Les Belges abordaient leur 2e semaine de la prestigieuse Ligue des Nations. La semaine dernière en Bulgarie, nos représentantes avaient signé deux victoires face au pays hôte (FIVB 16, 3-2) et contre le Japon (FIVB 6, 3-1), et une défaite contre les Etats-Unis (FIVB 3, 0-3), le champion en titre. Mercredi, l'équipe de l'entraîneur Gert Vande Broek affrontera la Chine, championne olympique et 2e mondiale. Jeudi, ce sera Thaïlande (FIVB 14) qui sera de l'autre côté du filet. Du 4 au 6 juin, la Belgique organisera trois matchs à Courtrai, contre la Russie (FIVB 5), la Pologne (FIVB 26) et la Serbie (FIVB 1). Lors de la quatrième semaine de jeu (11-13 juin), les Yellow Tigers se rendront en Allemagne. Elles rencontreront à Stuttgart les Allemandes (FIVB 15), les Néerlandaises (FIVB 7) et les Dominicaines (FIVB 10). La cinquième et dernière semaine de jeu (18-20 juin) se déroulera en Turquie, avec des duels à Ankara contre les Turques (FIVB 12), les Italiennes (FIVB 8) et les Brésiliennes (FIVB 4). Douze équipes de base sont assurées d'une place à long terme dans cette compétition. Quatre équipes sont des Challengers : la Bulgarie, la Belgique, la Pologne et la République dominicaine. La dernière parmi celles-ci est reléguée. Pour les Yellow Tigers, il est important de devancer au moins un de ces pays après cinq semaines d'intense compétition afin de conserver sa place parmi l'élite du volley mondial. L'an dernier, elles avaient réussi à s'assurer une treizième place (4 victoires-11 défaites). Le tour final à six équipes, se déroulera à Nanjing, en Chine, tout comme l'année dernière. En 2018, les Etats-Unis s'étaient imposés en finale 3-2 face à la Turquie. (Belga)