En recevant Genk, Bruges était dos au mur, condamné à faire un gros truc dans un moment clé. Comme Liverpool et Tottenham en Ligue des Champions. À la mi-temps, c'était encore plus compromis. Mais deux éléments ont finalement fait la différence : la force impressionnante du douzième homme et le remplacement d'un Siebe Schrijvers pas dans le coup par Loïs Openda qui a apporté un surplus de vitesse et de profondeur.

Ivan Leko veut croire au titre jusqu'au bout. C'est le discours qu'il a toujours tenu, même quand le Club était loin en cours de phase classique. Même chose pendant l'ensemble des play-offs. Dimanche, le message qu'il tenait à faire passer était clair : Bruges n'est pas inférieur à Genk. Il voulait faire souffrir l'adversaire.

Son équipe n'a pas été très bonne en première mi-temps, Genk non plus. Ce n'était pas le niveau des deux meilleures équipes de Belgique. Des deux côtés, les joueurs offensifs n'arrivaient pas à prendre l'ascendant sur les défenses, ce n'était pas très beau à regarder.

C'est surtout Genk qui était en retrait par rapport à son niveau habituel. Son flanc droit n'était pas dans le match, et Leandro Trossard peinait contre Clinton Mata qui est définitivement la plus belle trouvaille de Leko dans la défense. Du côté brugeois, on ne voyait pas non plus le meilleur Hans Vanaken. Bref, ce n'était pas une mi-temps symbolisant le duel pour le titre de champion.

Dans les cordes comme Liverpool et Tottenham en Ligue des Champions, le Club a subitement retrouvé ses esprits et accéléré. Il y a eu ce quart d'heure de folie qui maintient le suspense pour le titre. Et une nouvelle preuve que dans le sport de haut niveau, le mental peut faire la différence quand les jambes ont du mal. Dans ce domaine-là, les gars du Club ont du répondant.

" Perdre à Bruges, ce n'est finalement que dans la logique des choses. Les joueurs de Genk n'ont aucune raison de paniquer, surtout qu'ils vont terminer par des matches contre des déceptions des play-offs. "

Paradoxalement, les joueurs de Genk en sortent peut-être eux aussi renforcés sur le plan mental. Parce que les dernières minutes du match ont été à leur avantage, et pour le même prix, ils quittaient même Bruges avec un point qui les aurait encore un peu plus rapprochés du titre. Il leur reste deux matches pour mettre la cerise sur le gâteau et ils n'ont pas de raison de douter après cette défaite.

Je n'imagine pas des Genkois fébriles à Anderlecht et contre le Standard. Je les vois mal ne pas prendre les derniers points nécessaires pour être champions. Perdre à Bruges, ce n'est finalement que dans la logique des choses. Le Club mériterait le titre, simplement il y a une équipe qui est encore plus forte. Le parcours de Bruges me fait penser à celui de Liverpool en Premier League. C'est d'un niveau suffisant pour coiffer le titre, avec des statistiques qui sont très bonnes, mais il y avait en Angleterre un Manchester City qui était encore plus impressionnant.

Genk a toujours les cartes en mains. Et puis, les Limbourgeois vont terminer leur parcours par des matches contre des équipes qui continuent à décevoir. Anderlecht vient de montrer une nouvelle fois qu'il restait dans le dur. Son match à l'Antwerp n'a rassuré personne. Après ça, il y aura la réception d'un Standard qui confirme de semaine en semaine son étiquette de déception des play-offs.

Le suspense pourrait durer jusqu'au dernier match mais il ne faut pas paniquer. En tout cas, ce serait marrant qu'Anderlecht fasse une performance contre les Limbourgeois. Ça voudrait peut-être dire que c'est Anderlecht qui maintient les chances de Bruges pour le titre.