Le mauvais temps étant prévu samedi, certaines épreuves ont été avancées à vendredi soir, dont celle-ci. Le recordman du monde (6m20) n'a pas eu à forcer son talent pour s'imposer pour sa première réunion en plein air, l'Américain Christopher Nilsen, pourtant auteur de la meilleure performance mondiale de l'année en extérieur (6m00), manquant à passer les 5m91. En lice, les frères Lavillenie ne le sont pas restés longtemps. Valentin n'a pas passé la première barre à 5m41et Renaud a buté sur la deuxième fixée vingt centimètres plus haut. Bien loin du record du meeting qu'il avait établi à 6m05 en 2015. L'Américaine Valarie Allman, championne olympique en titre du disque, s'est imposée sans difficulté avec un jet à 68m35 à sa cinquième tentative. Assez loin de sa MPM (71m46). Le saut en hauteur féminin a été remporté par l'Ukrainienne Yaroslava Mahuchikh, toute fraiche championne du monde en salle, qui a passé les 2m00 à son deuxième essai. En demi-fond, le Kényan Joshua Cheptegei, champion olympique en titre qui ambitionnait de battre son record du monde du 5.000 m (12:35.36), en a été assez loin. Il a tout de même réalisé le meilleur chrono de l'année (12:57.99) pour devancer l'Ethiopien Milkesa Mengesha, accrocheur jusqu'au bout (13:01.11). Chez les dames, surprise sur la même distance: l'Ethiopienne Letesenbet Gidey, elle aussi détentrice du record du monde (14:06.62), a été battue par sa compatriote Ejgayehu Taye, qui a passé la ligne en 14:12.98, MPM en prime. MPM aussi sur le 2 miles pour la Burundaise Francine Niyonsaba victorieuse en 8:59.08. (Belga)

Le mauvais temps étant prévu samedi, certaines épreuves ont été avancées à vendredi soir, dont celle-ci. Le recordman du monde (6m20) n'a pas eu à forcer son talent pour s'imposer pour sa première réunion en plein air, l'Américain Christopher Nilsen, pourtant auteur de la meilleure performance mondiale de l'année en extérieur (6m00), manquant à passer les 5m91. En lice, les frères Lavillenie ne le sont pas restés longtemps. Valentin n'a pas passé la première barre à 5m41et Renaud a buté sur la deuxième fixée vingt centimètres plus haut. Bien loin du record du meeting qu'il avait établi à 6m05 en 2015. L'Américaine Valarie Allman, championne olympique en titre du disque, s'est imposée sans difficulté avec un jet à 68m35 à sa cinquième tentative. Assez loin de sa MPM (71m46). Le saut en hauteur féminin a été remporté par l'Ukrainienne Yaroslava Mahuchikh, toute fraiche championne du monde en salle, qui a passé les 2m00 à son deuxième essai. En demi-fond, le Kényan Joshua Cheptegei, champion olympique en titre qui ambitionnait de battre son record du monde du 5.000 m (12:35.36), en a été assez loin. Il a tout de même réalisé le meilleur chrono de l'année (12:57.99) pour devancer l'Ethiopien Milkesa Mengesha, accrocheur jusqu'au bout (13:01.11). Chez les dames, surprise sur la même distance: l'Ethiopienne Letesenbet Gidey, elle aussi détentrice du record du monde (14:06.62), a été battue par sa compatriote Ejgayehu Taye, qui a passé la ligne en 14:12.98, MPM en prime. MPM aussi sur le 2 miles pour la Burundaise Francine Niyonsaba victorieuse en 8:59.08. (Belga)