Lionel Taminiaux est satisfait de sa saison 2019, étonné même, et il a envie d'essayer de faire au moins aussi bien en 2020. Le coureur de Jodoigne a fait ses classes dans le pôle de "développement" de son équipe Wallonie-Bruxelles. En 2018, chez les espoirs, on l'avait vu s'imposer au Grand Prix Criquielion, terminer 9e de Paris-Roubaix U23, 8e du championnat national U23. Le Brabançon sait qu'il a fait un grand bond en avant en 2019, dans sa première campagne chez les pros. "J'étais content d'avoir signé deux ans chez Wallonie-Bruxelles en 2019 et d'ainsi pouvoir progresser à mon rythme", explique Lionel Taminiaux. "J'ai mieux réussi en 2019 qu'espéré et le plus difficile sera faire aussi bien en 2020, de confirmer. La saison dernière, j'ai gagné à la Roue Tourangelle et j'ai terminé 3e du Tour de Cologne, deux courses où je ne me suis pas senti le mieux de la saison. J'ai par contre connu des pics de forme où j'étais très bien, notamment au Tour de Belgique, où j'ai terminé 4e des deux premières étapes." L'inter-saison se passe bien pour le jeune coureur wallon, actuellement en stage à Calpe. "Il reste deux semaines avant les premières courses, qui ne comptent pas encore vraiment en ce qui me concerne. Mes premiers objectifs sont les classiques où j'espère être au rendez-vous. Mais, contrairement à l'année passée, alors que je visais davantage les échappées, je devrai, cette saison, attendre plus la finale pour essayer de jouer un rôle, voir mon niveau comparé à celui des coureurs du World Tour. J'ai bénéficié de beaucoup de confiance de l'équipe l'an dernier, si j'ai la même chose à ce niveau, c'est tant mieux. On verra de toute façon le rôle qui me sera attribué en fonction des situations de course. On me dit sprinter, ce que je ne pense pas vraiment. Par contre, dans un groupe de 10-15 coureurs, j'ai une carte à jouer et je pense que l'équipe a besoin de coureurs qui savent aller à l'attaque et encore jouer le résultat." Commentant le profil de son équipe Wallonie-Bruxelles pour 2020, Lionel Taminiaux estime le niveau général plus fort qu'en 2019. "Nous avons certes des jeunes qui vont beaucoup apprendre, mais nous avons surtout de nouveaux coureurs d'expériences, Jelle Vandendert, Sean De Bie, Boris Vallée qui vont amener de la maturité dans l'équipe. Je pense que nous sommes plus forts que l'an dernier." Lionel Taminiaux a signé une dizaine de top 10 en 2019: à côté de son succès à la Roue Tourangelle, le Brabançon s'est classé 3e du Rund um Köln, 6e de Halle-Ingooigem, 7e de la Route Adéline de Vitré et du Circuit Mandel-Lys-Escaut, 8e d'A Travers le Hageland, 9e du Grand Prix Cerami et a terminé la saison à la 14e place de Paris-Tours. (Belga)

Lionel Taminiaux est satisfait de sa saison 2019, étonné même, et il a envie d'essayer de faire au moins aussi bien en 2020. Le coureur de Jodoigne a fait ses classes dans le pôle de "développement" de son équipe Wallonie-Bruxelles. En 2018, chez les espoirs, on l'avait vu s'imposer au Grand Prix Criquielion, terminer 9e de Paris-Roubaix U23, 8e du championnat national U23. Le Brabançon sait qu'il a fait un grand bond en avant en 2019, dans sa première campagne chez les pros. "J'étais content d'avoir signé deux ans chez Wallonie-Bruxelles en 2019 et d'ainsi pouvoir progresser à mon rythme", explique Lionel Taminiaux. "J'ai mieux réussi en 2019 qu'espéré et le plus difficile sera faire aussi bien en 2020, de confirmer. La saison dernière, j'ai gagné à la Roue Tourangelle et j'ai terminé 3e du Tour de Cologne, deux courses où je ne me suis pas senti le mieux de la saison. J'ai par contre connu des pics de forme où j'étais très bien, notamment au Tour de Belgique, où j'ai terminé 4e des deux premières étapes." L'inter-saison se passe bien pour le jeune coureur wallon, actuellement en stage à Calpe. "Il reste deux semaines avant les premières courses, qui ne comptent pas encore vraiment en ce qui me concerne. Mes premiers objectifs sont les classiques où j'espère être au rendez-vous. Mais, contrairement à l'année passée, alors que je visais davantage les échappées, je devrai, cette saison, attendre plus la finale pour essayer de jouer un rôle, voir mon niveau comparé à celui des coureurs du World Tour. J'ai bénéficié de beaucoup de confiance de l'équipe l'an dernier, si j'ai la même chose à ce niveau, c'est tant mieux. On verra de toute façon le rôle qui me sera attribué en fonction des situations de course. On me dit sprinter, ce que je ne pense pas vraiment. Par contre, dans un groupe de 10-15 coureurs, j'ai une carte à jouer et je pense que l'équipe a besoin de coureurs qui savent aller à l'attaque et encore jouer le résultat." Commentant le profil de son équipe Wallonie-Bruxelles pour 2020, Lionel Taminiaux estime le niveau général plus fort qu'en 2019. "Nous avons certes des jeunes qui vont beaucoup apprendre, mais nous avons surtout de nouveaux coureurs d'expériences, Jelle Vandendert, Sean De Bie, Boris Vallée qui vont amener de la maturité dans l'équipe. Je pense que nous sommes plus forts que l'an dernier." Lionel Taminiaux a signé une dizaine de top 10 en 2019: à côté de son succès à la Roue Tourangelle, le Brabançon s'est classé 3e du Rund um Köln, 6e de Halle-Ingooigem, 7e de la Route Adéline de Vitré et du Circuit Mandel-Lys-Escaut, 8e d'A Travers le Hageland, 9e du Grand Prix Cerami et a terminé la saison à la 14e place de Paris-Tours. (Belga)