La stratégie financière de Buijs

Le FC Malines a passé une semaine de stage à Alkmaar (Pays-Bas). Gazet van Antwerpen s'est entretenu avec le nouvel entraîneur principal Danny Buijs pour faire le point sur la préparation et les deux matches amicaux perdus. L'entraîneur néerlandais devra se passer des services de Vinicius Souza et Hugo Cuypers, partis sous d'autres cieux. De plus, il ne pourra pas non plus compter sur Lucas Bijker et Kerim Mrabti , qui sont tous deux blessés à long terme. Nikola Storm voudrait aussi en profiter pour changer de couleurs. "Je n'essaierai pas de le convaincre de rester à Malines. Cela ne fonctionne pas", affirmait d'ailleurs Buijs, au sujet de son ailier. "Il doit suivre ses envies, même si, en fin de compte, c'est le club qui décide de ce qui va se passer. Je dois dire que je ne vois pas moins d'engagement de sa part malgré la situation. Il se donne à fond tous les jours", poursuit le technicien néerlandais.

"Il y aura de toute façon des changements dans l'équipe", a poursuivi Buijs dans Gazet van Antwerpen. "Mais, j'essaie de garder une certaine continuité dans l'équipe autant que possible".

Danny Buijs ne veut pas garder Nikola Storm contre son gré, même si celui-ci continue de se donner à fond à chaque entraînement., iStock
Danny Buijs ne veut pas garder Nikola Storm contre son gré, même si celui-ci continue de se donner à fond à chaque entraînement. © iStock

Avec une période préparatoire plus courts que d'habitude, Buijs a également peu de temps pour tenter beaucoup d'expériences. "Nous reprenons dans seulement trois semaines. Cela me rend, et d'autres entraîneurs aussi peut-être, nerveux, oui. Normalement, vous disposez de six à sept semaines pour préparer votre équipe. Cette année, c'est seulement cinq. Si je crains un départ difficile ? Tous les scénarii sont possibles. Une fois, j'ai commencé une saison à Groningen avec 4 sur 30. Nous devrons attendre et voir à quelle vitesse les nouveaux arrivants vont pouvoir réellement reprendre le rôle des partants."

Buijs souhaite également lancer des jeunes cette saison. "Ce choix se fera quelques fois au détriment du résultat, mais faire grandir un jeune, ce qui augmente sa valeur marchande, vaut peut-être parfois plus que ces quelques points. Quand j'ai commencé à Groningen, le déficit du club était de 10 millions. En quatre ans, nous avons pu vendre pour 40 millions et le club en récolte aujourd'hui les fruits. Nous voulons appliquer la même stratégie financière à Malines", détaille Danny Buijs.

En attendant, le FC Malines a annoncé ce lundi après-midi la venue d'un nouvel attaquant en la personne de Julien Ngoy. Arrivé en fin de contrat le 30 juin à la KAS Eupen, il a paraphé un contrat de trois ans. Le club de D1A l'a annoncé lundi.

"J'ai un bon sentiment en arrivant ici, je pense pouvoir encore évoluer", a lancé Ngoy. "Je voulais rejoindre un club qui me désirait et j'ai senti que c'était le cas."

L'attaquant de 24 ans a disputé 64 matches avec Eupen ces deux dernières saisons, compilant 11 buts et 4 assists. Après avoir connu plusieurs clubs bruxellois dans sa jeunesse, il a rejoint l'académie du Club de Bruges avant de tenter sa chance pour l'Angleterre, s'engageant à Stoke City en 2013. Passé par les U18 et les U23 des Potters, il a été prêté à Walsall et aux Grasshoppers (Suisse) avant de quitter Stoke pour Eupen à l'été 2020.

"Pouvoir attirer un jeune joueur belge au potentiel de Julien, c'est toujours bien", a estimé le directeur sportif malinois Tom Caluwé. "Il est connu pour sa vitesse et sa polyvalence. Il a du potentiel mais maintenant, c'est à nous de le développer au maximum."

Un Zèbre mature pour son âge

Ken Nkuba a accordé une interview à La Dernière Heure, dont le titre intrigue : "On t'aime pour ce que tu fais, pas pour ce que tu es." L'ailier droit de Charleroi n'est âgé que vingt ans, mais il a déjà beaucoup "souffert". Il a signé son premier contrat professionnel à seize ans avant qu'une grave blessure au genou ne vienne freiner ses ambitions. Il est resté sur la touche pendant... 403 jours, soit plus d'une année complète.

"Cette longue blessure m'a forcément fait prendre du recul sur un certain nombre de choses. J'ai aussi constaté certaines choses", affirme Nkuba à La DH. "Quand vous êtes blessé longtemps, vous faites partie du groupe mais pas tout à fait. Vous êtes là, mais vous ne comptez pas. L'entraîneur ne vous accorde pas beaucoup d'attention car il doit continuer à faire tourner le reste de l'équipe. C'est normal. Il faut l'accepter, car dans le football, c'est ce qui se passe sur le terrain qui compte. Je ne me suis jamais plaint de ne pas être pris en compte. C'est sur le terrain je dois être performant", estime le joueur de 20 ans.

Ken Nkuba avait marqué un joli but contre Malines, mais il ne s'enflamme pas. "Quand vous regardez un vestiaire de foot, vous savez que la moitié de celui-ci aura des problèmes après sa carrière.", iStock
Ken Nkuba avait marqué un joli but contre Malines, mais il ne s'enflamme pas. "Quand vous regardez un vestiaire de foot, vous savez que la moitié de celui-ci aura des problèmes après sa carrière." © iStock

Il a profité des Playoffs pour l'Europe pour s'illustrer avec Charleroi, notamment contre le FC Malines, où il a marqué un beau but. Il ne s'est cependant pas emballé non plus. "Vous passez de moments de solitude à un moment d'euphorie. Quand j'ai vu le battage médiatique autour de mon but, je me suis dit que c'était bien, mais je suis resté calme. Dans le milieu du foot, les gens ne vous aiment pas pour ce que vous êtes mais pour ce que vous faites. C'est normal, mais il faut toujours le garder à l'esprit", pense Nkuba.

L'ailier est d'ailleurs bien conscient que le monde du foot est à part dans la société. "Si vous regardez les statistiques des joueurs après leur carrière, vous avez un gros pourcentage de divorces et 63 % de faillites personnelles. Prenez un vestiaire au hasard et vous savez que plus de la moitié des joueurs qui le composent auront des problèmes plus tard. Mon entourage m'a rapidement fait comprendre cet aspect des choses". Ken Nkuba, un garçon vraiment mature pour son âge.

Deux nouvelles acquisitions pour OHL

Het Nieuwsblad et Gazet van Antwerpen annoncent qu'OH Louvain a recruté deux jeunes internationaux ces dernières heures. Le premier est l'Islandais Jón Dagur Thorsteinsson (23 ans), un ailier qui arrive d'Aarhus GF dans la compétition danoise. Avant de s'engager avec les universitaires, il avait refusé une offre du Standard et avait été aussi cité du côté du FC Malines, du RKC Waalwijk et de Lecce.

l'international marocain Hamza Mendyl n'a joué que 21 rencontres pour le compte de Schalke 04., iStock
l'international marocain Hamza Mendyl n'a joué que 21 rencontres pour le compte de Schalke 04. © iStock

La deuxième acquisition est Hamza Mendyl (24 ans), un arrière gauche de Schalke 04. Celui qui a déjà été international marocain à vingt reprises a déjà effectué ses tests médicaux. Schalke l'avait acheté au LOSC voici quatre ans... pour cinq millions d'euros. Son séjour sous le maillot des Köningsblauen n'a pas été une réussit, loin de là, puisqu'il n'a pu disputer que ... 21 matches. Le club allemand l'a surtout loué à Gaziantep et Dijon. Désormais, c'est à OHL qu'il va tenter de rebondir alors que la Coupe du monde se profile à l'horizon. Il a signé pour trois ans.

Le FC Malines a passé une semaine de stage à Alkmaar (Pays-Bas). Gazet van Antwerpen s'est entretenu avec le nouvel entraîneur principal Danny Buijs pour faire le point sur la préparation et les deux matches amicaux perdus. L'entraîneur néerlandais devra se passer des services de Vinicius Souza et Hugo Cuypers, partis sous d'autres cieux. De plus, il ne pourra pas non plus compter sur Lucas Bijker et Kerim Mrabti , qui sont tous deux blessés à long terme. Nikola Storm voudrait aussi en profiter pour changer de couleurs. "Je n'essaierai pas de le convaincre de rester à Malines. Cela ne fonctionne pas", affirmait d'ailleurs Buijs, au sujet de son ailier. "Il doit suivre ses envies, même si, en fin de compte, c'est le club qui décide de ce qui va se passer. Je dois dire que je ne vois pas moins d'engagement de sa part malgré la situation. Il se donne à fond tous les jours", poursuit le technicien néerlandais."Il y aura de toute façon des changements dans l'équipe", a poursuivi Buijs dans Gazet van Antwerpen. "Mais, j'essaie de garder une certaine continuité dans l'équipe autant que possible".Avec une période préparatoire plus courts que d'habitude, Buijs a également peu de temps pour tenter beaucoup d'expériences. "Nous reprenons dans seulement trois semaines. Cela me rend, et d'autres entraîneurs aussi peut-être, nerveux, oui. Normalement, vous disposez de six à sept semaines pour préparer votre équipe. Cette année, c'est seulement cinq. Si je crains un départ difficile ? Tous les scénarii sont possibles. Une fois, j'ai commencé une saison à Groningen avec 4 sur 30. Nous devrons attendre et voir à quelle vitesse les nouveaux arrivants vont pouvoir réellement reprendre le rôle des partants."Buijs souhaite également lancer des jeunes cette saison. "Ce choix se fera quelques fois au détriment du résultat, mais faire grandir un jeune, ce qui augmente sa valeur marchande, vaut peut-être parfois plus que ces quelques points. Quand j'ai commencé à Groningen, le déficit du club était de 10 millions. En quatre ans, nous avons pu vendre pour 40 millions et le club en récolte aujourd'hui les fruits. Nous voulons appliquer la même stratégie financière à Malines", détaille Danny Buijs.En attendant, le FC Malines a annoncé ce lundi après-midi la venue d'un nouvel attaquant en la personne de Julien Ngoy. Arrivé en fin de contrat le 30 juin à la KAS Eupen, il a paraphé un contrat de trois ans. Le club de D1A l'a annoncé lundi."J'ai un bon sentiment en arrivant ici, je pense pouvoir encore évoluer", a lancé Ngoy. "Je voulais rejoindre un club qui me désirait et j'ai senti que c'était le cas." L'attaquant de 24 ans a disputé 64 matches avec Eupen ces deux dernières saisons, compilant 11 buts et 4 assists. Après avoir connu plusieurs clubs bruxellois dans sa jeunesse, il a rejoint l'académie du Club de Bruges avant de tenter sa chance pour l'Angleterre, s'engageant à Stoke City en 2013. Passé par les U18 et les U23 des Potters, il a été prêté à Walsall et aux Grasshoppers (Suisse) avant de quitter Stoke pour Eupen à l'été 2020."Pouvoir attirer un jeune joueur belge au potentiel de Julien, c'est toujours bien", a estimé le directeur sportif malinois Tom Caluwé. "Il est connu pour sa vitesse et sa polyvalence. Il a du potentiel mais maintenant, c'est à nous de le développer au maximum." Ken Nkuba a accordé une interview à La Dernière Heure, dont le titre intrigue : "On t'aime pour ce que tu fais, pas pour ce que tu es." L'ailier droit de Charleroi n'est âgé que vingt ans, mais il a déjà beaucoup "souffert". Il a signé son premier contrat professionnel à seize ans avant qu'une grave blessure au genou ne vienne freiner ses ambitions. Il est resté sur la touche pendant... 403 jours, soit plus d'une année complète."Cette longue blessure m'a forcément fait prendre du recul sur un certain nombre de choses. J'ai aussi constaté certaines choses", affirme Nkuba à La DH. "Quand vous êtes blessé longtemps, vous faites partie du groupe mais pas tout à fait. Vous êtes là, mais vous ne comptez pas. L'entraîneur ne vous accorde pas beaucoup d'attention car il doit continuer à faire tourner le reste de l'équipe. C'est normal. Il faut l'accepter, car dans le football, c'est ce qui se passe sur le terrain qui compte. Je ne me suis jamais plaint de ne pas être pris en compte. C'est sur le terrain je dois être performant", estime le joueur de 20 ans.Il a profité des Playoffs pour l'Europe pour s'illustrer avec Charleroi, notamment contre le FC Malines, où il a marqué un beau but. Il ne s'est cependant pas emballé non plus. "Vous passez de moments de solitude à un moment d'euphorie. Quand j'ai vu le battage médiatique autour de mon but, je me suis dit que c'était bien, mais je suis resté calme. Dans le milieu du foot, les gens ne vous aiment pas pour ce que vous êtes mais pour ce que vous faites. C'est normal, mais il faut toujours le garder à l'esprit", pense Nkuba.L'ailier est d'ailleurs bien conscient que le monde du foot est à part dans la société. "Si vous regardez les statistiques des joueurs après leur carrière, vous avez un gros pourcentage de divorces et 63 % de faillites personnelles. Prenez un vestiaire au hasard et vous savez que plus de la moitié des joueurs qui le composent auront des problèmes plus tard. Mon entourage m'a rapidement fait comprendre cet aspect des choses". Ken Nkuba, un garçon vraiment mature pour son âge.Het Nieuwsblad et Gazet van Antwerpen annoncent qu'OH Louvain a recruté deux jeunes internationaux ces dernières heures. Le premier est l'Islandais Jón Dagur Thorsteinsson (23 ans), un ailier qui arrive d'Aarhus GF dans la compétition danoise. Avant de s'engager avec les universitaires, il avait refusé une offre du Standard et avait été aussi cité du côté du FC Malines, du RKC Waalwijk et de Lecce.La deuxième acquisition est Hamza Mendyl (24 ans), un arrière gauche de Schalke 04. Celui qui a déjà été international marocain à vingt reprises a déjà effectué ses tests médicaux. Schalke l'avait acheté au LOSC voici quatre ans... pour cinq millions d'euros. Son séjour sous le maillot des Köningsblauen n'a pas été une réussit, loin de là, puisqu'il n'a pu disputer que ... 21 matches. Le club allemand l'a surtout loué à Gaziantep et Dijon. Désormais, c'est à OHL qu'il va tenter de rebondir alors que la Coupe du monde se profile à l'horizon. Il a signé pour trois ans.