Chacun ses spécialités locales. Les Sud-Américains forment des adolescents prêts à tout pour croquer l'Europe à pleine dents ; les Anglais, des teenagers alcooliques surpayés ; les Espagnols, des lilliputiens techniquement supérieurs ; et les Italiens, des simulateurs avertis. Car, c'est bien connu, toute singularité amène son lot de caricatures. Et en foot, comme ailleurs, les préjugés ont la dent dure.
...