A Neerpede, quand il était encore chez les jeunes, tout le monde n'était pas convaincu des qualités de Lukebakio. " Il avait des partisans et des détracteurs ", dit un employé d'Anderlecht. " Ces derniers disaient qu'il n'avait pas de cervelle. Ce qui est comique, c'est que j'entends maintenant des entraîneurs dire qu'ils ont participé à son évolution alors qu'ils ne croyaient pas du tout en lui. "

Lukebakio perce définitivement en mars dernier, à l'occasion du match des huitièmes de finale de la Youth League, face à Barcelone. Titularisé pour la première fois dans cette compétition, il jouait un rôle important dans la victoire (1-0) obtenue face au club espagnol. Après le match, il se disait que les élèves de La Masia, meilleur centre de formation du monde, n'étaient pas meilleurs que lui.

La récompense tombait en décembre puisqu'on lui proposait de signer un contrat jusqu'en 2020, avec la promesse d'une augmentation de salaire s'il s'imposait en équipe première. Lukebakio se mettait à rêver d'une Lamborghini noire aux vitres teintées mais son entourage avait tôt fait de lui rappeler qu'à ce stade de sa carrière, l'argent était accessoire et qu'il devait surtout jeter les bases de son avenir.

" Je dois dire que Dodi a de l'avance sur le plan de carrière que nous avions établi ", dit Michel Dupont, son agent. " L'objectif était de participer au stage hivernal en Espagne et de monter quelques fois au jeu en 2016. Nous visions surtout les derniers matches des play-offs, si les décisions étaient tombées. "

Il arrive que son manque de maturité joue de temps en temps des tours à Lukebakio. Comme lors du dernier match de poule d'Europa League, contre Qarabag. Pendant 25 minutes, il n'en a pas touché une parce qu'il avait les orteils gelés.

" Ses chaussures étaient trop serrées ", rigole Dupont. " Le sang ne circulait donc pas bien. Je lui ai conseillé, quand il gèle, de n'attacher ses lacets qu'au moment d'aller s'échauffer et de mettre du poivre sur ses pieds. Il est encore jeune mais il doit éviter ce genre de petits accidents. "

Thierry Verjans, ancien entraîneur chez les jeunes mauves et désormais au Standard, pense aussi que Lukebakio a surtout besoin d'être bien encadré. " Un jour, j'ai rencontré Dodi au centre d'entraînement avant une séance photos avec les U21. Il venait de passer dans le noyau A. Il portait des boucles d'oreilles géantes. Je lui ai dit: Vu ta réputation, tu devrais être discret, d'autant que tu vas poser pour la photo.

Il y a une chose dont je ne doute pas: Lukebakio aime Anderlecht. Un jour, je lui ai demandé quel était son rêve et il m'a répondu: Jouer en équipe première d'Anderlecht. Beaucoup de jeunes de son âge auraient parlé de Chelsea, du Bayern ou de Barcelone. Lui, il a dit: Anderlecht. "

Par Alain Eliasy

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Dodi Lukebakio dans votre Sport/Foot Magazine

A Neerpede, quand il était encore chez les jeunes, tout le monde n'était pas convaincu des qualités de Lukebakio. " Il avait des partisans et des détracteurs ", dit un employé d'Anderlecht. " Ces derniers disaient qu'il n'avait pas de cervelle. Ce qui est comique, c'est que j'entends maintenant des entraîneurs dire qu'ils ont participé à son évolution alors qu'ils ne croyaient pas du tout en lui. "Lukebakio perce définitivement en mars dernier, à l'occasion du match des huitièmes de finale de la Youth League, face à Barcelone. Titularisé pour la première fois dans cette compétition, il jouait un rôle important dans la victoire (1-0) obtenue face au club espagnol. Après le match, il se disait que les élèves de La Masia, meilleur centre de formation du monde, n'étaient pas meilleurs que lui.La récompense tombait en décembre puisqu'on lui proposait de signer un contrat jusqu'en 2020, avec la promesse d'une augmentation de salaire s'il s'imposait en équipe première. Lukebakio se mettait à rêver d'une Lamborghini noire aux vitres teintées mais son entourage avait tôt fait de lui rappeler qu'à ce stade de sa carrière, l'argent était accessoire et qu'il devait surtout jeter les bases de son avenir. " Je dois dire que Dodi a de l'avance sur le plan de carrière que nous avions établi ", dit Michel Dupont, son agent. " L'objectif était de participer au stage hivernal en Espagne et de monter quelques fois au jeu en 2016. Nous visions surtout les derniers matches des play-offs, si les décisions étaient tombées. "Il arrive que son manque de maturité joue de temps en temps des tours à Lukebakio. Comme lors du dernier match de poule d'Europa League, contre Qarabag. Pendant 25 minutes, il n'en a pas touché une parce qu'il avait les orteils gelés." Ses chaussures étaient trop serrées ", rigole Dupont. " Le sang ne circulait donc pas bien. Je lui ai conseillé, quand il gèle, de n'attacher ses lacets qu'au moment d'aller s'échauffer et de mettre du poivre sur ses pieds. Il est encore jeune mais il doit éviter ce genre de petits accidents. "Thierry Verjans, ancien entraîneur chez les jeunes mauves et désormais au Standard, pense aussi que Lukebakio a surtout besoin d'être bien encadré. " Un jour, j'ai rencontré Dodi au centre d'entraînement avant une séance photos avec les U21. Il venait de passer dans le noyau A. Il portait des boucles d'oreilles géantes. Je lui ai dit: Vu ta réputation, tu devrais être discret, d'autant que tu vas poser pour la photo. Il y a une chose dont je ne doute pas: Lukebakio aime Anderlecht. Un jour, je lui ai demandé quel était son rêve et il m'a répondu: Jouer en équipe première d'Anderlecht. Beaucoup de jeunes de son âge auraient parlé de Chelsea, du Bayern ou de Barcelone. Lui, il a dit: Anderlecht. "Par Alain EliasyRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Dodi Lukebakio dans votre Sport/Foot Magazine