"On peut donc dire en gros que ce fut une belle campagne", a commenté le manager sportif de Lotto Soudal Marc Sergeant, lors du stage de préparation de la saison 2019 à Majorque. "Mais les gens retiennent surtout la déception causée au Tour de France. Et c'est vrai qu'on n'a pas été à la hauteur. Mon explication, c'est qu'il aurait fallu régler la situation d'André Greipel avant. Je pense en effet que cet épisode extra-sportif a plombé l'équipe. Les coureurs qui ont des soucis en tête sont en effet rarement performants. A part cela on a aussi eu droit à une bonne dose de malchance, avec les chutes de Tiesj Benoot et de Jens Keukeleire. Terminer le Tour à quatre après les abandons de Greipel et Vanendert n'était pas particulièrement amusant..." "Parmi les meilleurs moments je retiendrai bien sûr Benoot à la Strade Bianche, et Wellens à la Flèche Brabançonne", poursuit Sergeant. "Mais il faudra quand même être encore un peu plus en vue au printemps 2019. Surtout qu'avec l'arrivée dans nos rangs de Caleb Ewan, on va avoir du répondant dans les sprints. Il est en effet selon moi un des cinq meilleurs spécialistes de la dernière ligne droite du peloton. Il devrait donc beaucoup rapporter à l'équipe qui en contrepartie, va l'aider à enfin lever le bras à l'arrivée d'une étape du Tour..." "En résumé", conclut Sergeant, nos objectifs pour 2019 sont clairs: des victoires au sprint, briller aussi bien dans les classiques flamandes que lors du week-end ardennais, se montrer dans les grands tours, mais aussi donner leur chance à Tim et Tiesj dans ceux d'une semaine, comme Paris-Nice ou Tirreno-Adriatico..." (Belga)

"On peut donc dire en gros que ce fut une belle campagne", a commenté le manager sportif de Lotto Soudal Marc Sergeant, lors du stage de préparation de la saison 2019 à Majorque. "Mais les gens retiennent surtout la déception causée au Tour de France. Et c'est vrai qu'on n'a pas été à la hauteur. Mon explication, c'est qu'il aurait fallu régler la situation d'André Greipel avant. Je pense en effet que cet épisode extra-sportif a plombé l'équipe. Les coureurs qui ont des soucis en tête sont en effet rarement performants. A part cela on a aussi eu droit à une bonne dose de malchance, avec les chutes de Tiesj Benoot et de Jens Keukeleire. Terminer le Tour à quatre après les abandons de Greipel et Vanendert n'était pas particulièrement amusant..." "Parmi les meilleurs moments je retiendrai bien sûr Benoot à la Strade Bianche, et Wellens à la Flèche Brabançonne", poursuit Sergeant. "Mais il faudra quand même être encore un peu plus en vue au printemps 2019. Surtout qu'avec l'arrivée dans nos rangs de Caleb Ewan, on va avoir du répondant dans les sprints. Il est en effet selon moi un des cinq meilleurs spécialistes de la dernière ligne droite du peloton. Il devrait donc beaucoup rapporter à l'équipe qui en contrepartie, va l'aider à enfin lever le bras à l'arrivée d'une étape du Tour..." "En résumé", conclut Sergeant, nos objectifs pour 2019 sont clairs: des victoires au sprint, briller aussi bien dans les classiques flamandes que lors du week-end ardennais, se montrer dans les grands tours, mais aussi donner leur chance à Tim et Tiesj dans ceux d'une semaine, comme Paris-Nice ou Tirreno-Adriatico..." (Belga)