Ivan Leko, déjà nominé en 2017, a la double nationalité belge et croate. Seul un coach belge peut en effet se voir attribuer le trophée, quel que soit le pays où il exerce. Eric Gerets, alors sélectionneur de l'équipe nationale du Maroc, a ainsi été le premier lauréat en 2011. Peter Maes (Lokeren) lui a succédé en 2012, Francky Dury (Zulte Waregem) en 2013, Marc Wilmots (Diables Rouges) en 2014, Hein Vanhaezebrouck (La Gantoise) en 2015, Michel Preud'Homme (Club Bruges) en 2016, et Felice Mazzu (Sporting de Charleroi) en 2017. Raymond Goethals, décédé le 6 décembre 2004, est considéré comme le meilleur entraîneur belge de l'histoire. Il fait partie de la lignée rare des coaches qui ont réussi partout. Le jury, principalement constitué d'anciens sélectionneurs, désignera d'ailleurs le lauréat 2018 dans un lieu hautement symbolique, le lundi 3 décembre à "l'Espace Raymond Goethals", dans le stade du RWDM, où la tribune 2 porte également son nom. Molenbeekois pure souche, Raymond Goethals n'a jamais entraîné le club de la commune. Mais il a effectué sa carrière de joueur comme gardien du Daring, et a assisté jusqu'à sa mort à quantité de matches au Stade Edmond Machtens. (Belga)

Ivan Leko, déjà nominé en 2017, a la double nationalité belge et croate. Seul un coach belge peut en effet se voir attribuer le trophée, quel que soit le pays où il exerce. Eric Gerets, alors sélectionneur de l'équipe nationale du Maroc, a ainsi été le premier lauréat en 2011. Peter Maes (Lokeren) lui a succédé en 2012, Francky Dury (Zulte Waregem) en 2013, Marc Wilmots (Diables Rouges) en 2014, Hein Vanhaezebrouck (La Gantoise) en 2015, Michel Preud'Homme (Club Bruges) en 2016, et Felice Mazzu (Sporting de Charleroi) en 2017. Raymond Goethals, décédé le 6 décembre 2004, est considéré comme le meilleur entraîneur belge de l'histoire. Il fait partie de la lignée rare des coaches qui ont réussi partout. Le jury, principalement constitué d'anciens sélectionneurs, désignera d'ailleurs le lauréat 2018 dans un lieu hautement symbolique, le lundi 3 décembre à "l'Espace Raymond Goethals", dans le stade du RWDM, où la tribune 2 porte également son nom. Molenbeekois pure souche, Raymond Goethals n'a jamais entraîné le club de la commune. Mais il a effectué sa carrière de joueur comme gardien du Daring, et a assisté jusqu'à sa mort à quantité de matches au Stade Edmond Machtens. (Belga)