Personne au RSC Anderlecht ne va se plaindre du tirage au sort de la phase de poules de la Ligue des Champions de football effectué jeudi en début de soirée à Monaco, où aucun de ses ses adversaires potentiels des trois premiers chapeaux n'était évidemment modeste. Mais le Groupe C dont le Sporting tentera de s'extraire en se classant parmi les deux (ou trois) premiers promet malgré tout des rencontres relativement équililibrés entre les représentants de quatre des plus belles capitales européennes.

Anderlecht se mesurera en effet au Benfica Lisbonne (Portugal), au Paris Saint-Germain (France) et à l'Olympiacos Le Pirée (Grèce). Seul Benfica n'est toutefois pas champion dans son pays.

Benfica, c'est aussi une des plus belles pages de l'histoire des mauves, qui avaient précisément conquis la Coupe de l'UEFA à Lisbonne (1-1, 1-0 à l'aller) en 1983.

Le Paris Saint Germain et Olympiacos sont en revanche les auteurs de pages beaucoup plus noires.

Vainqueur 5-1 à domicile en match-aller des 1/8-èmes de finale de la Coupe d'Europe des clubs champions 1974-1975, Anderlecht avait été humilié (3-0) au retour à Patras. Il était qualifié. Mais le Président Constant Vanden Stock n'avait pas apprécié, et ne prolongea d'ailleurs pas le contrat de son entraîneur Urbain Braems en fin de saison.

Il avait encore moins apprécié l'élimination en 1/8-ème de finale de la Coupe de L'UEFA contre le PSG (0-0 au Parc des Princes, 1-1 au Parc Astrid) à laquelle ne survécut d'ailleurs que quelques jours l'entraîneur Luka Peruzovic en 1992-1993.

"C'est un bon tirage, mais pas aussi facile que tout le monde le dit", a commenté jeudi à Monaco le président du Paris SG Nasser Al-Khelaïfi, tombé en phase de groupes de Ligue des champions dans une poule rêvée avec Benfica, l'Olympiacos et Anderlecht (Gr. C). "C'est un bon tirage, mais pas aussi facile que tout le monde le croit", a expliqué le dirigeant qatari. "Benfica a une bonne équipe, Olympiacos a une histoire en Coupe d'Europe (Anderlecht également, ndlr)".

"Pour l'instant, on ne pense pas aux objectifs par rapport à l'an passé (quarts de finale), on pense à comment gagner chaque match de groupe, et puis on verra la suite", a-t-il poursuivi.

"Dans un tirage, on peut tomber contre le Real Madrid, Manchester United, on était prêt à jouer contre tout le monde, tous les clubs, et là nous ne pensons qu'à la phase de groupe", a-t-il conclu.

Composition des huit groupes de la première phase de la Ligue des champions (du 17-18 septembre au 10-11 décembre), à la suite du tirage au sort effectué jeudi à Monaco.

Groupe A: Manchester United, Shakhtar Donetsk, Bayer Leverkusen,
Real Sociedad

Groupe B: Real Madrid, Juventus Turin, Galatasaray Istanbul, FC Copenhague

Groupe C: Benfica Lisbonne, Paris Saint-Germain, Olympiacos,
RSCA Anderlecht

Groupe D: Bayern Munich, CSKA Moscou, Manchester City, Viktoria Plzen

Groupe E: Chelsea, Schalke 04 Gelsenkirchen, FC Bâle, Steaua Bucarest

Groupe F: Arsenal, Olympique Marseille, Borussia Dortmund, Naples

Groupe G: FC Porto, Atletico Madrid, Zenit Saint-Pétersbourg,
Austria Vienne

Groupe H: FC Barcelone, AC Milan, Ajax Amsterdam, Celtic Glasgow

Personne au RSC Anderlecht ne va se plaindre du tirage au sort de la phase de poules de la Ligue des Champions de football effectué jeudi en début de soirée à Monaco, où aucun de ses ses adversaires potentiels des trois premiers chapeaux n'était évidemment modeste. Mais le Groupe C dont le Sporting tentera de s'extraire en se classant parmi les deux (ou trois) premiers promet malgré tout des rencontres relativement équililibrés entre les représentants de quatre des plus belles capitales européennes. Anderlecht se mesurera en effet au Benfica Lisbonne (Portugal), au Paris Saint-Germain (France) et à l'Olympiacos Le Pirée (Grèce). Seul Benfica n'est toutefois pas champion dans son pays. Benfica, c'est aussi une des plus belles pages de l'histoire des mauves, qui avaient précisément conquis la Coupe de l'UEFA à Lisbonne (1-1, 1-0 à l'aller) en 1983. Le Paris Saint Germain et Olympiacos sont en revanche les auteurs de pages beaucoup plus noires. Vainqueur 5-1 à domicile en match-aller des 1/8-èmes de finale de la Coupe d'Europe des clubs champions 1974-1975, Anderlecht avait été humilié (3-0) au retour à Patras. Il était qualifié. Mais le Président Constant Vanden Stock n'avait pas apprécié, et ne prolongea d'ailleurs pas le contrat de son entraîneur Urbain Braems en fin de saison. Il avait encore moins apprécié l'élimination en 1/8-ème de finale de la Coupe de L'UEFA contre le PSG (0-0 au Parc des Princes, 1-1 au Parc Astrid) à laquelle ne survécut d'ailleurs que quelques jours l'entraîneur Luka Peruzovic en 1992-1993. "C'est un bon tirage, mais pas aussi facile que tout le monde le dit", a commenté jeudi à Monaco le président du Paris SG Nasser Al-Khelaïfi, tombé en phase de groupes de Ligue des champions dans une poule rêvée avec Benfica, l'Olympiacos et Anderlecht (Gr. C). "C'est un bon tirage, mais pas aussi facile que tout le monde le croit", a expliqué le dirigeant qatari. "Benfica a une bonne équipe, Olympiacos a une histoire en Coupe d'Europe (Anderlecht également, ndlr)". "Pour l'instant, on ne pense pas aux objectifs par rapport à l'an passé (quarts de finale), on pense à comment gagner chaque match de groupe, et puis on verra la suite", a-t-il poursuivi. "Dans un tirage, on peut tomber contre le Real Madrid, Manchester United, on était prêt à jouer contre tout le monde, tous les clubs, et là nous ne pensons qu'à la phase de groupe", a-t-il conclu.