PROTO : 5 Des arrêts de classe en 1ère mi-temps sur des tentatives d'Edwin Ouon et Patrick Vouho. Mais il se blouse carrément sur le 2e but, en sortant de manière complètement inappropriée puis en repoussant sur le poteau un ballon parfaitement négociable. Sans lui, l'addition aurait pu être plus lourde après 45 minutes. Mais le 2-1 final, c'est pour sa pomme.

ODOI : 4 Depuis le début de la saison, il en est à 5 assists, dont 1 face aux Lilliputiens d'Ekranas. Mais quand l'opposition est plus huppée, on mesure le chemin qu'il lui reste à parcourir pour devenir fiable. Le Louvaniste a été régulièrement dépassé dans son couloir par Edmar.

KOUYATE : 7 Le meilleur défenseur anderlechtois. Ce qui veut à la fois tout et rien dire. Sa vitesse s'est avérée quelquefois précieuse pour rattraper à la course un Patrick Vouho surgi dans le dos de Marcin Wasilewski. Pour le reste, il a eu chaud, au propre comme au figuré, en fermant mal le piège du hors-jeu. A parfois dégagé son camp à l'emporte-pièces aussi.

WASILEWSKI 3 A l'EURO 2012, chacun a pu constater que le Polonais, la trentaine bien entamée, se retourne comme un escargot. Même quand Anderlecht joue bas, ce qui était le cas contre Limassol, le 'bison' parvient à se faire prendre dans le dos par un adversaire. Et une relance dans la 'ruelle' ne constitue toujours pas son point fort. Et ne le sera sans doute jamais.

SAFARI 3 Le Suédois a éprouvé des difficultés avec tous ceux qui se sont présentés dans sa zone, sur le flanc gauche : Paulo Sergio Luciano Bebe. A la construction, il s'est contenté du tarif minimum. Dépassé par les événements, il a pris un carton jaune mérité.

BIGLIA 6 L'un des rares Anderlechtois capables de conserver judicieusement le ballon. Et de le délivrer dans les bons pieds. Dommage que sur les phases arrêtées, ses services ne sont pas aussi pointus : tantôt l'Argentin ne lève pas suffisamment le cuir, tantôt il délivre des ballons en cloche qui font le bonheur du gardien adverse.

KLJESTAN 5 Beaucoup de bonne volonté et un abattage jamais pris en défaut. Mais comme acolyte de Lucas Biglia, il aurait sans doute mieux valu que John Van den Brom aligne Kanu, qui apprivoise mieux le ballon.

KANU 6 Dans son rôle habituel, le Brésilien a parfois voulu trop en faire, en ne se débarrassant pas à temps du ballon. Mais c'est à lui qu'on doit le service décisif sur le but de Dieumerci Mbokani. L'un compense royalement l'autre.

GILLET 5 Les soirées européennes, c'est généralement son truc. Face à l'AEL, il a eu à deux reprises le but au bout du pied droit. Son premier envoi a été détourné par le gardien adverse et le deuxième a échoué à côté du but. A fait preuve d'une grande activité entre les lignes.

JOVANOVIC 4 Le serpent a ondoyé à l'une ou l'autre reprise. Comme sur la première occase, qu'il offre à Gillet. Mais la conclusion a fait défaut dans son chef, en dépit de deux belles occases. Sur la première, son contrôle est approximatif. Quant à la deuxième, elle échoue sur Edwin Ouon. Remplacé par Sacha Iakovenko, Jova a eu le mauvais goût de s'acharner sur une bouteille d'eau, ce qui lui a valu un renvoi aux vestiaires.

MBOKANI 7 Un but de classe qui se révélera peut-être des plus précieux au décompte final pour ses couleurs. Seul en pointe, le Congolais a été l'objet d'un double marquage quasi constant. Ce qui ne l'a pas empêché de faire trembler les filets adverses.

Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

PROTO : 5 Des arrêts de classe en 1ère mi-temps sur des tentatives d'Edwin Ouon et Patrick Vouho. Mais il se blouse carrément sur le 2e but, en sortant de manière complètement inappropriée puis en repoussant sur le poteau un ballon parfaitement négociable. Sans lui, l'addition aurait pu être plus lourde après 45 minutes. Mais le 2-1 final, c'est pour sa pomme. ODOI : 4 Depuis le début de la saison, il en est à 5 assists, dont 1 face aux Lilliputiens d'Ekranas. Mais quand l'opposition est plus huppée, on mesure le chemin qu'il lui reste à parcourir pour devenir fiable. Le Louvaniste a été régulièrement dépassé dans son couloir par Edmar. KOUYATE : 7 Le meilleur défenseur anderlechtois. Ce qui veut à la fois tout et rien dire. Sa vitesse s'est avérée quelquefois précieuse pour rattraper à la course un Patrick Vouho surgi dans le dos de Marcin Wasilewski. Pour le reste, il a eu chaud, au propre comme au figuré, en fermant mal le piège du hors-jeu. A parfois dégagé son camp à l'emporte-pièces aussi. WASILEWSKI 3 A l'EURO 2012, chacun a pu constater que le Polonais, la trentaine bien entamée, se retourne comme un escargot. Même quand Anderlecht joue bas, ce qui était le cas contre Limassol, le 'bison' parvient à se faire prendre dans le dos par un adversaire. Et une relance dans la 'ruelle' ne constitue toujours pas son point fort. Et ne le sera sans doute jamais. SAFARI 3 Le Suédois a éprouvé des difficultés avec tous ceux qui se sont présentés dans sa zone, sur le flanc gauche : Paulo Sergio Luciano Bebe. A la construction, il s'est contenté du tarif minimum. Dépassé par les événements, il a pris un carton jaune mérité. BIGLIA 6 L'un des rares Anderlechtois capables de conserver judicieusement le ballon. Et de le délivrer dans les bons pieds. Dommage que sur les phases arrêtées, ses services ne sont pas aussi pointus : tantôt l'Argentin ne lève pas suffisamment le cuir, tantôt il délivre des ballons en cloche qui font le bonheur du gardien adverse. KLJESTAN 5 Beaucoup de bonne volonté et un abattage jamais pris en défaut. Mais comme acolyte de Lucas Biglia, il aurait sans doute mieux valu que John Van den Brom aligne Kanu, qui apprivoise mieux le ballon. KANU 6 Dans son rôle habituel, le Brésilien a parfois voulu trop en faire, en ne se débarrassant pas à temps du ballon. Mais c'est à lui qu'on doit le service décisif sur le but de Dieumerci Mbokani. L'un compense royalement l'autre. GILLET 5 Les soirées européennes, c'est généralement son truc. Face à l'AEL, il a eu à deux reprises le but au bout du pied droit. Son premier envoi a été détourné par le gardien adverse et le deuxième a échoué à côté du but. A fait preuve d'une grande activité entre les lignes. JOVANOVIC 4 Le serpent a ondoyé à l'une ou l'autre reprise. Comme sur la première occase, qu'il offre à Gillet. Mais la conclusion a fait défaut dans son chef, en dépit de deux belles occases. Sur la première, son contrôle est approximatif. Quant à la deuxième, elle échoue sur Edwin Ouon. Remplacé par Sacha Iakovenko, Jova a eu le mauvais goût de s'acharner sur une bouteille d'eau, ce qui lui a valu un renvoi aux vestiaires. MBOKANI 7 Un but de classe qui se révélera peut-être des plus précieux au décompte final pour ses couleurs. Seul en pointe, le Congolais a été l'objet d'un double marquage quasi constant. Ce qui ne l'a pas empêché de faire trembler les filets adverses. Bruno Govers, Sport/Foot Magazine