La Belgique, 6e au classement européen, débutera son tournoi le dimanche 5 janvier face à la Slovénie (CEV 7), vice-championne d'Europe. Le 6 janvier, les Red Dragons affronteront l'Allemagne (CEV 10) et ils rencontreront la Tchéquie (CEV 11) le lendemain. Dans le groupe B, on retrouve la Serbie (CEV 1), la France (CEV 3), la Bulgarie (CEV 8) et les Pays-Bas (CEV 9). Les deux premiers de chaque groupe disputeront les demi-finales, programmées le jeudi 9 janvier. Seul le vainqueur de la finale du 10 janvier pourra s'envoler pour Tokyo. Début novembre, Brecht Van Kerckhove a jeté l'éponge en tant que sélectionneur après l'élimination en 8e de finale de l'Euro à Anvers. Il a été remplacé par Dominique Baeyens. Ce dernier, qui a dévoilé vendredi sa sélection définitive de 14 joueurs, estime que ce tournoi est une "mission difficile mais certainement pas irréaliste". "Nous ne sommes pas les favoris de ce tournoi, qui réunit des équipes très fortes", a expliqué Baeyens. "Cependant, j'estime que les possibilités de cette équipe sont très élevées. Nous nous rendons à Berlin avec l'idée que nous pouvons mettre en difficulté n'importe quelle équipe. Nous devons saisir chaque occasion qui se présente, mais nous devons aussi nous créer ces opportunités." "C'est une sorte de mini Championnat d'Europe où seule la première place compte avec le ticket olympique afférent", a résumé Sam Deroo, fer de lance de la sélection, qui souligne qu'avec la Serbie, la Slovénie et la France, le premier, le deuxième et le quatrième du dernier Euro sont présents à Berlin. "Disputer les Jeux est le rêve de tout athlète qui se prend au sérieux. Nos chances ne sont pas énormes, mais elles sont là. Avec cet objectif en tête, nous pourrions bien être la surprise de Berlin." (Belga)

La Belgique, 6e au classement européen, débutera son tournoi le dimanche 5 janvier face à la Slovénie (CEV 7), vice-championne d'Europe. Le 6 janvier, les Red Dragons affronteront l'Allemagne (CEV 10) et ils rencontreront la Tchéquie (CEV 11) le lendemain. Dans le groupe B, on retrouve la Serbie (CEV 1), la France (CEV 3), la Bulgarie (CEV 8) et les Pays-Bas (CEV 9). Les deux premiers de chaque groupe disputeront les demi-finales, programmées le jeudi 9 janvier. Seul le vainqueur de la finale du 10 janvier pourra s'envoler pour Tokyo. Début novembre, Brecht Van Kerckhove a jeté l'éponge en tant que sélectionneur après l'élimination en 8e de finale de l'Euro à Anvers. Il a été remplacé par Dominique Baeyens. Ce dernier, qui a dévoilé vendredi sa sélection définitive de 14 joueurs, estime que ce tournoi est une "mission difficile mais certainement pas irréaliste". "Nous ne sommes pas les favoris de ce tournoi, qui réunit des équipes très fortes", a expliqué Baeyens. "Cependant, j'estime que les possibilités de cette équipe sont très élevées. Nous nous rendons à Berlin avec l'idée que nous pouvons mettre en difficulté n'importe quelle équipe. Nous devons saisir chaque occasion qui se présente, mais nous devons aussi nous créer ces opportunités." "C'est une sorte de mini Championnat d'Europe où seule la première place compte avec le ticket olympique afférent", a résumé Sam Deroo, fer de lance de la sélection, qui souligne qu'avec la Serbie, la Slovénie et la France, le premier, le deuxième et le quatrième du dernier Euro sont présents à Berlin. "Disputer les Jeux est le rêve de tout athlète qui se prend au sérieux. Nos chances ne sont pas énormes, mais elles sont là. Avec cet objectif en tête, nous pourrions bien être la surprise de Berlin." (Belga)