Jelle Wallays a honoré la mémoire de Lambrecht, son équipier chez Lotto Soudal, en prenant part à l'échappée du jour. "Nous continuons à courir pour notre Bjorg Lambrecht", a écrit le manager de l'équipe belge John Lelangue pendant la course. Le final a été coloré par la fuite de trois coureurs, le Slovène Matej Mohoric (Bahrain Merida), l'Allemand Simon Geschke (CCC) et l'Éthiopien Tsgabu Grmay (Mitchelton-Scott). Malgré une conséquente débauche d'énergie, le trio a été repris à 7 km de la ligne. C'est donc groupé que le peloton s'est présenté dans le final malgré une grosse accélération de l'équipe Ineos dans le faux-plat montant à 3km du but, tout de même fatale aux purs sprinteurs comme le Néerlandais Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step). Mezgec s'est ensuite imposé dans un sprint disputé en légère montée, devançant Prades et Swift. C'est la 19e victoire en carrière de Mezgec, 31 ans, la troisième en 2019. Le Tchèque Petr Vakoc (Deceuninck-Quick Step) et le Français Pierre Latour (AG2R-La Mondiale) complètent le top-5. Serge Pauwels a terminé 31e et premier Belge. Pascal Ackermann, vainqueur des étapes 1 et 3, a conservé sa tunique de leader et compte 4 secondes d'avance sur Mezgec. L'Allemand de l'équipe BORA-hansgrohe devrait malgré tout avoir plus de difficultés à rester au sommet du classement général jeudi. En effet, la sixième étape verra les coureurs relier Zakopane à Koscielisko sur la distance de 160 kilomètres au gré d'un parcours riche de sept côtes de première catégorie. L'épreuve se terminera vendredi à Bukowina Tatrzanska après une nouvelle journée vallonnée, à l'issue de laquelle on connaîtra le successeur du Polonais Michal Kwiatkowski, absent cette année. (Belga)