier match. Peut-être ce sera un peu plus tôt à Bordeaux dans notre cas. Nous allons examiner cela à tête reposée." D'ici là, Marc Wilmots a prévu d'aller visiter tous ses Diables Rouges dans leur club en janvier et février.