"Il a des idées fixes sur le football", explique le journaliste de Marca, Juan Castro. "Il veut un football de passes, offensif et avec des couloirs rapides. Néanmoins, il ne néglige pas l'équilibre défensif. Cette saison, Malaga n'a encaissé que deux buts en Liga. Il a également une bonne communication avec les joueurs qui le respectent énormément."

"C'est un excellent entraîneur", ajoute Javier Prieto Santos de So Foot. "Un homme de projet. C'est le Arsène Wenger de la Liga. Il avait transformé Villarreal en achetant des joueurs jeunes, inconnus et en les faisant progresser, pour ensuite les vendre à prix d'or. C'est lui qui a fait débuter Cazorla là-bas par exemple. Il n'y a pas meilleur coach pour Malaga et Isco."

Mais le plus beau compliment est venu de la bouche de José Carlos Perez, l'ancien directeur technique du club, décédé il y a quelques mois. "L'homme est encore plus impressionnant que l'entraîneur. C'est un véritable seigneur des pieds à la tête."

Stéphane Vande Velde, Sport/Foot Magazine

"Il a des idées fixes sur le football", explique le journaliste de Marca, Juan Castro. "Il veut un football de passes, offensif et avec des couloirs rapides. Néanmoins, il ne néglige pas l'équilibre défensif. Cette saison, Malaga n'a encaissé que deux buts en Liga. Il a également une bonne communication avec les joueurs qui le respectent énormément.""C'est un excellent entraîneur", ajoute Javier Prieto Santos de So Foot. "Un homme de projet. C'est le Arsène Wenger de la Liga. Il avait transformé Villarreal en achetant des joueurs jeunes, inconnus et en les faisant progresser, pour ensuite les vendre à prix d'or. C'est lui qui a fait débuter Cazorla là-bas par exemple. Il n'y a pas meilleur coach pour Malaga et Isco."Mais le plus beau compliment est venu de la bouche de José Carlos Perez, l'ancien directeur technique du club, décédé il y a quelques mois. "L'homme est encore plus impressionnant que l'entraîneur. C'est un véritable seigneur des pieds à la tête."Stéphane Vande Velde, Sport/Foot Magazine