Anderlecht en stage de préparation

Les Anderlechtois prendront le bus aujourd'hui pour partir en stage à Horst, où ils resteront jusqu'au 12 juillet. L'objectif de ce séjour aux Pays-Bas est de, comme l'explique La Dernière Heure, peaufiner les derniers réglages pour être prêt pour la reprise de la compétition. En effet, à leur retour, Felice Mazzu et ses hommes n'auront plus que le match de gala contre l'Olympique Lyonnais pour essayer certaines choses. Aux Pays-Bas, Anderlecht jouera aussi deux joutes amicales, mais contre des adversaires plus modestes: les Danois de Nordsjaelland et les Néerlandais d'Helmond Sport.

Lors du match amical contre le Roda JC, remporté 6-0, un certain nombre d'éléments typiques du football de Mazzu étaient déjà visibles sur le terrain : de la verticalité et beaucoup de jeu sans ballon. Le stage aux Pays-Bas aura pour but d'affiner ces nouveaux principes tactiques au sein groupe. Le nouveau T1 mauve veut aussi encourager l'esprit d'équipe au sein de son noyau. A cette fin, une activité, encore à déterminer, sera programmée par le staff bruxellois.

Petit détail amusant : toujours selon La DH, Mazzu aurait préféré résider ailleurs qu'au Parkhotel Horst. En effet, il y a trois ans, c'est là-bas qu'avait commencé son aventure ratée au RC Genk. Un certain nombre de joueurs s'étaient blessés pendant les entraînements. Après ce stage, les problèmes ont commencé pour l'entraîneur. Espérons que ce scénario ne se répétera pas pour le superstitieux Mazzu...

Malick Fofana, le jeune qui monte à La Gantoise

"Il est rapide, très bon balle au pied, est capable de jouer des deux pieds et possède une belle vista."Hein Vanhaezebrouck ne tarit pas d'éloges sur Malick Fofana dans Het Nieuwsblad. Ce joueur est considéré est le dernier grand talent sorti de l'école de jeunes de La Gantoise. Fofana n'a que dix-sept ans et a signé, en janvier, un contrat jusqu'en 2024. S'il n'est pas un Gantois, il est un pur produit du centre de formation. Il est également international belge dans la catégorie des U17 et compte dix sélections au cours desquelles il a marqué à cinq reprises.

Malick Fofana, le jeune qui monte à La Gantoise., iStock
Malick Fofana, le jeune qui monte à La Gantoise. © iStock

"La Guinée voulait également que je les représente, mais j'ai refusé", explique Fofana au Nieuwsblad. "Je possède la double nationalité car mon père est né en Guinée. Il est venu en Belgique à l'âge de seize ans. Ma mère est philippine et a été adoptée en Belgique", détaille le jeune homme. Suivra-t-il bientôt les traces de ses prédécesseurs issus de l'école de jeunes : Benito Raman ou Hannes Van Der Bruggen ? Ou suivra-t-il le (mauvais) exemple des Jinty Caenepeel et Jari Vandeputte, qui ne jouent plus au plus haut niveau. Si cela dépend de Vanhaezebrouck, Malick Fofana pourrait recevoir quelques minutes de jeu prochainement. "Ce n'est pas irréaliste", affirme le T1 des Buffalos. "S'il peut être intégré dans une équipe expérimentée, il n'aura aucun problème d'adaptation. Il a montré de belles choses par moments, mais la route est encore longue.", poursuit Vanhaezebrouck.

"Haroun, nous serons champions"

La prolongation de contrat du vétéran Faris Haroun (36 ans) à l'Antwerp était dans l'air depuis un petit temps, mais n'a été officialisée que dimanche dernier. Ce retard est dû à Marc Overmars, explique le capitaine du Great Old à Gazet van Antwerpen. Le club avait déjà indiqué en janvier qu'il voulait continuer sa route avec moi. Depuis lors, Marc Overmars est arrivé à bord. Il voulait d'abord analyser si je pouvais encore être une valeur ajoutée pour le club. Cela a donc retardé un peu la décision finale de ma prolongation de contrat.

A l'Antwerp, Mark van Bommel veut mettre en place un 4-3-3, avec une pressing élevé et une construction depuis l'arrière. Ce nouveau style est désormais enseigné à l'équipe à l'occasion du stage de préparation en Autriche. Cela signifie que les entraînements sont souvent interrompus régulièrement pour bien expliquer les choses aux joueurs. "Ce n'est pas drôle", explique Haroun. "Je préfère continuer à jouer. Mais pendant cette courte période de préparation, nous devons oublier le système de Brian Priske pour apprendre celui de Mark Van Bommel", poursuit le capitaine anversois.

Faris Haroun rempile à l'Antwerp., iStock
Faris Haroun rempile à l'Antwerp. © iStock

A la fin de la saison, les supporters pourront-ils à nouveau chanter "Haroun Haroun, nous serons champions" ? "Inchallah, par la volonté de Dieu", se contente de répondre le milieu de terrain dans Gazet van Antwerpen. "Grâce à nos transferts, la barre est placée de plus en plus haut. J'espère pouvoir terminer ma carrière de footballeur avec un titre de champion. Si nous pouvons mettre nos adversaires encore plus en difficulté, nous serons proches de cet objectif", pense Haroun.

Quelle que soit le résulat à la fin de la prochaine saison, Haroun semble assuré d'un avenir à l'Antwerp. Le rôle qu'il y jouera n'est pas encore clair. "J'ai plusieurs idées en tête, je suis aussi les cours d'entraîneur. Je ne pense pas à dire au revoir tout de suite. D'abord, je veux gagner un trophée", affirme Faris Haroun.

Les Anderlechtois prendront le bus aujourd'hui pour partir en stage à Horst, où ils resteront jusqu'au 12 juillet. L'objectif de ce séjour aux Pays-Bas est de, comme l'explique La Dernière Heure, peaufiner les derniers réglages pour être prêt pour la reprise de la compétition. En effet, à leur retour, Felice Mazzu et ses hommes n'auront plus que le match de gala contre l'Olympique Lyonnais pour essayer certaines choses. Aux Pays-Bas, Anderlecht jouera aussi deux joutes amicales, mais contre des adversaires plus modestes: les Danois de Nordsjaelland et les Néerlandais d'Helmond Sport.Lors du match amical contre le Roda JC, remporté 6-0, un certain nombre d'éléments typiques du football de Mazzu étaient déjà visibles sur le terrain : de la verticalité et beaucoup de jeu sans ballon. Le stage aux Pays-Bas aura pour but d'affiner ces nouveaux principes tactiques au sein groupe. Le nouveau T1 mauve veut aussi encourager l'esprit d'équipe au sein de son noyau. A cette fin, une activité, encore à déterminer, sera programmée par le staff bruxellois.Petit détail amusant : toujours selon La DH, Mazzu aurait préféré résider ailleurs qu'au Parkhotel Horst. En effet, il y a trois ans, c'est là-bas qu'avait commencé son aventure ratée au RC Genk. Un certain nombre de joueurs s'étaient blessés pendant les entraînements. Après ce stage, les problèmes ont commencé pour l'entraîneur. Espérons que ce scénario ne se répétera pas pour le superstitieux Mazzu..."Il est rapide, très bon balle au pied, est capable de jouer des deux pieds et possède une belle vista."Hein Vanhaezebrouck ne tarit pas d'éloges sur Malick Fofana dans Het Nieuwsblad. Ce joueur est considéré est le dernier grand talent sorti de l'école de jeunes de La Gantoise. Fofana n'a que dix-sept ans et a signé, en janvier, un contrat jusqu'en 2024. S'il n'est pas un Gantois, il est un pur produit du centre de formation. Il est également international belge dans la catégorie des U17 et compte dix sélections au cours desquelles il a marqué à cinq reprises."La Guinée voulait également que je les représente, mais j'ai refusé", explique Fofana au Nieuwsblad. "Je possède la double nationalité car mon père est né en Guinée. Il est venu en Belgique à l'âge de seize ans. Ma mère est philippine et a été adoptée en Belgique", détaille le jeune homme. Suivra-t-il bientôt les traces de ses prédécesseurs issus de l'école de jeunes : Benito Raman ou Hannes Van Der Bruggen ? Ou suivra-t-il le (mauvais) exemple des Jinty Caenepeel et Jari Vandeputte, qui ne jouent plus au plus haut niveau. Si cela dépend de Vanhaezebrouck, Malick Fofana pourrait recevoir quelques minutes de jeu prochainement. "Ce n'est pas irréaliste", affirme le T1 des Buffalos. "S'il peut être intégré dans une équipe expérimentée, il n'aura aucun problème d'adaptation. Il a montré de belles choses par moments, mais la route est encore longue.", poursuit Vanhaezebrouck.La prolongation de contrat du vétéran Faris Haroun (36 ans) à l'Antwerp était dans l'air depuis un petit temps, mais n'a été officialisée que dimanche dernier. Ce retard est dû à Marc Overmars, explique le capitaine du Great Old à Gazet van Antwerpen. Le club avait déjà indiqué en janvier qu'il voulait continuer sa route avec moi. Depuis lors, Marc Overmars est arrivé à bord. Il voulait d'abord analyser si je pouvais encore être une valeur ajoutée pour le club. Cela a donc retardé un peu la décision finale de ma prolongation de contrat.A l'Antwerp, Mark van Bommel veut mettre en place un 4-3-3, avec une pressing élevé et une construction depuis l'arrière. Ce nouveau style est désormais enseigné à l'équipe à l'occasion du stage de préparation en Autriche. Cela signifie que les entraînements sont souvent interrompus régulièrement pour bien expliquer les choses aux joueurs. "Ce n'est pas drôle", explique Haroun. "Je préfère continuer à jouer. Mais pendant cette courte période de préparation, nous devons oublier le système de Brian Priske pour apprendre celui de Mark Van Bommel", poursuit le capitaine anversois.A la fin de la saison, les supporters pourront-ils à nouveau chanter "Haroun Haroun, nous serons champions" ? "Inchallah, par la volonté de Dieu", se contente de répondre le milieu de terrain dans Gazet van Antwerpen. "Grâce à nos transferts, la barre est placée de plus en plus haut. J'espère pouvoir terminer ma carrière de footballeur avec un titre de champion. Si nous pouvons mettre nos adversaires encore plus en difficulté, nous serons proches de cet objectif", pense Haroun.Quelle que soit le résulat à la fin de la prochaine saison, Haroun semble assuré d'un avenir à l'Antwerp. Le rôle qu'il y jouera n'est pas encore clair. "J'ai plusieurs idées en tête, je suis aussi les cours d'entraîneur. Je ne pense pas à dire au revoir tout de suite. D'abord, je veux gagner un trophée", affirme Faris Haroun.