La Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS) va encore faire patienter Roulers. La décision concernant l'octroi de la licence pour pouvoir évoluer en D1B la saison prochaine pourrait tomber dès vendredi, au plus tard dimanche. Le club de Flandre-Occidentale, qui a défendu son cas par visioconférence jeudi soir, attend le verdict avec confiance.

La moitié des équipes de D1B sont restées sur le carreau début avril, voyant leur demande de licence refusée par la Commission des licences de l'Union belge de football (URBSFA). Outre Roulers, Lokeren, Virton et Lommel étaient aussi concernés.

Roulers a dû se battre contre la faillite toute la saison et n'a pas pu remplir les garanties financières demandées par la Commission des licences. Il manquait des preuves du paiement des salaires, des assurances, des impôts et des cotisations ONSS. Au Schiervelde, il n'y avait d'ailleurs plus aucun entraîneur diplômé.

Après de longues délibérations à la suite du verdict de l'URBSFA, les actionnaires et le conseil d'administration du club ont décidé de donner à Roulers une chance de faire appel devant la CBAS. Depuis lors, tous les joueurs et le personnel auraient été payés intégralement, et les dettes et arriérés de l'ONSS auraient également été réglés.

La Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS) va encore faire patienter Roulers. La décision concernant l'octroi de la licence pour pouvoir évoluer en D1B la saison prochaine pourrait tomber dès vendredi, au plus tard dimanche. Le club de Flandre-Occidentale, qui a défendu son cas par visioconférence jeudi soir, attend le verdict avec confiance.La moitié des équipes de D1B sont restées sur le carreau début avril, voyant leur demande de licence refusée par la Commission des licences de l'Union belge de football (URBSFA). Outre Roulers, Lokeren, Virton et Lommel étaient aussi concernés. Roulers a dû se battre contre la faillite toute la saison et n'a pas pu remplir les garanties financières demandées par la Commission des licences. Il manquait des preuves du paiement des salaires, des assurances, des impôts et des cotisations ONSS. Au Schiervelde, il n'y avait d'ailleurs plus aucun entraîneur diplômé. Après de longues délibérations à la suite du verdict de l'URBSFA, les actionnaires et le conseil d'administration du club ont décidé de donner à Roulers une chance de faire appel devant la CBAS. Depuis lors, tous les joueurs et le personnel auraient été payés intégralement, et les dettes et arriérés de l'ONSS auraient également été réglés.