"Le brassard rouge qu'on impose aux entraîneurs me rappelle les pages les plus sombres du communisme."

"Si tu es très intelligent, tu ne deviens pas footballeur."

"Je suis clean dans ma tête."

"A Al Ahli, un prince voulait s'occuper des gars qui ne jouaient pas. Moi, je me concentre d'abord sur les joueurs qui jouent."

"No balls, no fire. Impossible de bien fonctionner si tu n'as pas de balles dans ton pantalon."

"Les play-offs, c'est juste bien pour un championnat de hockey sur glace."

"Quand je suis arrivé en Belgique, personne ne jouait en 4-3-3. J'ai fait une révolution. Mais sans effusion de sang."

"A Bruges, la main droite ne sait pas ce que fait la main gauche."

"Depuis que je suis dans le foot, je me trouve dans le camp des vainqueurs. Comme joueur, puis comme entraîneur."

"Mets-moi près de Van Buyten en défense centrale et personne ne passe. Béton ! Je le rendrais excellent."

"Si tu es fatigué en jouant deux matches par semaine, arrête le foot."

"J'espère que je ne me retrouverai jamais dans une situation où je déciderai de défendre pour être dangereux."

"Je suis de près le handball et le hockey sur glace, deux sports où on maîtrise l'art du passing."

"Pourquoi je serais allé sur le terrain lors de mes premiers jours à Gand alors qu'il drachait tout le temps ?"

"Je ne dis jamais à des dirigeants combien je veux gagner. Je leur laisse faire une proposition, puis je dis oui ou non."

"Tous les clubs où je suis passé ont gagné de l'argent : grâce à mon salaire limité et aux trophées que je leur ai permis de remporter."

"Quand tu as des problèmes avec tout le monde, tu dois pouvoir admettre que le problème, c'est toi."

"Ma carrière m'intéresse bien moins que mon bonheur. Le foot ne fait pas mon bonheur, ce n'est qu'un hobby."

"Si tu as peur de perdre, tu ne peux jamais gagner."

"Sur le terrain et autour, il y aura bientôt plus d'arbitres que de joueurs. Il faut faire gaffe."

"Avec ma façon de travailler, je pourrais être une sensation en Bundesliga."

Sport/Foot Magazine

"Le brassard rouge qu'on impose aux entraîneurs me rappelle les pages les plus sombres du communisme." "Si tu es très intelligent, tu ne deviens pas footballeur." "Je suis clean dans ma tête." "A Al Ahli, un prince voulait s'occuper des gars qui ne jouaient pas. Moi, je me concentre d'abord sur les joueurs qui jouent." "No balls, no fire. Impossible de bien fonctionner si tu n'as pas de balles dans ton pantalon." "Les play-offs, c'est juste bien pour un championnat de hockey sur glace." "Quand je suis arrivé en Belgique, personne ne jouait en 4-3-3. J'ai fait une révolution. Mais sans effusion de sang." "A Bruges, la main droite ne sait pas ce que fait la main gauche." "Depuis que je suis dans le foot, je me trouve dans le camp des vainqueurs. Comme joueur, puis comme entraîneur." "Mets-moi près de Van Buyten en défense centrale et personne ne passe. Béton ! Je le rendrais excellent." "Si tu es fatigué en jouant deux matches par semaine, arrête le foot." "J'espère que je ne me retrouverai jamais dans une situation où je déciderai de défendre pour être dangereux." "Je suis de près le handball et le hockey sur glace, deux sports où on maîtrise l'art du passing." "Pourquoi je serais allé sur le terrain lors de mes premiers jours à Gand alors qu'il drachait tout le temps ?" "Je ne dis jamais à des dirigeants combien je veux gagner. Je leur laisse faire une proposition, puis je dis oui ou non." "Tous les clubs où je suis passé ont gagné de l'argent : grâce à mon salaire limité et aux trophées que je leur ai permis de remporter." "Quand tu as des problèmes avec tout le monde, tu dois pouvoir admettre que le problème, c'est toi." "Ma carrière m'intéresse bien moins que mon bonheur. Le foot ne fait pas mon bonheur, ce n'est qu'un hobby." "Si tu as peur de perdre, tu ne peux jamais gagner." "Sur le terrain et autour, il y aura bientôt plus d'arbitres que de joueurs. Il faut faire gaffe." "Avec ma façon de travailler, je pourrais être une sensation en Bundesliga."Sport/Foot Magazine