"On s'est bien exécuté tant offensivement que défensivement", a argué le stratège américain de Bologne, 25 ans, vainqueur l'an dernier avec Athènes de cette Ligue des Champions dont il dispute le Final Four pour la 3e fois. "Nous irons dans la même optique dimanche peu importe l'adversaire en finale. Notre coach va donner le plan de match et on va essayer de l'exécuter le mieux possible", a ajouté Kevin Punter. "Nous sommes très heureux. On a vraiment bien joué. Les joueurs sont restés bien concentrés durant 40 minutes", savourait Sasha Djordjevic, le coach serbe de la formation italienne, arrivé en cours de saison. "Mais ce n'est qu'une étape, on doit tirer déjà un trait et regarder devant. On doit être prêt pour dimanche, être prêt à jouer avec la même passion, celle qu'affiche notamment Punter. J'aime travailler avec lui. Il adore le jeu et il le montre. Ce sont les clés: garder le sourire, prendre du plaisir à jouer et profiter de chaque instant. Les bonnes choses arrivent ainsi derrière. Et puis vous connaissez ma devise, la défense vous fait gagner des titres, l'attaque vous fait gagner des matchs." "Objectivement, Bologne mérite sa victoire", reconnaissait de son côté et sans ambages le coach italien de Bamberg, Federico Perego. "Nous n'avons pas assez joué en équipe, nous avons commis beaucoup d'erreurs. Ils ont été meilleurs que nous tout simplement." Virtus Bologne, double vainqueur de l'Euroligue (1998 et 2001) attend son adversaire en finale, qui sera Anvers ou Tenerife, pour tenter d'aller chercher une cinquième Coupe d'Europe dans son histoire, mais la première depuis 2009 et son succès en Eurocoupe Challenge. Bologne a aussi remporté la Coupe Saporta en 1990. (Belga)

"On s'est bien exécuté tant offensivement que défensivement", a argué le stratège américain de Bologne, 25 ans, vainqueur l'an dernier avec Athènes de cette Ligue des Champions dont il dispute le Final Four pour la 3e fois. "Nous irons dans la même optique dimanche peu importe l'adversaire en finale. Notre coach va donner le plan de match et on va essayer de l'exécuter le mieux possible", a ajouté Kevin Punter. "Nous sommes très heureux. On a vraiment bien joué. Les joueurs sont restés bien concentrés durant 40 minutes", savourait Sasha Djordjevic, le coach serbe de la formation italienne, arrivé en cours de saison. "Mais ce n'est qu'une étape, on doit tirer déjà un trait et regarder devant. On doit être prêt pour dimanche, être prêt à jouer avec la même passion, celle qu'affiche notamment Punter. J'aime travailler avec lui. Il adore le jeu et il le montre. Ce sont les clés: garder le sourire, prendre du plaisir à jouer et profiter de chaque instant. Les bonnes choses arrivent ainsi derrière. Et puis vous connaissez ma devise, la défense vous fait gagner des titres, l'attaque vous fait gagner des matchs." "Objectivement, Bologne mérite sa victoire", reconnaissait de son côté et sans ambages le coach italien de Bamberg, Federico Perego. "Nous n'avons pas assez joué en équipe, nous avons commis beaucoup d'erreurs. Ils ont été meilleurs que nous tout simplement." Virtus Bologne, double vainqueur de l'Euroligue (1998 et 2001) attend son adversaire en finale, qui sera Anvers ou Tenerife, pour tenter d'aller chercher une cinquième Coupe d'Europe dans son histoire, mais la première depuis 2009 et son succès en Eurocoupe Challenge. Bologne a aussi remporté la Coupe Saporta en 1990. (Belga)