Les matches de play-offs 2, on s'en fout un peu et ça va encore durer quelques semaines. Pendant ce temps-là, la direction du Standard prépare la saison prochaine. L'objectif déjà avoué est le titre. Comment ? Avec qui ? Avec quels moyens ? On essaie d'y voir plus clair.

QUELS PROFILS ENTRANTS ?

Il y aura moins d'arrivées que lors des deux dernières périodes de transferts. Pour résumer, les patrons liégeois se concentrent sur la recherche de taille et sur du belge car il y en a trop peu dans le noyau actuel. Un joueur était souhaité en janvier mais il a choisi de se lier à Gand : Rob Schoofs. Au Standard, on est toujours sous le charme de son abattage, de sa mentalité, de son intelligence, de son éducation.

Un autre animateur du championnat alimente les conversations à Sclessin : Sofiane Hanni. Reste à voir si la guéguerre née avec le débauchage d'Olivier Renard ne parasiterait pas dès le départ une discussion entre le Standard et Malines. Le Franco-Algérien aurait en tout cas avoué à un cadre de l'équipe rouche que s'il recevait une proposition, il était partant. Il y a aussi John Bostock, l'Anglais qui a fait la culbute en D2 avec Louvain. Le Standard a déjà envisagé son transfert en janvier, et Bostock a un avocat de choix : son grand ami Paul-José Mpoku, resté très proche de Bruno Venanzi. Ils sont toujours très régulièrement en contact.

On peut s'attendre à voir débarquer un nouveau gardien pour la saison prochaine. Un titulaire potentiel. Plusieurs éléments indiquent que la confiance en Guillaume Hubert est limitée. Quand le Standard a fait venir Victor Valdés, ce n'était pas simplement pour faire un gros coup de pub. C'était aussi parce que les responsables sportifs trouvaient Hubert encore un peu tendre. "Il avait besoin d'encadrement", entend-on à l'Académie. Aujourd'hui, le fait qu'il ne dispute pas tous les matches de play-offs ajoute au doute sur son futur. Aussi entendu à l'Académie : "Promettre à un gardien de but qu'il sera le numéro 1, c'est toujours délicat." CQFD : Guillaume Hubert n'a pas que des partisans et n'est sûr de rien.

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré au Standard dans la zone + et dans votre Sport/Foot Magazine

Les matches de play-offs 2, on s'en fout un peu et ça va encore durer quelques semaines. Pendant ce temps-là, la direction du Standard prépare la saison prochaine. L'objectif déjà avoué est le titre. Comment ? Avec qui ? Avec quels moyens ? On essaie d'y voir plus clair.QUELS PROFILS ENTRANTS ?Il y aura moins d'arrivées que lors des deux dernières périodes de transferts. Pour résumer, les patrons liégeois se concentrent sur la recherche de taille et sur du belge car il y en a trop peu dans le noyau actuel. Un joueur était souhaité en janvier mais il a choisi de se lier à Gand : Rob Schoofs. Au Standard, on est toujours sous le charme de son abattage, de sa mentalité, de son intelligence, de son éducation.Un autre animateur du championnat alimente les conversations à Sclessin : Sofiane Hanni. Reste à voir si la guéguerre née avec le débauchage d'Olivier Renard ne parasiterait pas dès le départ une discussion entre le Standard et Malines. Le Franco-Algérien aurait en tout cas avoué à un cadre de l'équipe rouche que s'il recevait une proposition, il était partant. Il y a aussi John Bostock, l'Anglais qui a fait la culbute en D2 avec Louvain. Le Standard a déjà envisagé son transfert en janvier, et Bostock a un avocat de choix : son grand ami Paul-José Mpoku, resté très proche de Bruno Venanzi. Ils sont toujours très régulièrement en contact.On peut s'attendre à voir débarquer un nouveau gardien pour la saison prochaine. Un titulaire potentiel. Plusieurs éléments indiquent que la confiance en Guillaume Hubert est limitée. Quand le Standard a fait venir Victor Valdés, ce n'était pas simplement pour faire un gros coup de pub. C'était aussi parce que les responsables sportifs trouvaient Hubert encore un peu tendre. "Il avait besoin d'encadrement", entend-on à l'Académie. Aujourd'hui, le fait qu'il ne dispute pas tous les matches de play-offs ajoute au doute sur son futur. Aussi entendu à l'Académie : "Promettre à un gardien de but qu'il sera le numéro 1, c'est toujours délicat." CQFD : Guillaume Hubert n'a pas que des partisans et n'est sûr de rien.Par Pierre DanvoyeRetrouvez l'intégralité de l'article consacré au Standard dans la zone + et dans votre Sport/Foot Magazine