Relégué sportivement au terme de la dernière saison de Ligue 1, Bordeaux avait été rétrogradé administrativement encore un échelon plus bas, en National, par la Direction nationale du contrôle de gestion des clubs professionnels (DNCG) le 14 juin, moins d'un an après l'arrivée de Gérard Lopez aux commandes d'un club alors déjà menacé d'une rétrogradation administrative en Ligue 2, aux côtés des créanciers américains King Street et Fortress. Une décision confirmée le 5 juillet par la Commission d'appel de la FFF. Le club avait alors porté l'affaire devant le Comité national olympique et sportif français. Celui-ci avait observé que l'ensemble des engagements pris par le club avaient été homologués par le tribunal de commerce de Bordeaux. Ces engagements portaient notamment sur l'abandon de 75 % de la dette dus aux créanciers King Street et Fortress (de 53 millions d'euros à 13,5 millions d'euros), et la mise sous séquestre, en garantie de trésorerie, de 24 millions d'euros (dont 10 en augmentation de capital et 14 en ventes de joueurs) par Jogo Bonito, une holding de Gerard Lopez. La vente de Sékou Mara à Southampton pour 11 millions d'euros (hors bonus) a notamment aidé à atteindre cet objectif. Le comité exécutif demande désormais à la DNCG de convoquer Bordeaux "pour juger de toute mesure immédiate de suivi et de contrôle à son encontre" et "d'exercer un contrôle financier renforcé et régulier du club durant la saison 2022-2023" Les Girondins peuvent à présent se concentrer sur le championnat de Ligue 2 avec un premier match prévu dès samedi contre Valenciennes. (Belga)

Relégué sportivement au terme de la dernière saison de Ligue 1, Bordeaux avait été rétrogradé administrativement encore un échelon plus bas, en National, par la Direction nationale du contrôle de gestion des clubs professionnels (DNCG) le 14 juin, moins d'un an après l'arrivée de Gérard Lopez aux commandes d'un club alors déjà menacé d'une rétrogradation administrative en Ligue 2, aux côtés des créanciers américains King Street et Fortress. Une décision confirmée le 5 juillet par la Commission d'appel de la FFF. Le club avait alors porté l'affaire devant le Comité national olympique et sportif français. Celui-ci avait observé que l'ensemble des engagements pris par le club avaient été homologués par le tribunal de commerce de Bordeaux. Ces engagements portaient notamment sur l'abandon de 75 % de la dette dus aux créanciers King Street et Fortress (de 53 millions d'euros à 13,5 millions d'euros), et la mise sous séquestre, en garantie de trésorerie, de 24 millions d'euros (dont 10 en augmentation de capital et 14 en ventes de joueurs) par Jogo Bonito, une holding de Gerard Lopez. La vente de Sékou Mara à Southampton pour 11 millions d'euros (hors bonus) a notamment aidé à atteindre cet objectif. Le comité exécutif demande désormais à la DNCG de convoquer Bordeaux "pour juger de toute mesure immédiate de suivi et de contrôle à son encontre" et "d'exercer un contrôle financier renforcé et régulier du club durant la saison 2022-2023" Les Girondins peuvent à présent se concentrer sur le championnat de Ligue 2 avec un premier match prévu dès samedi contre Valenciennes. (Belga)