La dernière Grande Boucle féminine avait été organisée en 2009, mais le nouveau format proposé est d'une autre dimension, dans la foulée du développement du cyclisme féminin, et prend la suite de la Course by le Tour de France organisée en marge du Tour de France messieurs de 2014 à 2021. "J'y viserai une victoire d'étape", a confié Lotte Kopecky (SD Worx). "Pour le classement général, nous avons Demi Vollering (P-B) et Ashleigh Moolman (AfS). Je pense que le niveau va être élevé. Chaque équipe va envoyer sa meilleure sélection", a estimé la lauréate du Tour des Flandres et des Strade Bianche cette saison, elle qui fut aussi deuxième de Paris-Roubaix. Le cyclisme féminin a progressé ces dernières années. "Je me suis demandé s'il y aurait assez de coureuses avec l'arrivée de nouvelles équipes. Mais je suis surprise du niveau. Il y a eu beaucoup de progrès et nous devons continuer à professionnaliser le cyclisme féminin. L'instauration d'un salaire minimum est primordial. Cela permet aux filles de se consacrer plus à leur sport, de s'entraîner plus et donc d'être plus fortes", analyse l'Anversoise, 26 ans, passée par Topsport-Vlaanderen, Lotto Soudal puis Liv Racing l'an dernier avant d'effectuer un énorme bond en avant chez SD Worx cette saison. "Il n'y a plus une seule équipe qui peut dominer. Trek-Segafredo, Movistar, FDJ, UAE, Jumbo-Visma ou Team DSM ont développé une section féminine. Le Tour s'annonce très intéressant. Toutes les étapes seront retransmises, il y aura des maillots jaune, vert et à pois, une caravane publicitaire, cela sera très spécial." (Belga)

La dernière Grande Boucle féminine avait été organisée en 2009, mais le nouveau format proposé est d'une autre dimension, dans la foulée du développement du cyclisme féminin, et prend la suite de la Course by le Tour de France organisée en marge du Tour de France messieurs de 2014 à 2021. "J'y viserai une victoire d'étape", a confié Lotte Kopecky (SD Worx). "Pour le classement général, nous avons Demi Vollering (P-B) et Ashleigh Moolman (AfS). Je pense que le niveau va être élevé. Chaque équipe va envoyer sa meilleure sélection", a estimé la lauréate du Tour des Flandres et des Strade Bianche cette saison, elle qui fut aussi deuxième de Paris-Roubaix. Le cyclisme féminin a progressé ces dernières années. "Je me suis demandé s'il y aurait assez de coureuses avec l'arrivée de nouvelles équipes. Mais je suis surprise du niveau. Il y a eu beaucoup de progrès et nous devons continuer à professionnaliser le cyclisme féminin. L'instauration d'un salaire minimum est primordial. Cela permet aux filles de se consacrer plus à leur sport, de s'entraîner plus et donc d'être plus fortes", analyse l'Anversoise, 26 ans, passée par Topsport-Vlaanderen, Lotto Soudal puis Liv Racing l'an dernier avant d'effectuer un énorme bond en avant chez SD Worx cette saison. "Il n'y a plus une seule équipe qui peut dominer. Trek-Segafredo, Movistar, FDJ, UAE, Jumbo-Visma ou Team DSM ont développé une section féminine. Le Tour s'annonce très intéressant. Toutes les étapes seront retransmises, il y aura des maillots jaune, vert et à pois, une caravane publicitaire, cela sera très spécial." (Belga)