La saison est terminée en Belgique et les prochaines semaines seront marquées par de nombreux changements d'entraîneurs.

JACQUES SYS:"Cela fait quelques années que cela dure. La stabilité ne semble pas encore de mise dans notre compétition. Si l'on prend les dix-huit clubs qui ont débuté le championnat la saison dernière, il n'en reste que six qui devraient commencer le prochain exercice avec le même entraîneur. Et puis je suppose que Vincent Kompany reste à Anderlecht, ce qui n'est apparemment pas certain. On parle de lui à Burnley, qui vient d'être relégué de Premier League et au VfL Wolfsburg*. On ne pourrait pas vraiment appeler cela un pas en avant. On entend parfois dire que les footballeurs ne sont pas capables de savoir à quel moment ils sont en mesure de franchir un palier dans leur carrière, mais cela vaut également pour les entraîneurs. Kompany est en train de mûrir, on ne peut pas dire qu'il ait laissé une impression incroyable pendant ces deux années à la tête d'Anderlecht, même s'il y a évidemment eu des progrès. Mais la plupart des gens s'attendaient à plus quand il a repris l'équipe en main."

*Niko Kovac a été nommé à la tête de Wolfsburg depuis

Une nomination d'entraîneur surprenante pourrait être celle de Mark van Bommel à l'Antwerp.

SYS:"Si cela se réalise, l'Antwerp aura pris un très gros risque. Il est étrange que le nom de Van Bommel ait également circulé à Genk, alors qu'il n'a pas encore fait ses preuves en tant qu'entraîneur. Plus fort encore, il a été licencié du PSV après une première bonne saison et à Wolfsburg, l'aventure s'est arrêtée au bout de trois petits mois. Il n'a pas été en mesure de faire adhérer ses joueurs au football dominant qu'il souhaitait mettre en place et il a éprouvé des difficultés à faire passer son message. Au PSV aussi, son discours aurait été superficiel selon certains observateurs. Je suppose qu'ils connaissent ces éléments au Great Old. Marc Overmars, le nouveau directeur sportif, connaît bien Van Bommel et, en tant que nouvel arrivant, il ne peut pas se permettre de prendre un entraîneur qui ne sera pas à la hauteur. Pourtant, il y a des doutes. Mais d'autre part, on ne peut pas douter du fait qu' Overmars connaisse le football. Après le titre de l'Ajax, il était interpellant d'entendre l'entraîneur Erik ten Hag déclarer qu'il avait façonné l'équipe grâce à l'aide d'Overmars."

Hein Vanhaezebrouck trinque avec Ivan De Witte et Michel Louwagie. Le coach à succès de La Gantoise va rester deux années de plus à la barre., iStock
Hein Vanhaezebrouck trinque avec Ivan De Witte et Michel Louwagie. Le coach à succès de La Gantoise va rester deux années de plus à la barre. © iStock

Du côté de La Gantoise, on a opté pour la continuité. Hein Vanhaezebrouck a prolongé son bail pour deux années supplémentaires.

SYS: "Je pense que Vanhaezebrouck est très heureux de cette prolongation, également pour des raisons familiales. Il a aussi certainement eu peu d'autres possibilités. Ivan De Witte et Michel Louwagie resteront également à bord, mais on ne peut pas appeler cela une surprise. De Witte soufflera ses 75 bougies le mois prochain et, en homme intelligent qu'il est, il sait qu'il faut apporter du sang neuf au club, mais il ne peut pas le lâcher comme cela. On peut tirer le même constat pour Michel Louwagie, qui avait déjà annoncé sa retraite à deux reprises, mais qui est à chaque fois revenu sur sa décision. Bien sûr, il n'est pas interdit de vouloir continuer, mais il faut éviter de trop souvent parler de retraite dans ce cas. D'autre part, il existe une structure claire à KAA Gent. Cela aura sans doute joué dans le choix de Vanhaezebrouck. Il sait ce qu'il a avec De Witte et Louwagie. Et aussi ce qu'il n'a pas en eux. L'inverse est également vrai, bien sûr. Un mariage de raison en quelque sorte.

JACQUES SYS:"Cela fait quelques années que cela dure. La stabilité ne semble pas encore de mise dans notre compétition. Si l'on prend les dix-huit clubs qui ont débuté le championnat la saison dernière, il n'en reste que six qui devraient commencer le prochain exercice avec le même entraîneur. Et puis je suppose que Vincent Kompany reste à Anderlecht, ce qui n'est apparemment pas certain. On parle de lui à Burnley, qui vient d'être relégué de Premier League et au VfL Wolfsburg*. On ne pourrait pas vraiment appeler cela un pas en avant. On entend parfois dire que les footballeurs ne sont pas capables de savoir à quel moment ils sont en mesure de franchir un palier dans leur carrière, mais cela vaut également pour les entraîneurs. Kompany est en train de mûrir, on ne peut pas dire qu'il ait laissé une impression incroyable pendant ces deux années à la tête d'Anderlecht, même s'il y a évidemment eu des progrès. Mais la plupart des gens s'attendaient à plus quand il a repris l'équipe en main."*Niko Kovac a été nommé à la tête de Wolfsburg depuisSYS:"Si cela se réalise, l'Antwerp aura pris un très gros risque. Il est étrange que le nom de Van Bommel ait également circulé à Genk, alors qu'il n'a pas encore fait ses preuves en tant qu'entraîneur. Plus fort encore, il a été licencié du PSV après une première bonne saison et à Wolfsburg, l'aventure s'est arrêtée au bout de trois petits mois. Il n'a pas été en mesure de faire adhérer ses joueurs au football dominant qu'il souhaitait mettre en place et il a éprouvé des difficultés à faire passer son message. Au PSV aussi, son discours aurait été superficiel selon certains observateurs. Je suppose qu'ils connaissent ces éléments au Great Old. Marc Overmars, le nouveau directeur sportif, connaît bien Van Bommel et, en tant que nouvel arrivant, il ne peut pas se permettre de prendre un entraîneur qui ne sera pas à la hauteur. Pourtant, il y a des doutes. Mais d'autre part, on ne peut pas douter du fait qu' Overmars connaisse le football. Après le titre de l'Ajax, il était interpellant d'entendre l'entraîneur Erik ten Hag déclarer qu'il avait façonné l'équipe grâce à l'aide d'Overmars."SYS: "Je pense que Vanhaezebrouck est très heureux de cette prolongation, également pour des raisons familiales. Il a aussi certainement eu peu d'autres possibilités. Ivan De Witte et Michel Louwagie resteront également à bord, mais on ne peut pas appeler cela une surprise. De Witte soufflera ses 75 bougies le mois prochain et, en homme intelligent qu'il est, il sait qu'il faut apporter du sang neuf au club, mais il ne peut pas le lâcher comme cela. On peut tirer le même constat pour Michel Louwagie, qui avait déjà annoncé sa retraite à deux reprises, mais qui est à chaque fois revenu sur sa décision. Bien sûr, il n'est pas interdit de vouloir continuer, mais il faut éviter de trop souvent parler de retraite dans ce cas. D'autre part, il existe une structure claire à KAA Gent. Cela aura sans doute joué dans le choix de Vanhaezebrouck. Il sait ce qu'il a avec De Witte et Louwagie. Et aussi ce qu'il n'a pas en eux. L'inverse est également vrai, bien sûr. Un mariage de raison en quelque sorte.