Vous vous souvenez de Michael Krmencik ? Cet attaquant tchèque était arrivé comme le numéro neuf tant attendu du Club Bruges de Philippe Clement, mais n'a jamais vraiment réussi à faire son trou. Loïs Openda connaît bien Krmencik puisqu'il s'est entraîné avec lui chez les Blauw en Zwart. "S'il reçoit la confiance nécessaire, il peut marquer des dizaines de buts", affirmait Openda dans une interview accordée à Sport/Foot Magazine.
...

Vous vous souvenez de Michael Krmencik ? Cet attaquant tchèque était arrivé comme le numéro neuf tant attendu du Club Bruges de Philippe Clement, mais n'a jamais vraiment réussi à faire son trou. Loïs Openda connaît bien Krmencik puisqu'il s'est entraîné avec lui chez les Blauw en Zwart. "S'il reçoit la confiance nécessaire, il peut marquer des dizaines de buts", affirmait Openda dans une interview accordée à Sport/Foot Magazine.C'est aussi la confiance qui manquait à Openda lors de sa période brugeoise. Il a certes reçu des opportunités de jouer tant sous Ivan Leko que Philippe Clement, mais n'a jamais dépassé le statut de "supersub". Il avait surclassé tous ses petits camarades de l'équipe U21 brugeoise, mais la transition avec les grands n'a pas été facile pour lui, comme pour bon nombre de jeunes. "Mon passage au FC Bruges a été plus ou moins un échec", avouait-il dans une interview à la RTBF. "Je n'ai pas eu beaucoup de minutes de jeu et je n'ai pas marqué beaucoup de buts. Mais je n'ai pas de regrets. J'ai beaucoup appris, tant chez les jeunes que chez les professionnels. C'est ça le football. Tu dois te battre." Le jeune attaquant voulait absolument obtenir plus de temps de jeu, mais s'est aussi rendu compte que cela serait difficile au Club. Lors de l'été 2020, Vitesse lui offre une porte de sortie par le biais d'un prêt. Un an plus tard, Openda a indiqué aux dirigeants brugeois qu'il souhaitait poursuivre l'aventure à Arnhem pendant une saison de plus. Il s'y sentait bien et était convaincu qu'il pouvait faire encore mieux. Son principal objectif reste le même: marquer toujours plus de buts.Le jeune belge a réussi son pari puisque, toutes compétitions confondues, il a marqué à 23 reprises cette saison, contre seulement 13 la saison précédente. Avec 18 buts en Eredivisie, il a également terminé deuxième du classement des meilleurs buteurs, derrière l'inapprochable Sébastien Haller qui évolue chez le champion Ajacide.Openda a aussi souvent discuté avec l'entraîneur Thomas Letsch des points qu'il devait améliorer dans son jeu. C'est ainsi qu'il a encore pu progresser autant cette année. C'est un attaquant rapide qui plonge toujours dans les espaces, qui pense toujours en termes de buts et qui est terriblement efficace dans les duels en un contre un. "Mais en plus de ma vitesse et de ma force, j'ai développé d'autres qualités aux Pays-Bas", expliquait-il pour Sport/Foot Magazine. "Je pense avoir beaucoup progressé en jouant dos au but. Aujourd'hui, je peux suivre le ballon, bouger, passer le ballon et je suis aussi plus à l'aise pour jouer en un temps", détaille-t-il encore.Aux Pays-Bas, on le décrit parfois comme un Luis Suárez , c'est-à-dire un attaquant prompt à punir la moindre inattention défensive et qui semble toujours se trouver au bon endroit . Mais aussi comme un Wilfried Bony (qui a aussi joué à Vitesse), car les deux hommes possèdent le don de frapper aux moments les plus inattendus.Un attaquant génial, mais aussi un joueur parfois étrange. Loïs Openda est un numéro 9 qui préfère recevoir le ballon dans l'espace et ensuite chercher l'action individuelle. Il a souvent réussi à s'en sortir cette saison, mais il s'est aussi souvent retrouvé enfermé car il oubliait de lever la tête ou se montrait trop égoïste. Ses coéquipiers ont décidé d'accepter ce défaut, car les réalisations d'Openda ont permis à l'équipe de d'obtenir de bons résultats tant sur la scène nationale que continentale.Le magazine néerlandais Voetbal International le décrit comme "un poison pour les adversaires, mais aussi pour lui-même." Son tempérament sanguin lui joue encore parfois de(s) (vilains) tours. Il a écopé de trop de cartons jaunes et rouges la saison dernière, ce qui a provoqué plus d'une fois la colère de Thomas Letsch. Openda est encore trop souvent impliqué dans les échauffourés de l'opinion générale des observateurs du football néerlandais. Il doit apprendre à se tenir à l'écart des éventuelles zones de tension. Il est également fréquent que des adversaires l'arrêtent fautivement car ils ont simplement été pris de vitesse. Dans ce cas, Openda a tendance à trop se rouler par terre à l'image d'un Neymar. Une attitude qui peut irriter et provoquer certains débuts de bisbrouilles sur le terrain.Un avenir toujours à l'étranger ?Maintenant qu'il a l'occasion de montrer un échantillon de son talent avec Diables Rouges, l'avenir de Loïs Openda semble plus prometteur que jamais. Avec la sélection nationale des moins de 21 ans, il a également joué un rôle majeur dans la qualification pour l'Euro 2023.Son nom est associé à pas mal de rumeurs de transferts ces dernières semaines et il se dit que le PSV et Feyenoord le tiennent à l'oeil. Un retour en Belgique semble impossible et une prolongation de son séjour aux Pays-Bas semble improbable. Il pourrait donc rejoindre l'un des cinq grands championnats, pas nécessairement dans une équipe jouant le haut du tableau. Italie, Espagne ? Il est également intéressé par la France, comme il l'a aussi laissé entendre. On ne sait pas encore quels sont les plans du Club de Bruges avec lui. Le joueur ne semble pas très enthousiaste à l'idée d'un retour au stade Jan Breydel. "Ce serait un pas en arrière", affirmait-il plus tôt cette année à la RTBF.Une chose est sûre, le tourbillon Loïs Openda est lancé. Seul Sebastian Haller a marqué plus de buts que lui en Eredivisie cette saison. C'est le seul aussi à le devancer en termes d'expected goals.Par rapport à la saison dernière, son nombre de tentatives au but a presque doublé : de 2,3 à 3,7 toutes les 90 minutes.Seul Tomas Suslov du FC Groningen (65) a subi plus de fautes qu'Openda (64)Source: Voetbal International