Le club cherche un attaquant

Après avoir engagé les attaquants Ferran Jutgla et Cyle Larin, le FC Bruges cherche toujours à renforcer son secteur offensif. Selon plusieurs journaux, le club aurait jeté son dévolu sur Vedat Muriqi , qui évolue à la Lazio. Seul problème, le Kosovar doit coûter aux environs des 10 millions d'euros, selon les médias italiens.

La Lazio avait en effet dépensé le double pour embrigader l'attaquant de 28 ans, mais il n'est pas jamais parvenu à se mettre en évidence dans la Ville Eternelle. En janvier dernier, il avait été prêté au Real Mallorca, où il a marqué cinq fois. Il avait connu plus de succès dans la Süper Lig turque avant de poser ses valises dans la capitale italienne. A Fenerbahçe lors de la 2019-20, par exemple, il a trouvé le chemin des filets à 17 reprises et a délivré 7 passes décisives.

Vedat Muriqi, ici sous les couleurs de Majorque, est le nouvel attaquant ciblé par le FC Bruges., iStock
Vedat Muriqi, ici sous les couleurs de Majorque, est le nouvel attaquant ciblé par le FC Bruges. © iStock

Pour être capable de payer l'indemnité de transfert de Muriqi, le FC Bruges sera dépendant de la somme qu'il percevra pour un départ de De Ketelaere. Selon Het Laatste Nieuws, le joueur de 21 ans est déjà dans le viseur du Milan AC. L'offre rossonera de 20 millions d'euros n'est cependant pas suffisante pour les Blauw en Zwart et les négociations se poursuivent donc. Bruges a aussi reçu une proposition de 35 millions d'euros de Leeds United, membre de la Premier League, mais ce club n'est pas celui qui plaît le plus à CDK. Le roi Charles ne veut quitter le Club Brugeois que pour "le bon projet".

Selon Mario Innaurato, qui était encore préparateur physique de l'AC Milan en 2017 et qui est désormais analyste chez Eleven Sports, le champion italien serait " une très bonne destination " pour le polyvalent De Ketelaere. "Dans le 4-2-3-1 de Stefano Pioli, il aurait sa place derrière l'attaquant ou sur les flancs. D'autant que Brahim Diaz a quelque peu déçu la saison dernière", déclare Innaurato dans les colonnes de La Dernière Heure.

"Pioli est également l'entraîneur idéal pour CDK. Il travaille très bien avec les jeunes joueurs, il parvient à leur insuffler confiance pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes sur la pelouse", affirme Innaurato. "Il a également la patience que les autres entraîneurs de ce niveau n'ont pas nécessairement avec la jeunesse. Il accepte qu'ils puissent parfois commettre des erreurs, leur donne des conseils et continue à leur donner confiance", a poursuvi celui qui fut aussi le préparateur physique d'Anderlecht et des Diables rouges.

Il est dès lors compréhensible que De Ketelaere soit impatient d'évoluer à l'AC Milan. Le champion italien garde également des contacts chaleureux avec Noa Lang. Le transfert de Loïs Openda à Lens est désormais officiel depuis ce mercredi et le FC Bruges devrait récupérer quelques 10 millions d'euros dans l'opération.

Le problème de Selemani

Le transfert de Faïz Selemani (28 ans) vers Genk a été annulé. Les négociations entre le club limbourgeois et son agent, Fouad Ben Kouider, ont été arrêtées.

Dans La Dernière Heure, le joueur courtraisien explique ce qui a mal tourné dans les négociations. "Genk m'a proposé un salaire qui, selon moi, ne correspondait pas à mon niveau. Il n'y a pas eu de progrès et, à un certain moment, mon agent a décidé de quitter la table des négociations", raconte l'ancien joueur de l'Union Saint-Gilloise.

"Cela ne veut pas dire que les choses sont définitives", estime Selemani. "Je suis convaincu que ce n'est pas encore fini, mais je pense que je mérite plus que ce qu'ils proposent. Je suis le joueur le mieux payé à Courtrai et à Genk je ne demandais pas le même statut", poursuit-il.

Faïz Selemani n'a pas encore trouvé d'accord avec le RC Genk., Getty Images/iStock
Faïz Selemani n'a pas encore trouvé d'accord avec le RC Genk. © Getty Images/iStock

Le responsable du football Dimitri de Condé a réagi à ces propos dans Het Belang van Limburg : "Les négociations ont été rompues en raison d'une combinaison de facteurs. Pour l'instant, nous n'allons pas chercher intensivement des renforts pour cette position.", explique le patron sportif des Limbourgeois. Entre-temps, Selemani a également un "problème" avec son club actuel, qui l'a laissé s'entraîner seul pendant une semaine. "Je dois reparler au club pour faire le point sur ma situation. Je dois commencer à m'entraîner maintenant, sinon je vais perdre trop de temps", affirme Selemani.

Déjà 80 millions d'euros pour le Great Old

Presque chaque jour, l'Antwerp fait parler de lui dans les médias. Aujourd'hui, selon presque tous les médias belges, c'est Paul Gheysens qui va injecter dix millions d'euros supplémentaires dans le club anverois. L'ambitieux président du Great Old et grand patron de Ghelamco montre une fois de plus qu'il a envie de faire du matricule 1 un club de haut niveau.

C'est déjà sa neuvième augmentation de capital depuis son arrivée en 2017. La dernière date de janvier 2022 quand il avait rassemblé près de 22 millions d'euros. Au total, Paul Gheysens a déjà investi plus de 80 millions d'euros de son propre capital dans le club.

Paul Gheysens va encore injecter de l'argent dans l'Antwerp., iStock
Paul Gheysens va encore injecter de l'argent dans l'Antwerp. © iStock

À cela s'ajoutent d'autres financements et investissements par le biais d'autres sociétés. Il suffit de penser à la rénovation du Bosuil. L'économiste sportif Thomas Peeters a trouvé " logique " l'augmentation de capital en janvier. Selon lui, il s'agit d'investissements qui "commenceront à porter leurs fruits dans quelques années", a-t-il déclaré à l'époque à Het Laatste Nieuws.

"L'Antwerp a beaucoup de potentiel. Une fois le nouveau stade achevé, le club devrait être en mesure de réaliser ses ambitions grâce aux fonds qu'il va pouvoir générer." En attendant, Gheysens devra probablement prendre le relais.

Peeters conclut ensuite par une réserve : "En même temps, vous pouvez vous demander s'il est souhaitable qu'un club de football devienne dépendant d'une seule personne."

Après avoir engagé les attaquants Ferran Jutgla et Cyle Larin, le FC Bruges cherche toujours à renforcer son secteur offensif. Selon plusieurs journaux, le club aurait jeté son dévolu sur Vedat Muriqi , qui évolue à la Lazio. Seul problème, le Kosovar doit coûter aux environs des 10 millions d'euros, selon les médias italiens.La Lazio avait en effet dépensé le double pour embrigader l'attaquant de 28 ans, mais il n'est pas jamais parvenu à se mettre en évidence dans la Ville Eternelle. En janvier dernier, il avait été prêté au Real Mallorca, où il a marqué cinq fois. Il avait connu plus de succès dans la Süper Lig turque avant de poser ses valises dans la capitale italienne. A Fenerbahçe lors de la 2019-20, par exemple, il a trouvé le chemin des filets à 17 reprises et a délivré 7 passes décisives.Pour être capable de payer l'indemnité de transfert de Muriqi, le FC Bruges sera dépendant de la somme qu'il percevra pour un départ de De Ketelaere. Selon Het Laatste Nieuws, le joueur de 21 ans est déjà dans le viseur du Milan AC. L'offre rossonera de 20 millions d'euros n'est cependant pas suffisante pour les Blauw en Zwart et les négociations se poursuivent donc. Bruges a aussi reçu une proposition de 35 millions d'euros de Leeds United, membre de la Premier League, mais ce club n'est pas celui qui plaît le plus à CDK. Le roi Charles ne veut quitter le Club Brugeois que pour "le bon projet".Selon Mario Innaurato, qui était encore préparateur physique de l'AC Milan en 2017 et qui est désormais analyste chez Eleven Sports, le champion italien serait " une très bonne destination " pour le polyvalent De Ketelaere. "Dans le 4-2-3-1 de Stefano Pioli, il aurait sa place derrière l'attaquant ou sur les flancs. D'autant que Brahim Diaz a quelque peu déçu la saison dernière", déclare Innaurato dans les colonnes de La Dernière Heure."Pioli est également l'entraîneur idéal pour CDK. Il travaille très bien avec les jeunes joueurs, il parvient à leur insuffler confiance pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes sur la pelouse", affirme Innaurato. "Il a également la patience que les autres entraîneurs de ce niveau n'ont pas nécessairement avec la jeunesse. Il accepte qu'ils puissent parfois commettre des erreurs, leur donne des conseils et continue à leur donner confiance", a poursuvi celui qui fut aussi le préparateur physique d'Anderlecht et des Diables rouges.Il est dès lors compréhensible que De Ketelaere soit impatient d'évoluer à l'AC Milan. Le champion italien garde également des contacts chaleureux avec Noa Lang. Le transfert de Loïs Openda à Lens est désormais officiel depuis ce mercredi et le FC Bruges devrait récupérer quelques 10 millions d'euros dans l'opération.Le transfert de Faïz Selemani (28 ans) vers Genk a été annulé. Les négociations entre le club limbourgeois et son agent, Fouad Ben Kouider, ont été arrêtées.Dans La Dernière Heure, le joueur courtraisien explique ce qui a mal tourné dans les négociations. "Genk m'a proposé un salaire qui, selon moi, ne correspondait pas à mon niveau. Il n'y a pas eu de progrès et, à un certain moment, mon agent a décidé de quitter la table des négociations", raconte l'ancien joueur de l'Union Saint-Gilloise. "Cela ne veut pas dire que les choses sont définitives", estime Selemani. "Je suis convaincu que ce n'est pas encore fini, mais je pense que je mérite plus que ce qu'ils proposent. Je suis le joueur le mieux payé à Courtrai et à Genk je ne demandais pas le même statut", poursuit-il.Le responsable du football Dimitri de Condé a réagi à ces propos dans Het Belang van Limburg : "Les négociations ont été rompues en raison d'une combinaison de facteurs. Pour l'instant, nous n'allons pas chercher intensivement des renforts pour cette position.", explique le patron sportif des Limbourgeois. Entre-temps, Selemani a également un "problème" avec son club actuel, qui l'a laissé s'entraîner seul pendant une semaine. "Je dois reparler au club pour faire le point sur ma situation. Je dois commencer à m'entraîner maintenant, sinon je vais perdre trop de temps", affirme Selemani.Presque chaque jour, l'Antwerp fait parler de lui dans les médias. Aujourd'hui, selon presque tous les médias belges, c'est Paul Gheysens qui va injecter dix millions d'euros supplémentaires dans le club anverois. L'ambitieux président du Great Old et grand patron de Ghelamco montre une fois de plus qu'il a envie de faire du matricule 1 un club de haut niveau.C'est déjà sa neuvième augmentation de capital depuis son arrivée en 2017. La dernière date de janvier 2022 quand il avait rassemblé près de 22 millions d'euros. Au total, Paul Gheysens a déjà investi plus de 80 millions d'euros de son propre capital dans le club.À cela s'ajoutent d'autres financements et investissements par le biais d'autres sociétés. Il suffit de penser à la rénovation du Bosuil. L'économiste sportif Thomas Peeters a trouvé " logique " l'augmentation de capital en janvier. Selon lui, il s'agit d'investissements qui "commenceront à porter leurs fruits dans quelques années", a-t-il déclaré à l'époque à Het Laatste Nieuws."L'Antwerp a beaucoup de potentiel. Une fois le nouveau stade achevé, le club devrait être en mesure de réaliser ses ambitions grâce aux fonds qu'il va pouvoir générer." En attendant, Gheysens devra probablement prendre le relais.Peeters conclut ensuite par une réserve : "En même temps, vous pouvez vous demander s'il est souhaitable qu'un club de football devienne dépendant d'une seule personne."