Pour obtenir le feu vert des autorités belges, le monde de l'escalade a établi, avec l'aide de médecins et de fédérations internationales, un protocole de mesures afin de limiter au maximum les risques pour la santé publique. Comme d'autres sports, l'escalade entend respecter les règles de distanciation physique, de port de masque, d'hygiène des mains et de respect des consignes générales et en s'appuyant sur le bon sens de chacun. Le CAB souligne que les structures artificielles d'escalade sont exclusivement dédiées à ce sport et qu'un gestionnaire unique peut ainsi contrôler l'ensemble des comportements et flux; que les contacts directs entre pratiquants sont inexistants; qu'il est aisé de nettoyer le matériel pour éviter les risques dans les contacts indirects; et que ce sport n'engendre pas d'hyperventilation et que l'intensité de l'effort n'est pas très haute et en tout cas modulable. Le Club Alpin Belge rappelle que le secteur qui concerne environ 30 salles dans le sud du pays emploie 150 personnes en Fédération Wallonie-Bruxelles et réalise un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros. Les pertes financières sont évaluées à un million d'euros. "L'escalade en Belgique compte 15.000 affiliés, 5.000 du côté francophone et 10.000 du côté flamand", a précisé Marie Pierret, chargée de la communication au CAB, à Belga. Une étude de la fédération internationale (IFSC), datant de 2019, a estimé à 200.000 le nombre de grimpeurs en Belgique "sur base du nombre moyen de grimpeurs par salle, des chiffres de 4 pays avec des chiffres précis et extrapolés, et d'une estimation de Vertical Life, le plus grand site actuellement en ligne. Les chiffres de ces trois sources se recoupaient, et sur base de ceux-ci, l'IFSC considère une estimation de 2,12% de la population comme un pourcentage logique dans un pays comme le nôtre", a précisé Marie Pierret. Il y aurait pas moins de 44,5 millions de grimpeurs dans le monde. L'escalade doit effectuer son apparition au programme olympique lors des Jeux de Tokyo en 2021. (Belga)

Pour obtenir le feu vert des autorités belges, le monde de l'escalade a établi, avec l'aide de médecins et de fédérations internationales, un protocole de mesures afin de limiter au maximum les risques pour la santé publique. Comme d'autres sports, l'escalade entend respecter les règles de distanciation physique, de port de masque, d'hygiène des mains et de respect des consignes générales et en s'appuyant sur le bon sens de chacun. Le CAB souligne que les structures artificielles d'escalade sont exclusivement dédiées à ce sport et qu'un gestionnaire unique peut ainsi contrôler l'ensemble des comportements et flux; que les contacts directs entre pratiquants sont inexistants; qu'il est aisé de nettoyer le matériel pour éviter les risques dans les contacts indirects; et que ce sport n'engendre pas d'hyperventilation et que l'intensité de l'effort n'est pas très haute et en tout cas modulable. Le Club Alpin Belge rappelle que le secteur qui concerne environ 30 salles dans le sud du pays emploie 150 personnes en Fédération Wallonie-Bruxelles et réalise un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros. Les pertes financières sont évaluées à un million d'euros. "L'escalade en Belgique compte 15.000 affiliés, 5.000 du côté francophone et 10.000 du côté flamand", a précisé Marie Pierret, chargée de la communication au CAB, à Belga. Une étude de la fédération internationale (IFSC), datant de 2019, a estimé à 200.000 le nombre de grimpeurs en Belgique "sur base du nombre moyen de grimpeurs par salle, des chiffres de 4 pays avec des chiffres précis et extrapolés, et d'une estimation de Vertical Life, le plus grand site actuellement en ligne. Les chiffres de ces trois sources se recoupaient, et sur base de ceux-ci, l'IFSC considère une estimation de 2,12% de la population comme un pourcentage logique dans un pays comme le nôtre", a précisé Marie Pierret. Il y aurait pas moins de 44,5 millions de grimpeurs dans le monde. L'escalade doit effectuer son apparition au programme olympique lors des Jeux de Tokyo en 2021. (Belga)