Le nouveau CR7 à Anderlecht

Fabio Silva, le jeune international portugais que Wolverhampton avait transféré pour 40 millions d'euros voici deux ans, sera loué pour les douze prochains mois à Anderlecht. La nouvelle a été confirmée par le club mauve dans la matinée.

Cet attaquant de 19 ans, mesure 1,85 mètre et renforcera la division offensive d'Anderlecht. Pour le moment, elle compte dans ses rangs Sebastiano Esposito, Benito Raman et Mario Stroeykens. Une condition des conditions de son arrivée à Anderlecht était qu'il prolonge son contrat avec les Wolves jusqu'en 2025.

Silva, qui a marqué dans les équipes d'âge de la sélection portugaise, a été surnommé "le nouveau Cristiano Ronaldo". Malgré ses références, le jeune homme éprouve des difficultés à faire son trou en Premier League. Il est donc possible qu'il ait choisi Anderlecht pour relancer sa carrière. Hier, il avait déjà passé ses tests physiques et médicaux pour Anderlecht. La Dernière Heure avait également découvert que Silva suivait déjà Tim Matthys, le nouveau bras droit du PDG Peter Verbeke, sur Instagram.

Un fils à papa à Seraing

Le jeune Sérgio Conceição, 25 ans, fils aîné du père éponyme, a paraphé un contrat d'une saison avec Seraing. Le défenseur a accordé une interview à La DH dans laquelle il raconte que quand son père jouait au Standard, il a passé une partie de sa jeunesse à Liège et a même joué dans les équipes de jeunes des Rouches. "Malheureusement, je n'ai jamais été très régulier pendant ma formation. J'ai dû beaucoup voayger d'un club à l'autre en suivant mon père et je n'ai jamais eu de stabilité. Sur le plan personnel, il était agréable d'accompagner mes parents et mes frères, mais sur le plan professionnel, ce n'était pas idéal. J'ai vécu en Belgique parce que mon père y a joué, alors je ne pensais pas vraiment que je reviendrais ici un jour pour y jouer comme footballeur professionnel", raconte la nouvelle recrue sérésienne.

Il bénéficiait aussi de l'intérêt de certains promus au Portugal, mais "le plus concret était celui que j'ai choisi. Je suis sûr que je vais découvrir d'autres choses dans le championnat belge que ce que j'ai vécu au Portugal", pense Conceição.

null, iStock
null © iStock

Ne craint-il pas que son nom pèse trop en Belgique et qu'il ait plus de pression à cause de cela ? "Je sais très bien ce que cela signifie, mais je peux vous assurer qu'au Portugal, il est encore plus compliqué de porter le nom de Sérgio Conceição. Là-bas, les médias en parlent tous les jours et les projecteurs sont toujours braqués sur notre famille. C'est juste moi, ça ne me dérange plus", explique le jeune défenseur.

Sur le terrain, il a le même caractère que son père et ne le nie pas. "Mon père est mon idole, mais je ne fais rien pour spécialement lui ressembler. Ce caractère est naturel. Je monte sur le terrain avec l'ambition de gagner et j'oublie tout le reste. Je me fiche de ressembler à x ou à y", explique Conceição.

"Comme mon père, je dis tout ce que je pense parce que dans la vie, il faut être honnête et intègre". Voilà qui promet un feu d'artifice au Stade du Pairay.

Pas d'égoïsme à La Gantoise

Hugo Cuypers (25 ans) et Laurent Depoitre (33 ans) ont donné une double interview à Het Laatste Nieuws. Lors de la préparation, ils n'ont joué ensemble sur le terrain que pendant une mi-temps et ce n'était pas pour rien, comme l'explique Depoitre. "L'entraîneur est connu pour ses préparations difficiles. (rires) Et il a de nouveau été à la hauteur de sa réputation. C'était vraiment difficile. À mon âge, cela pèse plus lourd dans le corps. J'ai des douleurs dans le mollet et les adducteurs. Ce ne sont pas des blessures graves, mais quand même. Je ne suis pas encore à 100% et je veux éviter de prendre trop de risques. Je ne jouerai que lorsque je me sentirai en pleine forme", affirme le Tournaisien.

Laurent Depoitre a souffert pendant la préparation et n'est pas encore à 100% physiquement., iStock
Laurent Depoitre a souffert pendant la préparation et n'est pas encore à 100% physiquement. © iStock

Selon Depoitre, le style d'Hugo Cuypers convient bien à La Gantoise. "Il a beaucoup de force, travaille dur et peut courir sans arrêt pendant tout un match. Il se donne vraiment pour le collectif. C'est important, car dans notre système, il n'y a pas de place pour les joueurs égoïstes. Chacun doit courir ses mètres et kilomètres. Hugo est l'attaquant parfait pour cela", juge Depoitre.

Cuypers a été convaincu par le discours d'Hein Vanhaezebrouck et c'est pour cela qu'il s'est engagé avec les Buffalos. "Il m'a fait sentir qu'il me voulait vraiment. Hein peut être convaincant", a-t-il déclaré dans cette interview. Avant d'ajouter : "Vous savez, Hein n'est pas l'homme que le monde extérieur croit qu'il est. Il y a une image négative qui l'entoure. L'image d'un entraîneur dont on se méfie souvent. Mais ce n'est pas comme ça que je le vois", précise la nouvelle recrue offensive gantoise.

Depoitre se montre clair quant aux ambitions de La Gantoise pour cette nouvelle saison : "Nous sommes effectivement obligés d'atteindre le top 4. Nous n'avons pas à autant construire notre équipes que d'autres clubs rivaux. Tout le monde connaît les principes de Vanhaezebrouck. Les nouveaux joueurs comme Hugo s'intègrent rapidement. Tout est en place pour réaliser une bonne saison. Nous avons quelques blessés pour le moment, mais l'équipe sera très forte et compétitive sur le plan physique", conclut celui qui fut l'un des grands artisans du titre de champion de Belgique avec les Buffalos en 2015.

Fabio Silva, le jeune international portugais que Wolverhampton avait transféré pour 40 millions d'euros voici deux ans, sera loué pour les douze prochains mois à Anderlecht. La nouvelle a été confirmée par le club mauve dans la matinée. Cet attaquant de 19 ans, mesure 1,85 mètre et renforcera la division offensive d'Anderlecht. Pour le moment, elle compte dans ses rangs Sebastiano Esposito, Benito Raman et Mario Stroeykens. Une condition des conditions de son arrivée à Anderlecht était qu'il prolonge son contrat avec les Wolves jusqu'en 2025. Silva, qui a marqué dans les équipes d'âge de la sélection portugaise, a été surnommé "le nouveau Cristiano Ronaldo". Malgré ses références, le jeune homme éprouve des difficultés à faire son trou en Premier League. Il est donc possible qu'il ait choisi Anderlecht pour relancer sa carrière. Hier, il avait déjà passé ses tests physiques et médicaux pour Anderlecht. La Dernière Heure avait également découvert que Silva suivait déjà Tim Matthys, le nouveau bras droit du PDG Peter Verbeke, sur Instagram. Le jeune Sérgio Conceição, 25 ans, fils aîné du père éponyme, a paraphé un contrat d'une saison avec Seraing. Le défenseur a accordé une interview à La DH dans laquelle il raconte que quand son père jouait au Standard, il a passé une partie de sa jeunesse à Liège et a même joué dans les équipes de jeunes des Rouches. "Malheureusement, je n'ai jamais été très régulier pendant ma formation. J'ai dû beaucoup voayger d'un club à l'autre en suivant mon père et je n'ai jamais eu de stabilité. Sur le plan personnel, il était agréable d'accompagner mes parents et mes frères, mais sur le plan professionnel, ce n'était pas idéal. J'ai vécu en Belgique parce que mon père y a joué, alors je ne pensais pas vraiment que je reviendrais ici un jour pour y jouer comme footballeur professionnel", raconte la nouvelle recrue sérésienne. Il bénéficiait aussi de l'intérêt de certains promus au Portugal, mais "le plus concret était celui que j'ai choisi. Je suis sûr que je vais découvrir d'autres choses dans le championnat belge que ce que j'ai vécu au Portugal", pense Conceição. Ne craint-il pas que son nom pèse trop en Belgique et qu'il ait plus de pression à cause de cela ? "Je sais très bien ce que cela signifie, mais je peux vous assurer qu'au Portugal, il est encore plus compliqué de porter le nom de Sérgio Conceição. Là-bas, les médias en parlent tous les jours et les projecteurs sont toujours braqués sur notre famille. C'est juste moi, ça ne me dérange plus", explique le jeune défenseur. Sur le terrain, il a le même caractère que son père et ne le nie pas. "Mon père est mon idole, mais je ne fais rien pour spécialement lui ressembler. Ce caractère est naturel. Je monte sur le terrain avec l'ambition de gagner et j'oublie tout le reste. Je me fiche de ressembler à x ou à y", explique Conceição."Comme mon père, je dis tout ce que je pense parce que dans la vie, il faut être honnête et intègre". Voilà qui promet un feu d'artifice au Stade du Pairay.Hugo Cuypers (25 ans) et Laurent Depoitre (33 ans) ont donné une double interview à Het Laatste Nieuws. Lors de la préparation, ils n'ont joué ensemble sur le terrain que pendant une mi-temps et ce n'était pas pour rien, comme l'explique Depoitre. "L'entraîneur est connu pour ses préparations difficiles. (rires) Et il a de nouveau été à la hauteur de sa réputation. C'était vraiment difficile. À mon âge, cela pèse plus lourd dans le corps. J'ai des douleurs dans le mollet et les adducteurs. Ce ne sont pas des blessures graves, mais quand même. Je ne suis pas encore à 100% et je veux éviter de prendre trop de risques. Je ne jouerai que lorsque je me sentirai en pleine forme", affirme le Tournaisien.Selon Depoitre, le style d'Hugo Cuypers convient bien à La Gantoise. "Il a beaucoup de force, travaille dur et peut courir sans arrêt pendant tout un match. Il se donne vraiment pour le collectif. C'est important, car dans notre système, il n'y a pas de place pour les joueurs égoïstes. Chacun doit courir ses mètres et kilomètres. Hugo est l'attaquant parfait pour cela", juge Depoitre.Cuypers a été convaincu par le discours d'Hein Vanhaezebrouck et c'est pour cela qu'il s'est engagé avec les Buffalos. "Il m'a fait sentir qu'il me voulait vraiment. Hein peut être convaincant", a-t-il déclaré dans cette interview. Avant d'ajouter : "Vous savez, Hein n'est pas l'homme que le monde extérieur croit qu'il est. Il y a une image négative qui l'entoure. L'image d'un entraîneur dont on se méfie souvent. Mais ce n'est pas comme ça que je le vois", précise la nouvelle recrue offensive gantoise.Depoitre se montre clair quant aux ambitions de La Gantoise pour cette nouvelle saison : "Nous sommes effectivement obligés d'atteindre le top 4. Nous n'avons pas à autant construire notre équipes que d'autres clubs rivaux. Tout le monde connaît les principes de Vanhaezebrouck. Les nouveaux joueurs comme Hugo s'intègrent rapidement. Tout est en place pour réaliser une bonne saison. Nous avons quelques blessés pour le moment, mais l'équipe sera très forte et compétitive sur le plan physique", conclut celui qui fut l'un des grands artisans du titre de champion de Belgique avec les Buffalos en 2015.