"Nous continuons d'innover", précise l'organisateur Christian Prudhomme. "Nous essayons de surprendre avec le parcours mais aussi avec les secondes de bonification lors des neuf premières étapes. Trois, deux et une secondes seront attribuées aux trois premiers coureurs à se classer à un kilomètre donné de la finale." Une innovation qui rappelle le "kilomètre en or" d'application au Tour de Belgique. Ce sprint n'aura pas d'influence sur le classement par points, uniquement sur le classement général. "Cela peut s'avérer intéressant par exemple dans l'étape (la 6e) du Mûr-de-Bretagne que nous passerons à deux reprises (dans la finale). Après le premier passage les attaquants seront encouragés à continuer afin de prendre les bonifications." Par ailleurs, les bonifications de 10, 6 et 4 secondes continueront à être en vigueur à chaque arrivée d'étape (sauf les chronos). Sur indication de l'UCI (Union cycliste Internationale), la réduction du nombre de coureurs dans chaque équipe de 9 à 8, lors des grands tours sera d'application. Il n'y aura que 176 coureurs au départ au lieu de 198. "C'est avant tout une bonne affaire pour la sécurité de la course", estime Prudhomme. La présence de nombreux pavés, 15 secteurs longs entre 500 et 2700 mètres, pour un total de 21,7 km, marque une grosse augmentation en comparaison avec les années antérieures (8,5 en 1989; 3,9 en 2004; 13,2 en 2010; 13 en 2014 et 13,3 en 2015). Il y aura au total 66 km de contre-la-montre: 35 par équipes et 31 individuels sur un tracé accidenté. Il y en avait 36,5 en 2017, tous disputés de manière individuelle (14 dans le prologue et 22,5 la veille de l'arrivée). . (Belga)

"Nous continuons d'innover", précise l'organisateur Christian Prudhomme. "Nous essayons de surprendre avec le parcours mais aussi avec les secondes de bonification lors des neuf premières étapes. Trois, deux et une secondes seront attribuées aux trois premiers coureurs à se classer à un kilomètre donné de la finale." Une innovation qui rappelle le "kilomètre en or" d'application au Tour de Belgique. Ce sprint n'aura pas d'influence sur le classement par points, uniquement sur le classement général. "Cela peut s'avérer intéressant par exemple dans l'étape (la 6e) du Mûr-de-Bretagne que nous passerons à deux reprises (dans la finale). Après le premier passage les attaquants seront encouragés à continuer afin de prendre les bonifications." Par ailleurs, les bonifications de 10, 6 et 4 secondes continueront à être en vigueur à chaque arrivée d'étape (sauf les chronos). Sur indication de l'UCI (Union cycliste Internationale), la réduction du nombre de coureurs dans chaque équipe de 9 à 8, lors des grands tours sera d'application. Il n'y aura que 176 coureurs au départ au lieu de 198. "C'est avant tout une bonne affaire pour la sécurité de la course", estime Prudhomme. La présence de nombreux pavés, 15 secteurs longs entre 500 et 2700 mètres, pour un total de 21,7 km, marque une grosse augmentation en comparaison avec les années antérieures (8,5 en 1989; 3,9 en 2004; 13,2 en 2010; 13 en 2014 et 13,3 en 2015). Il y aura au total 66 km de contre-la-montre: 35 par équipes et 31 individuels sur un tracé accidenté. Il y en avait 36,5 en 2017, tous disputés de manière individuelle (14 dans le prologue et 22,5 la veille de l'arrivée). . (Belga)