" On a joué comme un match de gala, sans aucune sécurité derrière ", pestait Damien Marcq au micro de la RTBF après la défaite du Sporting carolo face à Waasland-Beveren. Avec un quatre arrière totalement remanié (seul Dorian Dessoleil était présent au coup d'envoi une semaine plus tôt) devant lui, Nicolas Penneteau s'est retourné à trois reprises, portant à treize son compteur de buts encaissés depuis le début du mois de janvier.

Un chiffre qui place Charleroi au même niveau que Mouscron, OHL ou Saint-Trond. On pourrait rétorquer que Zulte Waregem (15) et Ostende (16) sont encore plus perméables, mais la puissance offensive des deux clubs flandriens est bien supérieure à celle des Zèbres.

Avec 36 buts encaissés depuis le début de saison, le Sporting a déjà fait - beaucoup - moins bien que l'an dernier (31 au terme de la phase classique) alors que deux des trois meilleures attaques du pays se présenteront face à eux dans les quinze jours à venir. Penneteau et Parfait Mandanda n'ont gardé leurs cages inviolées qu'à huit reprises en 28 journées, contre douze clean-sheets la saison dernière.

C'est pourtant bien en défense que les tickets pour le top 6 semblent se distribuer. Seules trois équipes ont encaissé moins d'un but par match de moyenne depuis la reprise. Et ce n'est certainement pas un hasard si cette solidité défensive a permis à Bruges de s'installer en tête, à Genk de retrouver le top 6 et à Courtrai de passer de candidat au maintien à aspirant à une fin de saison de folie qui pourrait mener les hommes de Karim Belhocine aux portes des play-offs 1.

La saison dernière, Charleroi avait su fermer les portes de son rectangle à double tour au bon moment. On avait vanté les mérites d'un Neeskens Kebano aérien sur la route du top 6, mais les Zèbres n'avaient finalement marqué que sept fois entre la 23e et la dernière journée. Cette saison, ils ont trouvé dix fois le chemin des filets depuis cette fameuse 23e journée. Par contre, l'an dernier, ils n'avaient encaissé que deux buts sur les huit derniers matches... Damien Marcq a-t-il visé juste en affirmant que les Carolos jouent " la fleur au fusil " ?

Par Guillaume Gautier

" On a joué comme un match de gala, sans aucune sécurité derrière ", pestait Damien Marcq au micro de la RTBF après la défaite du Sporting carolo face à Waasland-Beveren. Avec un quatre arrière totalement remanié (seul Dorian Dessoleil était présent au coup d'envoi une semaine plus tôt) devant lui, Nicolas Penneteau s'est retourné à trois reprises, portant à treize son compteur de buts encaissés depuis le début du mois de janvier. Un chiffre qui place Charleroi au même niveau que Mouscron, OHL ou Saint-Trond. On pourrait rétorquer que Zulte Waregem (15) et Ostende (16) sont encore plus perméables, mais la puissance offensive des deux clubs flandriens est bien supérieure à celle des Zèbres.Avec 36 buts encaissés depuis le début de saison, le Sporting a déjà fait - beaucoup - moins bien que l'an dernier (31 au terme de la phase classique) alors que deux des trois meilleures attaques du pays se présenteront face à eux dans les quinze jours à venir. Penneteau et Parfait Mandanda n'ont gardé leurs cages inviolées qu'à huit reprises en 28 journées, contre douze clean-sheets la saison dernière.C'est pourtant bien en défense que les tickets pour le top 6 semblent se distribuer. Seules trois équipes ont encaissé moins d'un but par match de moyenne depuis la reprise. Et ce n'est certainement pas un hasard si cette solidité défensive a permis à Bruges de s'installer en tête, à Genk de retrouver le top 6 et à Courtrai de passer de candidat au maintien à aspirant à une fin de saison de folie qui pourrait mener les hommes de Karim Belhocine aux portes des play-offs 1.La saison dernière, Charleroi avait su fermer les portes de son rectangle à double tour au bon moment. On avait vanté les mérites d'un Neeskens Kebano aérien sur la route du top 6, mais les Zèbres n'avaient finalement marqué que sept fois entre la 23e et la dernière journée. Cette saison, ils ont trouvé dix fois le chemin des filets depuis cette fameuse 23e journée. Par contre, l'an dernier, ils n'avaient encaissé que deux buts sur les huit derniers matches... Damien Marcq a-t-il visé juste en affirmant que les Carolos jouent " la fleur au fusil " ?Par Guillaume Gautier