La belle histoire cette semaine, c'est celle de l'Olympic de Charleroi. Mais pourtant, tout ne fut pas simple ces dernières années au stade de la Neuville. En proie à de grosses difficultés en 2019 (l'OC filait tout droit vers la faillite !), le club alors détenu par le Turc Adem Sahin, et qui évoluait en D2 ACFF, a fusionné avec Châtelet-Farciennes. Une union qui a abouti à la présence de l'Olympic de Charleroi a un niveau plus en adéquation avec sa réputation : la Division 1 Amateur (aujourd'hui, Nationale 1). Cette année-là, les Carolos ont joué le maintien jusqu'à l'arrêt de la compétition lors du premier confinement. Une véritable bénédiction au vu de la saison. Si les Olympiens avaient connu des débuts encourageants, la suite avait donné quelques sueurs froides à la nouvelle équipe dirigeante en raison des mauvais résultats de début 2020. Les décisions de l'ACFF concernant la clôture du précédent exercice ont soulagé les Dogues, assurés du maintien.

Cette saison, les pensionnaires de La Neuville sont entrés dans une nouvelle ère. L'arrivée de Mohamed Dahmane comme manager sportif a rebattu toutes les cartes : nouvel entraineur avec l'arrivée de Xavier Robert, nouveaux joueurs, mais aussi nouvelles ambitions... Avant l'arrêt de la compétition en octobre dernier, les joueurs du président Patrick Rémy avait pris trois points sur six. Mais le point d'orgue de cet exercice 2020-2021 plus que raboté est bien sûr la victoire acquise cette semaine en Croky Cup face à l'équipe de Francky Dury. Un succès qui leur permet de prolonger leur saison une semaine de plus (l'arrêt des compétitions amateures ayant été décidé il y a quelques semaines). Un soulagement pour le gardien, Tanguy Moriconi : "Si on voulait continuer à s'entrainer et continuer à exercer notre passion, il fallait gagner ce match. On l'a fait avec brio". Une passion que le joueur carolo espère faire perdurer encore quelques semaines supplémentaires en battant Eupen mercredi.

Par Arthur Gosset (st.)

La belle histoire cette semaine, c'est celle de l'Olympic de Charleroi. Mais pourtant, tout ne fut pas simple ces dernières années au stade de la Neuville. En proie à de grosses difficultés en 2019 (l'OC filait tout droit vers la faillite !), le club alors détenu par le Turc Adem Sahin, et qui évoluait en D2 ACFF, a fusionné avec Châtelet-Farciennes. Une union qui a abouti à la présence de l'Olympic de Charleroi a un niveau plus en adéquation avec sa réputation : la Division 1 Amateur (aujourd'hui, Nationale 1). Cette année-là, les Carolos ont joué le maintien jusqu'à l'arrêt de la compétition lors du premier confinement. Une véritable bénédiction au vu de la saison. Si les Olympiens avaient connu des débuts encourageants, la suite avait donné quelques sueurs froides à la nouvelle équipe dirigeante en raison des mauvais résultats de début 2020. Les décisions de l'ACFF concernant la clôture du précédent exercice ont soulagé les Dogues, assurés du maintien. Cette saison, les pensionnaires de La Neuville sont entrés dans une nouvelle ère. L'arrivée de Mohamed Dahmane comme manager sportif a rebattu toutes les cartes : nouvel entraineur avec l'arrivée de Xavier Robert, nouveaux joueurs, mais aussi nouvelles ambitions... Avant l'arrêt de la compétition en octobre dernier, les joueurs du président Patrick Rémy avait pris trois points sur six. Mais le point d'orgue de cet exercice 2020-2021 plus que raboté est bien sûr la victoire acquise cette semaine en Croky Cup face à l'équipe de Francky Dury. Un succès qui leur permet de prolonger leur saison une semaine de plus (l'arrêt des compétitions amateures ayant été décidé il y a quelques semaines). Un soulagement pour le gardien, Tanguy Moriconi : "Si on voulait continuer à s'entrainer et continuer à exercer notre passion, il fallait gagner ce match. On l'a fait avec brio". Une passion que le joueur carolo espère faire perdurer encore quelques semaines supplémentaires en battant Eupen mercredi.Par Arthur Gosset (st.)