"Nous sommes restés actifs sur l'eau depuis la mi-mai, mais individuellement en skiff dans nos clubs respectifs", explique le Gantois Tim Brys, 27 ans. "Tout en respectant les règles de distanciation sociale, nous avons également suivi des séances communes de musculation et de cyclisme", ajoute pour sa part son équipier brugeois de trois ans son cadet. "Cette reprise sur l'eau s'est déroulée comme si on ne s'était jamais quitté, avec directement de très bonnes sensations", selon Van Zandweghe. "Nous sommes un peu comme un vieux couple qui se connaît très bien puisque nous ramons en duo depuis 2015", plaisante Brys, qui a également occupé son confinement en participant avec brio à la 'Container cup', un programme télévisé de divertissement où des sportifs célèbres se mesuraient lors de 7 épreuves distinctes. Notamment meilleur que les cyclistes Remco Evenepoel et Victor Campenaerts sur les 3 km de vélo-spinnning, le Gantois a décroché une belle 4e place finale sur 24 athlètes masculins. Avec les championnats d'Europe de Poznan en point de mire en fin de saison, les protégés de Frans Claes pourront sans doute pour la première fois depuis la crise sanitaire à nouveau se mesurer au gratin européen à la mi-octobre en Pologne (9-11 octobre). "D'ici là ce sera du réglage très fin, soigner les petits détails. Aussi monter doucement en intensité pour parvenir à tenir les cadences folles que l'on observe actuellement en double poids légers, avec quasi 40 coups/minute tout au long des 2.000 mètres de course", précise l'ancien entraîneur du triple olympien Tim Maeyens, 6e des JO d'Athènes et 4e à Pékin en 2008. "Ne pas avoir eu de compétitions durant un long laps de temps n'est en soi pas un problème. Nous y sommes habitués avec nos longs hivers sans course", conclut le duo flandrien, vainqueur final de la Coupe du monde 2018 et prétendant à un top-6, voire un podium, aux JO de Tokyo. (Belga)

"Nous sommes restés actifs sur l'eau depuis la mi-mai, mais individuellement en skiff dans nos clubs respectifs", explique le Gantois Tim Brys, 27 ans. "Tout en respectant les règles de distanciation sociale, nous avons également suivi des séances communes de musculation et de cyclisme", ajoute pour sa part son équipier brugeois de trois ans son cadet. "Cette reprise sur l'eau s'est déroulée comme si on ne s'était jamais quitté, avec directement de très bonnes sensations", selon Van Zandweghe. "Nous sommes un peu comme un vieux couple qui se connaît très bien puisque nous ramons en duo depuis 2015", plaisante Brys, qui a également occupé son confinement en participant avec brio à la 'Container cup', un programme télévisé de divertissement où des sportifs célèbres se mesuraient lors de 7 épreuves distinctes. Notamment meilleur que les cyclistes Remco Evenepoel et Victor Campenaerts sur les 3 km de vélo-spinnning, le Gantois a décroché une belle 4e place finale sur 24 athlètes masculins. Avec les championnats d'Europe de Poznan en point de mire en fin de saison, les protégés de Frans Claes pourront sans doute pour la première fois depuis la crise sanitaire à nouveau se mesurer au gratin européen à la mi-octobre en Pologne (9-11 octobre). "D'ici là ce sera du réglage très fin, soigner les petits détails. Aussi monter doucement en intensité pour parvenir à tenir les cadences folles que l'on observe actuellement en double poids légers, avec quasi 40 coups/minute tout au long des 2.000 mètres de course", précise l'ancien entraîneur du triple olympien Tim Maeyens, 6e des JO d'Athènes et 4e à Pékin en 2008. "Ne pas avoir eu de compétitions durant un long laps de temps n'est en soi pas un problème. Nous y sommes habitués avec nos longs hivers sans course", conclut le duo flandrien, vainqueur final de la Coupe du monde 2018 et prétendant à un top-6, voire un podium, aux JO de Tokyo. (Belga)