"La fédération croate de football voudrait présenter ses excuses aux spectateurs de Saint-Etienne, aux téléspectateurs, et à l'équipe nationale tchèque, pour le comportement des hooligans, qui ne sont pas représentatifs des supporters croates mais relèvent bien d'une responsabilité que nous partageons tous en Croatie". Tout en rappelant condamner "fermement tout comportement illégal en tribunes, du racisme à la discrimination et la violence", la fédération indique également avoir prévenu les organisateurs. "En préparation pour ce match, la fédération a fait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter de tels incidents, et a prévenu l'UEFA et la police française des intentions des hooligans d'interrompre le match". Mais c'est l'Etat croate qui est surtout pointé du doigt: "L'inefficacité, l'inactivité, et le manque de désir des institutions gouvernementales de s'attaquer à ce problème a encouragé les hooligans à poursuivre leurs actions", fustige le comité exécutif de la fédération croate de football. "L'incident de Saint-Etienne est le résultat de la passivité de l'Etat". L'UEFA a quant à elle confirmé samedi qu'une procédure disciplinaire a été entamée à l'encontre de la Croatie au sujet des perturbations au stade de Saint-Etienne. L'organe de contrôle, d'éthique et de discipline de l'UEFA traitera le dossier lundi (20 juin), a indiqué l'UEFA, qui examinera quatre éléments à charge de la Croatie: l'utilisation de fumigènes, le jet de projectiles, la perturbation de l'assistance et des comportements racistes. (Belga)

"La fédération croate de football voudrait présenter ses excuses aux spectateurs de Saint-Etienne, aux téléspectateurs, et à l'équipe nationale tchèque, pour le comportement des hooligans, qui ne sont pas représentatifs des supporters croates mais relèvent bien d'une responsabilité que nous partageons tous en Croatie". Tout en rappelant condamner "fermement tout comportement illégal en tribunes, du racisme à la discrimination et la violence", la fédération indique également avoir prévenu les organisateurs. "En préparation pour ce match, la fédération a fait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter de tels incidents, et a prévenu l'UEFA et la police française des intentions des hooligans d'interrompre le match". Mais c'est l'Etat croate qui est surtout pointé du doigt: "L'inefficacité, l'inactivité, et le manque de désir des institutions gouvernementales de s'attaquer à ce problème a encouragé les hooligans à poursuivre leurs actions", fustige le comité exécutif de la fédération croate de football. "L'incident de Saint-Etienne est le résultat de la passivité de l'Etat". L'UEFA a quant à elle confirmé samedi qu'une procédure disciplinaire a été entamée à l'encontre de la Croatie au sujet des perturbations au stade de Saint-Etienne. L'organe de contrôle, d'éthique et de discipline de l'UEFA traitera le dossier lundi (20 juin), a indiqué l'UEFA, qui examinera quatre éléments à charge de la Croatie: l'utilisation de fumigènes, le jet de projectiles, la perturbation de l'assistance et des comportements racistes. (Belga)