Les Mondiaux quittent la Flandre-Occidentale, où les contre-la-montre se déroulaient entre Knokke-Heist et Bruges, pour le Brabant flamand. Les juniors, tant les garçons que les filles, resteront en effet à Louvain pour leur course. Les coureurs devront boucler huit tours du circuit de Louvain, pour un total de 121,8 km. A chaque tour, quatre côtes les attendent: le Keizersberg (290 m, moyenne de 6,6 pour-cent avec un maximum à 9 pour-cent), la Decouxlaan (975 m à 2,5 pour-cent avec un maximum à 6 pour-cent), le Wijnpers (360 m à 8 pour-cent de moyenne avec un maximum à 9 pour-cent) et le Sint-Antoniusberg (230m à 5,5 pour-cent avec un maximum à 11 pour-cent). L'arrivée sur la Geldenaaksevest est également en légère montée (750 m à 2,2 pour-cent avec un maximum à 5 pour-cent). La Belgique dispose de plusieurs cartes sur ce parcours. Alec Segaert, champion d'Europe du contre-la-montre, est en confiance après son bronze conquis mardi dans l'épreuve chronométrée. "Nous avons une équipe très forte pour toutes les situations", avait-il d'ailleurs prévenu en conférence de presse après le chrono. Lui-même, futur étudiant de KU Leuven, connaît bien le parcours. Ce tracé pourrait inspirer, Cian Uijtdebroeks, sixième du chrono et qui présente un profil plutôt de grimpeur. En cas d'arrivée au sprint, les regards belges devraient se tourner vers Vlad Van Mechelen. Jelle Harteel et Jente Michels complètent la sélection. Les Belges pourront compter sur le soutien du public, comme a pu le constater Segaert, "poussé par le public dans les derniers kilomètres pour aller chercher le bronze" mardi. La Belgique compte quatre titres dans l'épreuve en ligne des juniors, une course organisée pour la première fois en 1975. Ronny Van Holen (1977), Roger Six (1982), Jasper Stuyven (2009) et Remco Evenepoel (2018) ont remporté le maillot arc-en-ciel de la catégorie. Le palmarès comprend quelques noms bien connus du peloton actuel, comme l'Italien Diego Ulissi (2006 et 2007), le Slovène Matej Mohoric (2012), le Néerlandais Mathieu van der Poel (2013) ou encore l'Américain Quinn Simmons, titré en 2019, la dernière fois que la course a été disputée. L'an passé, les Mondiaux d'Imola n'avaient accueilli que les épreuves élites en raison de la crise sanitaire. (Belga)

Les Mondiaux quittent la Flandre-Occidentale, où les contre-la-montre se déroulaient entre Knokke-Heist et Bruges, pour le Brabant flamand. Les juniors, tant les garçons que les filles, resteront en effet à Louvain pour leur course. Les coureurs devront boucler huit tours du circuit de Louvain, pour un total de 121,8 km. A chaque tour, quatre côtes les attendent: le Keizersberg (290 m, moyenne de 6,6 pour-cent avec un maximum à 9 pour-cent), la Decouxlaan (975 m à 2,5 pour-cent avec un maximum à 6 pour-cent), le Wijnpers (360 m à 8 pour-cent de moyenne avec un maximum à 9 pour-cent) et le Sint-Antoniusberg (230m à 5,5 pour-cent avec un maximum à 11 pour-cent). L'arrivée sur la Geldenaaksevest est également en légère montée (750 m à 2,2 pour-cent avec un maximum à 5 pour-cent). La Belgique dispose de plusieurs cartes sur ce parcours. Alec Segaert, champion d'Europe du contre-la-montre, est en confiance après son bronze conquis mardi dans l'épreuve chronométrée. "Nous avons une équipe très forte pour toutes les situations", avait-il d'ailleurs prévenu en conférence de presse après le chrono. Lui-même, futur étudiant de KU Leuven, connaît bien le parcours. Ce tracé pourrait inspirer, Cian Uijtdebroeks, sixième du chrono et qui présente un profil plutôt de grimpeur. En cas d'arrivée au sprint, les regards belges devraient se tourner vers Vlad Van Mechelen. Jelle Harteel et Jente Michels complètent la sélection. Les Belges pourront compter sur le soutien du public, comme a pu le constater Segaert, "poussé par le public dans les derniers kilomètres pour aller chercher le bronze" mardi. La Belgique compte quatre titres dans l'épreuve en ligne des juniors, une course organisée pour la première fois en 1975. Ronny Van Holen (1977), Roger Six (1982), Jasper Stuyven (2009) et Remco Evenepoel (2018) ont remporté le maillot arc-en-ciel de la catégorie. Le palmarès comprend quelques noms bien connus du peloton actuel, comme l'Italien Diego Ulissi (2006 et 2007), le Slovène Matej Mohoric (2012), le Néerlandais Mathieu van der Poel (2013) ou encore l'Américain Quinn Simmons, titré en 2019, la dernière fois que la course a été disputée. L'an passé, les Mondiaux d'Imola n'avaient accueilli que les épreuves élites en raison de la crise sanitaire. (Belga)