"J'allais être là de toute façon en tant que vice-capitaine. Mais d'avoir gagné le droit d'être là en tant que joueur de l'équipe... Cela représente beaucoup pour moi", a confié Woods mardi en conférence de presse. Malgré 80 titres sur le circuit ATP, Woods n'a remporté qu'une fois la Ryder Cup en sept participations. "Ce n'est certainement pas quelque chose qui me plaît", a reconnu Woods. "Nous n'avons pas bien joué. En fait, je ne l'ai pas gagnée depuis 1999, et c'est quelque chose qu'heureusement nous pouvons changer. Le 'Tigre' ne sera pas le seul as dans la manche des américains qui n'ont plus remporté de Ryder Cup sur le sol européen depuis 1993 et leur succès 15-13 à Sutton Coldfield en Angleterre. En plus de Woods, le Team USA pourra compter sur le N.1 mondial Dustin Johnson ainsi qu'un double vainqueur de Majeur (US Open et USPGA) Brooks Koepka. Sur les douze joueurs joueurs américains présents, onze font partie du Top-17 du ranking Mondial. L'Europe menée par le capitaine Thomas Björn est beaucoup moins forte sur le papier mais possède dans ses rangs plusieurs joueurs qui peuvent faire la différence. Les précédents dans cette compétition inspirent d'ailleurs l'optimisme. On pense notamment à l'exploit de 2012 surnommé le 'Miracle de Medinah'. À l'époque, l'Europe, qui comptait dans ses rangs Nicolas Colsaerts, s'était présentée en bien mauvaise posture avant la dernière journée (10-6) pour finalement renverser la vapeur et s'imposer 14,5 à 13,5. Cette année, les Européens espèrent donc parcourir les traces de leurs prédécesseurs et s'appuieront sur l'Anglais Justin Rose, le Nord-Irlandais Rory McIlroy et sur les encouragements du public français. Chaque jour, 65.000 spectateurs sont en effet attendus le long du parcours, 75% sont européens. Sur les trois jours, les deux équipes s'affronteront sur huit foursomes, huit fourballs et douze rencontres simples. La première équipe à atteindre 14,5 points remporte la Ryder Cup. En cas de partage, le tenant du titre (les USA) conserve la Ryder Cup. (Belga)

"J'allais être là de toute façon en tant que vice-capitaine. Mais d'avoir gagné le droit d'être là en tant que joueur de l'équipe... Cela représente beaucoup pour moi", a confié Woods mardi en conférence de presse. Malgré 80 titres sur le circuit ATP, Woods n'a remporté qu'une fois la Ryder Cup en sept participations. "Ce n'est certainement pas quelque chose qui me plaît", a reconnu Woods. "Nous n'avons pas bien joué. En fait, je ne l'ai pas gagnée depuis 1999, et c'est quelque chose qu'heureusement nous pouvons changer. Le 'Tigre' ne sera pas le seul as dans la manche des américains qui n'ont plus remporté de Ryder Cup sur le sol européen depuis 1993 et leur succès 15-13 à Sutton Coldfield en Angleterre. En plus de Woods, le Team USA pourra compter sur le N.1 mondial Dustin Johnson ainsi qu'un double vainqueur de Majeur (US Open et USPGA) Brooks Koepka. Sur les douze joueurs joueurs américains présents, onze font partie du Top-17 du ranking Mondial. L'Europe menée par le capitaine Thomas Björn est beaucoup moins forte sur le papier mais possède dans ses rangs plusieurs joueurs qui peuvent faire la différence. Les précédents dans cette compétition inspirent d'ailleurs l'optimisme. On pense notamment à l'exploit de 2012 surnommé le 'Miracle de Medinah'. À l'époque, l'Europe, qui comptait dans ses rangs Nicolas Colsaerts, s'était présentée en bien mauvaise posture avant la dernière journée (10-6) pour finalement renverser la vapeur et s'imposer 14,5 à 13,5. Cette année, les Européens espèrent donc parcourir les traces de leurs prédécesseurs et s'appuieront sur l'Anglais Justin Rose, le Nord-Irlandais Rory McIlroy et sur les encouragements du public français. Chaque jour, 65.000 spectateurs sont en effet attendus le long du parcours, 75% sont européens. Sur les trois jours, les deux équipes s'affronteront sur huit foursomes, huit fourballs et douze rencontres simples. La première équipe à atteindre 14,5 points remporte la Ryder Cup. En cas de partage, le tenant du titre (les USA) conserve la Ryder Cup. (Belga)