Le président Roger Lambrecht (84 ans) cherche depuis longtemps un repreneur mais a toujours refusé de suivre des pistes étrangères. Pourtant, ces derniers mois, on a vu des Chinois à Daknam.

" J'ai eu des entretiens avec des investisseurs chinois ", confirme le président, " mais aussi avec des Anglais et des Qataris. Ce sont des managers, qui placent des joueurs puis s'en vont. Ce n'est pas l'avenir que je veux pour mon club mais le temps presse et je serai peut-être obligé d'opter pour un étranger. "

Lambrecht, entre-temps, prépare la saison à venir. " Nous visons la première colonne. Il nous faut des ailiers, un avant et un numéro dix. "

Rudy Geens, le CEO, a été limogé en janvier. Lambrecht lui a trouvé un successeur. Il s'agit de Marc Van Maele, déjà en poste de novembre 2001 à septembre 2014. Il s'est souvent heurté au président et a démissionné pour échapper au burnout.

Le président a également apaisé les craintes de Willy Reynders, le DT, qui se sentait menacé par la volonté de Georges Leekens de devenir manager à l'anglaise. " L'essentiel est d'être performant. Willy est directeur et reste en charge des transferts, même si Georges a évidemment son mot à dire. "

Par Matthias Stockmans

Le président Roger Lambrecht (84 ans) cherche depuis longtemps un repreneur mais a toujours refusé de suivre des pistes étrangères. Pourtant, ces derniers mois, on a vu des Chinois à Daknam." J'ai eu des entretiens avec des investisseurs chinois ", confirme le président, " mais aussi avec des Anglais et des Qataris. Ce sont des managers, qui placent des joueurs puis s'en vont. Ce n'est pas l'avenir que je veux pour mon club mais le temps presse et je serai peut-être obligé d'opter pour un étranger. "Lambrecht, entre-temps, prépare la saison à venir. " Nous visons la première colonne. Il nous faut des ailiers, un avant et un numéro dix. "Rudy Geens, le CEO, a été limogé en janvier. Lambrecht lui a trouvé un successeur. Il s'agit de Marc Van Maele, déjà en poste de novembre 2001 à septembre 2014. Il s'est souvent heurté au président et a démissionné pour échapper au burnout. Le président a également apaisé les craintes de Willy Reynders, le DT, qui se sentait menacé par la volonté de Georges Leekens de devenir manager à l'anglaise. " L'essentiel est d'être performant. Willy est directeur et reste en charge des transferts, même si Georges a évidemment son mot à dire. "Par Matthias Stockmans