"On a été phénoménaux", a déclaré le brillant milieu de terrain du Real Madrid, capitaine croate. "C'est dommage qu'on n'ait pas réussi à trouver la solution plus tôt, mais nous sommes revenus au score et cela prouve bien notre caractère. Nous avons été meilleurs que l'Angleterre et nous méritons d'être en finale", a ponctué le joueur de 32 ans. Modric a pu compter sur un grand Ivan Perisic mercredi soir à Moscou pour renverser l'Angleterre. L'ancien joueur de Roulers et du Club de Bruges a marqué le premier but croate avant d'offrir le second à Mario Mandzukic. Le milieu offensif de l'Inter Milan parle d'un rêve devenu réalité. "Il y a 20 ans, j'étais chez moi à Omis (lors de la Coupe du monde 1998 où la Croatie a terminé 3e, NDLR). Je supportais la Croatie, avec le maillot de l'équipe nationale sur le dos. Je n'aurais jamais rêvé de le porter en vrai et de marquer l'un des buts les plus importants pour nous envoyer en finale." (Belga)

"On a été phénoménaux", a déclaré le brillant milieu de terrain du Real Madrid, capitaine croate. "C'est dommage qu'on n'ait pas réussi à trouver la solution plus tôt, mais nous sommes revenus au score et cela prouve bien notre caractère. Nous avons été meilleurs que l'Angleterre et nous méritons d'être en finale", a ponctué le joueur de 32 ans. Modric a pu compter sur un grand Ivan Perisic mercredi soir à Moscou pour renverser l'Angleterre. L'ancien joueur de Roulers et du Club de Bruges a marqué le premier but croate avant d'offrir le second à Mario Mandzukic. Le milieu offensif de l'Inter Milan parle d'un rêve devenu réalité. "Il y a 20 ans, j'étais chez moi à Omis (lors de la Coupe du monde 1998 où la Croatie a terminé 3e, NDLR). Je supportais la Croatie, avec le maillot de l'équipe nationale sur le dos. Je n'aurais jamais rêvé de le porter en vrai et de marquer l'un des buts les plus importants pour nous envoyer en finale." (Belga)