Luca Paolini a commencé à prendre des somnifères en 2004, après la mort de son frère. Il est ensuite devenu accro, "un esclave des somnifères". "Ces erreurs m'ont mené à la cocaïne", déclare l'Italien de 38 ans. Paolini dit avoir pris de la cocaïne lors d'un stage à la mi-juin, juste avant le Tour. "Pour moi, c'était inévitable. Je l'ai fait presque sans en avoir conscience. J'étais seul ce soir-là", explique le vainqueur de Gand-Wevelgem. Paoloni a été dans une clinique spécialisée à Vérone pour le soigner de son addiction. "Cela a été une belle parenthèse de ma vie, ma plus importante victoire". Il doit encore comparaître devant le tribunal antidopage de l'UCI. (Belga)

Luca Paolini a commencé à prendre des somnifères en 2004, après la mort de son frère. Il est ensuite devenu accro, "un esclave des somnifères". "Ces erreurs m'ont mené à la cocaïne", déclare l'Italien de 38 ans. Paolini dit avoir pris de la cocaïne lors d'un stage à la mi-juin, juste avant le Tour. "Pour moi, c'était inévitable. Je l'ai fait presque sans en avoir conscience. J'étais seul ce soir-là", explique le vainqueur de Gand-Wevelgem. Paoloni a été dans une clinique spécialisée à Vérone pour le soigner de son addiction. "Cela a été une belle parenthèse de ma vie, ma plus importante victoire". Il doit encore comparaître devant le tribunal antidopage de l'UCI. (Belga)