La malchance a joué un mauvais tour à Dortmund lorsqu'un tir du droit de Suso a été détourné par Mats Hummels et a pris Marwin Hitz à contre-pied (7e, 1-0). Le Borussia a égalisé sur son premier tir, un missile du droit en pleine lucarne de Mahmoud Dahoud (19e, 1-1). Si les défenseurs ont toujours été dans le coup, les attaquants allemands ont mis du temps à trouver le rythme. Mais après s'être appuyé sur Jadon Sancho, qui lui a remis le ballon dans le dos de la défense d'une pichenette, Haaland a taclé le ballon devant Bono (27e, 1-2). C'était la première partie du récital du Norvégien: après avoir arraché un ballon à Alejandro Gomez, Marco Reus a décalé Haaland, qui a signé un doublé d'un plat du pied gauche aux onze mètres (43e, 1-3). Au début de seconde période, Séville a monopolisé le ballon, sans réussir à se créer de véritables situations dangereuses. A l'heure de jeu, Julen Lopetegui a effectué trois changements mais le fait d'avoir modifié l'ensemble de sa ligne offensive n'a pas eu d'effet radical. Les Sévillans ont vu une frappe enroulée d'Oscar Rodriguez, qui a heurté l'intérieur du montant et la main de Hitz avant de passer devant le but sans en franchir la ligne (74e). Mais Luuk de Jong, qui était monté au jeu (60e), a réduit l'écart (85e, 2-3). Au Stade du Dragon à Porto, une médiocre Juventus a été rapidement menée sur une énorme erreur de Rodrigo Bentancur. Le milieu a remis trop mollement le ballon à son gardien et Mehdi Taremi s'est jeté devant Wojciech Szczesny pour ouvrir le score à bout portant (2e, 1-0). Les Turinois ont mis du temps avant de réussir leurs premiers mouvements offensifs intéressants mais pas assez rapides pour surprendre des Dragons, qui n'avaient pas encore encaissé de but en C1 cette saison. La Juventus s'est encore fait peur lorsque Szczesny a manqué son dégagement et que Sergio Oliveira, à l'affût, a vu sa frappe du gauche déviée de justesse par Matthijs de Ligt (23e). En fait, Agustin Marchesin, le gardien portugais, n'a effectué qu'une parade sur un retourné d'Adrien Rabiot (41e). Sur l'engagement de la deuxième mi-temps, Porto s'est rué en attaque avec Wilson Manafa, qui a percuté à droite avant de servir Moussa Marega. Le Malien a enchaîné très rapidement, faisant le break d'une frappe au premier poteau (46e, 2-0). Ce n'est qu'en fin de match que la Juventus a retrouvé ses jambes et a réduit l'écart par Federico Chiesa sur une passe en retrait de Rabiot (82e, 2-1). (Belga)

La malchance a joué un mauvais tour à Dortmund lorsqu'un tir du droit de Suso a été détourné par Mats Hummels et a pris Marwin Hitz à contre-pied (7e, 1-0). Le Borussia a égalisé sur son premier tir, un missile du droit en pleine lucarne de Mahmoud Dahoud (19e, 1-1). Si les défenseurs ont toujours été dans le coup, les attaquants allemands ont mis du temps à trouver le rythme. Mais après s'être appuyé sur Jadon Sancho, qui lui a remis le ballon dans le dos de la défense d'une pichenette, Haaland a taclé le ballon devant Bono (27e, 1-2). C'était la première partie du récital du Norvégien: après avoir arraché un ballon à Alejandro Gomez, Marco Reus a décalé Haaland, qui a signé un doublé d'un plat du pied gauche aux onze mètres (43e, 1-3). Au début de seconde période, Séville a monopolisé le ballon, sans réussir à se créer de véritables situations dangereuses. A l'heure de jeu, Julen Lopetegui a effectué trois changements mais le fait d'avoir modifié l'ensemble de sa ligne offensive n'a pas eu d'effet radical. Les Sévillans ont vu une frappe enroulée d'Oscar Rodriguez, qui a heurté l'intérieur du montant et la main de Hitz avant de passer devant le but sans en franchir la ligne (74e). Mais Luuk de Jong, qui était monté au jeu (60e), a réduit l'écart (85e, 2-3). Au Stade du Dragon à Porto, une médiocre Juventus a été rapidement menée sur une énorme erreur de Rodrigo Bentancur. Le milieu a remis trop mollement le ballon à son gardien et Mehdi Taremi s'est jeté devant Wojciech Szczesny pour ouvrir le score à bout portant (2e, 1-0). Les Turinois ont mis du temps avant de réussir leurs premiers mouvements offensifs intéressants mais pas assez rapides pour surprendre des Dragons, qui n'avaient pas encore encaissé de but en C1 cette saison. La Juventus s'est encore fait peur lorsque Szczesny a manqué son dégagement et que Sergio Oliveira, à l'affût, a vu sa frappe du gauche déviée de justesse par Matthijs de Ligt (23e). En fait, Agustin Marchesin, le gardien portugais, n'a effectué qu'une parade sur un retourné d'Adrien Rabiot (41e). Sur l'engagement de la deuxième mi-temps, Porto s'est rué en attaque avec Wilson Manafa, qui a percuté à droite avant de servir Moussa Marega. Le Malien a enchaîné très rapidement, faisant le break d'une frappe au premier poteau (46e, 2-0). Ce n'est qu'en fin de match que la Juventus a retrouvé ses jambes et a réduit l'écart par Federico Chiesa sur une passe en retrait de Rabiot (82e, 2-1). (Belga)