Relégué sportivement au terme de la dernière saison de Ligue 1, les Girondins avaient été rétrogradés administrativement encore un échelon plus bas, en National, par la DNCG le 14 juin, moins d'un an après l'arrivée de Gérard Lopez aux commandes d'un club alors déjà menacé d'une rétrogradation administrative en Ligue 2, aux côtés des créanciers américains King Street et Fortress. Le club affirme avoir présenté un "projet considéré par tous les professionnels comme solide et qui répond point par point aux attentes exprimées par la commission en première instance", pour un financement total de plus de 40 millions d'euros. Mais la commission d'appel n'a pas repêché le club six fois champion de France. La décision de la Commission d'appel de la FFF "met en péril la survie du club", regrette Bordeaux dans un communiqué. "Cette décision injuste est inacceptable et incompréhensible", a réagi Gérard Lopez. "Je le dis très clairement ce soir aux supporters, aux Bordelais, et à tous ceux qui ont le sang marine et blanc : je me battrai jusqu'au bout et c'est la raison pour laquelle, nous avons décidé d'exercer un recours contre cette décision inique." Lopez est également le propriétaire de l'Excel Mouscron, déclaré en faillite fin mai. (Belga)

Relégué sportivement au terme de la dernière saison de Ligue 1, les Girondins avaient été rétrogradés administrativement encore un échelon plus bas, en National, par la DNCG le 14 juin, moins d'un an après l'arrivée de Gérard Lopez aux commandes d'un club alors déjà menacé d'une rétrogradation administrative en Ligue 2, aux côtés des créanciers américains King Street et Fortress. Le club affirme avoir présenté un "projet considéré par tous les professionnels comme solide et qui répond point par point aux attentes exprimées par la commission en première instance", pour un financement total de plus de 40 millions d'euros. Mais la commission d'appel n'a pas repêché le club six fois champion de France. La décision de la Commission d'appel de la FFF "met en péril la survie du club", regrette Bordeaux dans un communiqué. "Cette décision injuste est inacceptable et incompréhensible", a réagi Gérard Lopez. "Je le dis très clairement ce soir aux supporters, aux Bordelais, et à tous ceux qui ont le sang marine et blanc : je me battrai jusqu'au bout et c'est la raison pour laquelle, nous avons décidé d'exercer un recours contre cette décision inique." Lopez est également le propriétaire de l'Excel Mouscron, déclaré en faillite fin mai. (Belga)