"La direction de la Fédération et de ses ailes (URBSFA/ACFF/VFV) a abouti à un accord avec le conseil d'entreprise et les syndicats concernant la restructuration du personnel. Évidemment, aujourd'hui ne fut pas une journée agréable car c'est toujours difficile de devoir se séparer de collègues. Cette opération est la conséquence d'un long processus et s'inscrit dans la vision établie en 2011 pour améliorer l'efficacité de notre Fédération", écrit l'URBSFA.

Concrètement, cela signifie que le nombre de licenciements sera limité à 17 personnes. Dans les provinces (ailes francophone et néerlandophone), 17,3 équivalents temps plein seront supprimés au lieu des 21,6 initialement annoncés. "Nous devons nous satisfaire de ce plan basé sur les prépensions et les crédits temps", a expliqué M. Stevens, qui représentait la FGTB. "Les licenciements seront limités aux institutions provinciales. Pour ceux prévus au siège central, nous ne pouvons plus rien faire."

"La direction remercie le conseil d'entreprise et les syndicats pour cette concertation constructive. Dans les semaines à venir, nous appliquerons le plan d'une façon sociale. Avec l'aide de tous les collègues, nous allons continuer de travailler pour poursuivre la modernisation de notre organisation sportive. Nous ne donnerons pas de détails spécifiques concernant ce plan car nous voulons seulement en parler avec les personnes concernées".

Plus de licenciement comme cela à l'avenir

Les personnes licenciées recevront un meilleur dédommagement. "Nous avons obtenu qu'elles reçoivent 125 euros par année d'ancienneté au lieu des 50 proposés", a précisé Stevens. "En outre, l'URBSFA va rédiger une clause selon laquelle des licenciements comme ceux-ci seront pratiquement impossibles à l'avenir."

Il n'y aura donc pas de grève dans notre football. Les syndicats avaient menacé d'y recourir si la tentative de conciliation de ce mercredi après-midi échouait.

"La direction de la Fédération et de ses ailes (URBSFA/ACFF/VFV) a abouti à un accord avec le conseil d'entreprise et les syndicats concernant la restructuration du personnel. Évidemment, aujourd'hui ne fut pas une journée agréable car c'est toujours difficile de devoir se séparer de collègues. Cette opération est la conséquence d'un long processus et s'inscrit dans la vision établie en 2011 pour améliorer l'efficacité de notre Fédération", écrit l'URBSFA.Concrètement, cela signifie que le nombre de licenciements sera limité à 17 personnes. Dans les provinces (ailes francophone et néerlandophone), 17,3 équivalents temps plein seront supprimés au lieu des 21,6 initialement annoncés. "Nous devons nous satisfaire de ce plan basé sur les prépensions et les crédits temps", a expliqué M. Stevens, qui représentait la FGTB. "Les licenciements seront limités aux institutions provinciales. Pour ceux prévus au siège central, nous ne pouvons plus rien faire.""La direction remercie le conseil d'entreprise et les syndicats pour cette concertation constructive. Dans les semaines à venir, nous appliquerons le plan d'une façon sociale. Avec l'aide de tous les collègues, nous allons continuer de travailler pour poursuivre la modernisation de notre organisation sportive. Nous ne donnerons pas de détails spécifiques concernant ce plan car nous voulons seulement en parler avec les personnes concernées".Plus de licenciement comme cela à l'avenirLes personnes licenciées recevront un meilleur dédommagement. "Nous avons obtenu qu'elles reçoivent 125 euros par année d'ancienneté au lieu des 50 proposés", a précisé Stevens. "En outre, l'URBSFA va rédiger une clause selon laquelle des licenciements comme ceux-ci seront pratiquement impossibles à l'avenir."Il n'y aura donc pas de grève dans notre football. Les syndicats avaient menacé d'y recourir si la tentative de conciliation de ce mercredi après-midi échouait.