Leverkusen-Barcelone

Le FC Barcelone, distancé par le Real Madrid en Liga, mise tout sur la Ligue des Champions. "Il faut à tout prix que nous gagnons la Ligue des Champions", a lancé Pep Guardiola, l'entraîneur des Blaugrana, à son équipe après la défaite de samedi en championnat contre Osasuna (3-2). Une compétition qui pourrait "sauver" la saison de Barcelone, bien que le club espagnol ait déjà remporté trois titres cette saison (Supercoupe d'Europe, Supercoupe d'Espagne, Championnats du Monde des Clubs).

Malgré tout, Pep Guardiola ne sous-estime pas son adversaire du jour, loin de là : "Les qualités du Bayer Leverkusen m'inquiètent. Leur parcours en phase de groupes est révélateur de leur bon niveau. Ils peuvent offrir un jeu varié avec le ballon, ils peuvent contrer et ont beaucoup marqué sur coup de pied arrêté. (Stefan) Kiessling est dangereux et ils ont de bons joueurs derrière l'attaque, qui peuvent prendre le contrôle du match et nous causer des problèmes", peut-on lire sur le site internet de l'UEFA.

Le Bayern Leverkusen essaiera quant à lui de créer l'exploit. Les Allemands rêvent d'atteindre leur premier quart de finale de Ligue des Champions depuis dix ans et la finale perdue face au Real. Robin Dutt, l'entraîneur du Bayer, sait que le match s'annonce compliqué mais il continue d'y croire : "Nous croyons que tout est possible dans un bon jour. Il y a différentes façons de battre Barcelone. On peut offrir un visage très défensif comme l'Inter l'a vérifié avec succès (en demi-finale 2009/10, ndlr), avec dix joueurs face au ballon. Ou également une approche offensive, avec beaucoup de pressing, que Valence a utilisée pour décrocher deux matches nuls face à eux."


Reste à voir si les Allemands arriveront à contenir les attaquants blaugrana qui ont inscrit une moyenne de quatre buts en déplacement cette saison dans cette compétition. La tâche s'annonce tout de même très compliquée pour le Bayer Leverkusen.

Lyon-APOEL Nicosie :

L'Olympique lyonnais devra impérativement se méfier de son adversaire chypriote d'APOEL Nicosie, que l'on ne connaît finalement que très peu. Rémi Garde, l'entraîneur des Gones, en est bien conscient : "Nous savons que beaucoup de gens croient que nous allons gagner facilement contre l'APOEL. Il est clair que ce n'est pas notre opinion. L'APOEL a réussi une phase de groupes fantastique. C'est un club qui mérite beaucoup de respect, comme toute équipe qui parvient jusqu'à la phase à élimination directe."


Les Lyonnais sont donc prévenus. Surtout après leur défaite surprise ce weekend en championnat de France contre Caen (1-2). "Notre défaite récente en Ligue 1 nous a rendus bien conscients qu'en football il n'est jamais facile d'obtenir un bon résultat. Nous sommes vraiment concentrés sur ce match et nous savons qu'il faudra donner le meilleur pour se qualifier", explique l'entraîneur des Gones sur le site internet de l'UEFA.


L'APOEL, de son côté, a déjà réalisé l'exploit d'être le premier club chypriote à atteindre les huitièmes de finale de cette compétition. Il n'a donc rien à perdre dans cette compétition. Ivan Jovanovic, l'entraîneur de l'APOEL, reconnaît les qualités de son adversaire mais espère tout de même accrocher un bon résultat à l'extérieur. "Ils ont de l'expérience et le but premier dans ce match, pour nous, ce sera de conserver nos chances en vue du match retour. Pendant la phase de groupes, on a fait des choses fantastiques. Nous avons respecté tous nos adversaires. Ce sera le cas encore contre Lyon. C'est une équipe compacte et sérieuse."


Les Gones devront être très solides et très bien organisés pour battre cette équipe chypriote qui adore laisser jouer l'adversaire pour ensuite le surprendre en contre. L'APOEL s'exporte d'ailleurs très bien en C1 : ils ont à chaque fois ramené un point lors de déplacements à priori compliqués au Shakhtar Donetsk, à Porto et au Zenit Saint-Pétersbourg en poule.

Sportfootmagazine.be

Leverkusen-Barcelone Le FC Barcelone, distancé par le Real Madrid en Liga, mise tout sur la Ligue des Champions. "Il faut à tout prix que nous gagnons la Ligue des Champions", a lancé Pep Guardiola, l'entraîneur des Blaugrana, à son équipe après la défaite de samedi en championnat contre Osasuna (3-2). Une compétition qui pourrait "sauver" la saison de Barcelone, bien que le club espagnol ait déjà remporté trois titres cette saison (Supercoupe d'Europe, Supercoupe d'Espagne, Championnats du Monde des Clubs). Malgré tout, Pep Guardiola ne sous-estime pas son adversaire du jour, loin de là : "Les qualités du Bayer Leverkusen m'inquiètent. Leur parcours en phase de groupes est révélateur de leur bon niveau. Ils peuvent offrir un jeu varié avec le ballon, ils peuvent contrer et ont beaucoup marqué sur coup de pied arrêté. (Stefan) Kiessling est dangereux et ils ont de bons joueurs derrière l'attaque, qui peuvent prendre le contrôle du match et nous causer des problèmes", peut-on lire sur le site internet de l'UEFA. Le Bayern Leverkusen essaiera quant à lui de créer l'exploit. Les Allemands rêvent d'atteindre leur premier quart de finale de Ligue des Champions depuis dix ans et la finale perdue face au Real. Robin Dutt, l'entraîneur du Bayer, sait que le match s'annonce compliqué mais il continue d'y croire : "Nous croyons que tout est possible dans un bon jour. Il y a différentes façons de battre Barcelone. On peut offrir un visage très défensif comme l'Inter l'a vérifié avec succès (en demi-finale 2009/10, ndlr), avec dix joueurs face au ballon. Ou également une approche offensive, avec beaucoup de pressing, que Valence a utilisée pour décrocher deux matches nuls face à eux." Reste à voir si les Allemands arriveront à contenir les attaquants blaugrana qui ont inscrit une moyenne de quatre buts en déplacement cette saison dans cette compétition. La tâche s'annonce tout de même très compliquée pour le Bayer Leverkusen. Lyon-APOEL Nicosie : L'Olympique lyonnais devra impérativement se méfier de son adversaire chypriote d'APOEL Nicosie, que l'on ne connaît finalement que très peu. Rémi Garde, l'entraîneur des Gones, en est bien conscient : "Nous savons que beaucoup de gens croient que nous allons gagner facilement contre l'APOEL. Il est clair que ce n'est pas notre opinion. L'APOEL a réussi une phase de groupes fantastique. C'est un club qui mérite beaucoup de respect, comme toute équipe qui parvient jusqu'à la phase à élimination directe." Les Lyonnais sont donc prévenus. Surtout après leur défaite surprise ce weekend en championnat de France contre Caen (1-2). "Notre défaite récente en Ligue 1 nous a rendus bien conscients qu'en football il n'est jamais facile d'obtenir un bon résultat. Nous sommes vraiment concentrés sur ce match et nous savons qu'il faudra donner le meilleur pour se qualifier", explique l'entraîneur des Gones sur le site internet de l'UEFA. L'APOEL, de son côté, a déjà réalisé l'exploit d'être le premier club chypriote à atteindre les huitièmes de finale de cette compétition. Il n'a donc rien à perdre dans cette compétition. Ivan Jovanovic, l'entraîneur de l'APOEL, reconnaît les qualités de son adversaire mais espère tout de même accrocher un bon résultat à l'extérieur. "Ils ont de l'expérience et le but premier dans ce match, pour nous, ce sera de conserver nos chances en vue du match retour. Pendant la phase de groupes, on a fait des choses fantastiques. Nous avons respecté tous nos adversaires. Ce sera le cas encore contre Lyon. C'est une équipe compacte et sérieuse." Les Gones devront être très solides et très bien organisés pour battre cette équipe chypriote qui adore laisser jouer l'adversaire pour ensuite le surprendre en contre. L'APOEL s'exporte d'ailleurs très bien en C1 : ils ont à chaque fois ramené un point lors de déplacements à priori compliqués au Shakhtar Donetsk, à Porto et au Zenit Saint-Pétersbourg en poule. Sportfootmagazine.be