Toujours irrégulier malgré l'arrivée de José Mourinho, Tottenham a dû se réorganiser offensivement en l'absence de ses deux principales armes offensives, Heung-Min Son et Harry Kane. Par contre, Leipzig a été forcé de remanier sa défense en raison des absences de Dayot Upamecano, Willi Orban, Ibrahima Konaté ou encore Kevin Kampl. Comme les Spurs ont délibérément choisi de jouer bas, Leipzig est bien rentré dans son match et Angelino a fracassé le poteau d'un tir d'un angle difficile (2e). Cela semblait facile pour Patrick Schick (17e, 19e), Angelino (20e) et Werner (26e) mais la démonstration (11 tirs tentés pour 3 à Tottenham) n'a pas débouché sur un but parce que Hugo Lloris a gagné un duel avec Werner arrivé seul devant lui (35e). Leipzig est remonté sur le terrain avec les mêmes intentions et Werner a transformé le penalty accordé pour une faute de Ben Davies sur Konrad Laimer (58e). L'équipe allemande n'a pas ralenti le rythme et sur un centre d'Angelino, Werner s'est effacé pour Schick dont la reprise du gauche a été repoussée par Lloris (63e). A partir de ce moment, Tottenham a essayé d'emballer le match et Peter Gulacsi s'est détendu pour écarter un tir de Giovani Lo Celso (73e). Le gardien hongrois a réédité son numéro sur une frappe enroulée du même endroit d'Erik Lamela (85e). Dominateur, Leipzig a bien géré son avance. L'Atalanta a directement déjoué les plans de Valence, qui voulait presser très haut. Avec Josip Ilicic et Alejandro Gomes, la formation italienne s'est placée à 20 mètres de Jaume Domenech, qui a dû se détendre sur un tir de Mario Pasalic du plat du pied gauche au point de penalty (8e). Cependant, le gardien espagnol n'a rien pu faire sur un centre de Gomez aux six mètres pour Hans Hateboer (16e, 1-0). Si l'Atalanta a continué à bien faire circuler le ballon, elle n'en a pas moins connu un creux. Elle a eu la chance que Ferran a tiré sur le poteau (31e) et que Goncalo Guedes a trop croisé son tir du gauche (35e). Les Italiens ont alors retrouvé leur maîtrise tactique et collective, qui a été récompensée par un but d'Ilicic (42e, 2-0). A la reprise, Bergame a carrément pris le dessus sur un Valence sans inspiration. Un bijou de Remo Freuler (57e, 3-0) et une frappe en force de Hateboer (63e, 4-0) ont concrétisé cette suopériorité. Alors qu'ils étaient en plein doute, les joueurs de Valence ont eu la chance de voir Denis Cheryshev, qui venait de montrer au jeu (64e), réduire l'écart (66e, 4-1). (Belga)

Toujours irrégulier malgré l'arrivée de José Mourinho, Tottenham a dû se réorganiser offensivement en l'absence de ses deux principales armes offensives, Heung-Min Son et Harry Kane. Par contre, Leipzig a été forcé de remanier sa défense en raison des absences de Dayot Upamecano, Willi Orban, Ibrahima Konaté ou encore Kevin Kampl. Comme les Spurs ont délibérément choisi de jouer bas, Leipzig est bien rentré dans son match et Angelino a fracassé le poteau d'un tir d'un angle difficile (2e). Cela semblait facile pour Patrick Schick (17e, 19e), Angelino (20e) et Werner (26e) mais la démonstration (11 tirs tentés pour 3 à Tottenham) n'a pas débouché sur un but parce que Hugo Lloris a gagné un duel avec Werner arrivé seul devant lui (35e). Leipzig est remonté sur le terrain avec les mêmes intentions et Werner a transformé le penalty accordé pour une faute de Ben Davies sur Konrad Laimer (58e). L'équipe allemande n'a pas ralenti le rythme et sur un centre d'Angelino, Werner s'est effacé pour Schick dont la reprise du gauche a été repoussée par Lloris (63e). A partir de ce moment, Tottenham a essayé d'emballer le match et Peter Gulacsi s'est détendu pour écarter un tir de Giovani Lo Celso (73e). Le gardien hongrois a réédité son numéro sur une frappe enroulée du même endroit d'Erik Lamela (85e). Dominateur, Leipzig a bien géré son avance. L'Atalanta a directement déjoué les plans de Valence, qui voulait presser très haut. Avec Josip Ilicic et Alejandro Gomes, la formation italienne s'est placée à 20 mètres de Jaume Domenech, qui a dû se détendre sur un tir de Mario Pasalic du plat du pied gauche au point de penalty (8e). Cependant, le gardien espagnol n'a rien pu faire sur un centre de Gomez aux six mètres pour Hans Hateboer (16e, 1-0). Si l'Atalanta a continué à bien faire circuler le ballon, elle n'en a pas moins connu un creux. Elle a eu la chance que Ferran a tiré sur le poteau (31e) et que Goncalo Guedes a trop croisé son tir du gauche (35e). Les Italiens ont alors retrouvé leur maîtrise tactique et collective, qui a été récompensée par un but d'Ilicic (42e, 2-0). A la reprise, Bergame a carrément pris le dessus sur un Valence sans inspiration. Un bijou de Remo Freuler (57e, 3-0) et une frappe en force de Hateboer (63e, 4-0) ont concrétisé cette suopériorité. Alors qu'ils étaient en plein doute, les joueurs de Valence ont eu la chance de voir Denis Cheryshev, qui venait de montrer au jeu (64e), réduire l'écart (66e, 4-1). (Belga)