Lundi, le CIO et le Comité organisateur des JO de Tokyo ont officialisé les nouvelles dates des Jeux, du 23 juillet au 8 août 2021. Ils étaient programmés du 24 juillet au 9 août 2020 avant leur report en raison de la crise sanitaire du coronavirus. Le CIO et son président Thomas Bach ont, dans l'ordre, eu des entretiens avec le Comité d'organisation de Tokyo 2020, puis leur comité exécutif, puis l'ASOIF qui représente notamment les fédérations internationales d'athlétisme, de natation, de gymnastique et bien d'autres. "Nous le savions la nuit dernière", a avoué Francesco Ricci Bitti dans une interview publiée par Associated Press mardi, "et le vote a été unanime de la part des 33 fédérations. Tout le monde était convaincu que c'était la meilleure solution." Des intervenants comme la NBA, la MLB, la ligue de baseball aux Etats-Unis, le golf, ou le tennis ont aussi été déterminants, permettant ainsi de contenter NBC. La semaine dernière, le CIO avait annoncé le report des JO. A commencé ensuite le travail pour s'accorder sur de nouvelles dates. "Nous avons travaillé jour et nuit", poursuit Francesco Ricci Bitti qui peut se targuer, comme ancien patron de la fédération internationale de tennis (ITF), de son expérience du compromis entre l'ATP, la WTA et l'ITF. "Chacun est d'abord venu avec son idée, comme le triathlon et l'équitation qui préféraient que les JO se déroulent plus tôt dans l'année pour éviter la chaleur de l'été. Mais c'est une position qui est devenue vite intenable. Le plus grand problème, c'est la densité du calendrier. Et l'organiser à une autre période engendrait trop de conflits avec d'autres événements. Seules six ou sept fédérations pouvaient garantir la présence de leurs athlètes. Plus tôt dans l'année, cela rentrait en conflit aussi avec des événements comme le Tour de France ou Wimbledon. Mais quand la FINA (la fédération de natation), et World Athletics (la fédération d'athlétisme) ont proposé généreusement de décaler leur championnat du monde de 2021, tous les problèmes étaient pratiquement résolus." Autre point majeur, l'accord avec le diffuseur américain NBC qui pèse près de la moitié des revenus des droits de diffusion pour le CIO. Ces droits de diffusion représentent au total 73% des 5,7 milliards de dollars de revenus pour une olympiade. "Clairement, NBC a été consulté", a ajouté encore Francesco Ricci Bitti. (Belga)

Lundi, le CIO et le Comité organisateur des JO de Tokyo ont officialisé les nouvelles dates des Jeux, du 23 juillet au 8 août 2021. Ils étaient programmés du 24 juillet au 9 août 2020 avant leur report en raison de la crise sanitaire du coronavirus. Le CIO et son président Thomas Bach ont, dans l'ordre, eu des entretiens avec le Comité d'organisation de Tokyo 2020, puis leur comité exécutif, puis l'ASOIF qui représente notamment les fédérations internationales d'athlétisme, de natation, de gymnastique et bien d'autres. "Nous le savions la nuit dernière", a avoué Francesco Ricci Bitti dans une interview publiée par Associated Press mardi, "et le vote a été unanime de la part des 33 fédérations. Tout le monde était convaincu que c'était la meilleure solution." Des intervenants comme la NBA, la MLB, la ligue de baseball aux Etats-Unis, le golf, ou le tennis ont aussi été déterminants, permettant ainsi de contenter NBC. La semaine dernière, le CIO avait annoncé le report des JO. A commencé ensuite le travail pour s'accorder sur de nouvelles dates. "Nous avons travaillé jour et nuit", poursuit Francesco Ricci Bitti qui peut se targuer, comme ancien patron de la fédération internationale de tennis (ITF), de son expérience du compromis entre l'ATP, la WTA et l'ITF. "Chacun est d'abord venu avec son idée, comme le triathlon et l'équitation qui préféraient que les JO se déroulent plus tôt dans l'année pour éviter la chaleur de l'été. Mais c'est une position qui est devenue vite intenable. Le plus grand problème, c'est la densité du calendrier. Et l'organiser à une autre période engendrait trop de conflits avec d'autres événements. Seules six ou sept fédérations pouvaient garantir la présence de leurs athlètes. Plus tôt dans l'année, cela rentrait en conflit aussi avec des événements comme le Tour de France ou Wimbledon. Mais quand la FINA (la fédération de natation), et World Athletics (la fédération d'athlétisme) ont proposé généreusement de décaler leur championnat du monde de 2021, tous les problèmes étaient pratiquement résolus." Autre point majeur, l'accord avec le diffuseur américain NBC qui pèse près de la moitié des revenus des droits de diffusion pour le CIO. Ces droits de diffusion représentent au total 73% des 5,7 milliards de dollars de revenus pour une olympiade. "Clairement, NBC a été consulté", a ajouté encore Francesco Ricci Bitti. (Belga)