Paraplégique après un grave accident en 2012, Louis Toussaint s'était découvert une passion pour le para-aviron en 2016. Il a décroché une médaille de bronze lors de la Coupe du monde 2018 à Belgrade et reste sur une 9e place aux championnats d'Europe 2020. Malgré ce résultat, Toussaint a voulu donner une autre suite à sa carrière. D'autant plus qu'une blessure à l'épaule encourue lors de la saison 2018-2019 ralentit son évolution. Champion de Wallonie en cyclisme sur route chez les 15-16 ans, il a donc décidé de revenir à ses premiers amours en se lançant dans le paracyclisme après avoir participé à une soirée de détection sur le circuit de Mettet. Dans sa nouvelle discipline, il concourra dans la classe H3 (la même catégorie que Jean-François Deberg, champion du monde 2018 et vice-champion du monde 2019). En fonction de ses résultats en 2021, il tentera de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris en 2024. (Belga)

Paraplégique après un grave accident en 2012, Louis Toussaint s'était découvert une passion pour le para-aviron en 2016. Il a décroché une médaille de bronze lors de la Coupe du monde 2018 à Belgrade et reste sur une 9e place aux championnats d'Europe 2020. Malgré ce résultat, Toussaint a voulu donner une autre suite à sa carrière. D'autant plus qu'une blessure à l'épaule encourue lors de la saison 2018-2019 ralentit son évolution. Champion de Wallonie en cyclisme sur route chez les 15-16 ans, il a donc décidé de revenir à ses premiers amours en se lançant dans le paracyclisme après avoir participé à une soirée de détection sur le circuit de Mettet. Dans sa nouvelle discipline, il concourra dans la classe H3 (la même catégorie que Jean-François Deberg, champion du monde 2018 et vice-champion du monde 2019). En fonction de ses résultats en 2021, il tentera de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris en 2024. (Belga)