"Je suis très fier de mes garçons", a déclaré Mazzù. "C'est la Ligue des Champions, le plus haut niveau. La mentalité était géniale. Nous avons eu des semaines difficiles, où l'engagement n'a pas toujours été super non plus. Contre Salzbourg, par exemple, nous n'avons pas joué en équipe. Mais cette fois, cela a été le cas. Je vois cela comme un bon signe pour l'avenir. J'espère que cela nous donnera un coup de pouce. Je ne parle pas seulement de l'équipe, mais aussi du staff et de la direction, bref de tout le club. Je viens de le dire dans le vestiaire. C'est comme ça que je veux toujours voir mon équipe jouer. La qualité est là. Il faut se battre à chaque match, mais ce n'est jamais facile même en Jupiler Pro League. J'ai aimé notre organisation. Tenir le zéro contre une équipe de haut niveau comme Naples, c'est très beau. Nous les avons bien tenus, tant sur le plan offensif que défensif. L'équilibre était là. Notre plan était de plonger dans les espaces derrière leur dos. Avec Bongonda et Ito, nous avons des ailiers très rapides et ça a souvent réussi. Derrière, Hagi devient de plus en plus fort. Il a bien joué entre les lignes. Nous ne verrons pas le meilleur Hagi avant quelques semaines, mais il apporte déjà beaucoup de créativité à l'équipe." Pour finir, il a été demandé à Mazzù ce qu'il pensait de la décision cruciale de l'arbitre de ne pas exclure le milieu napolitain Ruiz, coupable d'une grosse faute sur Ito. "Je ne veux pas en dire trop à ce sujet. Un arbitre doit ressentir une situation. J'avais le sentiment que cela méritait un carton rouge. Ito a été privé d'une grande opportunité, il allait droit au but. Mais la carte jaune était la solution la plus facile pour l'arbitre." (Belga)