Malgré ses échecs successifs à Chelsea et au FC Séville, Marko Marin continuait à attirer les convoitises en ce début de saison. La Fiorentina le voulait. Du moins son président, Mario Cognigni. Sans même consulter son coach Vincenzo Montella, le boss de la Fio négocie directement avec Fali Ramadani, un des représentants du joueur. Et après la Bundesliga, la Premier League et la Liga, Marko Marin a découvert l'été dernier la Serie A, où il a retrouvé son compatriote Mario Gomez. Mais une fois de plus, cela ne s'est pas bien passé pour lui. Alors que le milieu de la Viola est décimé par les blessures, il n'arrive pas à se trouver une place de titulaire. Il ne fera que quatre apparitions, toutes en Ligue Europa, et malgré ses deux buts, ne cumulera que 187 petites minutes de temps de jeu. Montella n'en veut pas, même s'il ne développe aucune animosité envers Marin. "Il n'y a eu aucun problème personnel, je fais jouer ceux que je considère comme étant les plus adaptés à la Fiorentina, c'est un bon joueur et un pro exemplaire. Malheureusement, ça n'a pas été possible de le faire jouer plus, mais je lui souhaite le meilleur car c'est un grand talent. On avait également l'exigence d'intégrer un joueur italien et c'est pour ça que Diamanti est arrivé".

Par Ali Farhat

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Marko Marin dans votre Sport/Foot Magazine

Malgré ses échecs successifs à Chelsea et au FC Séville, Marko Marin continuait à attirer les convoitises en ce début de saison. La Fiorentina le voulait. Du moins son président, Mario Cognigni. Sans même consulter son coach Vincenzo Montella, le boss de la Fio négocie directement avec Fali Ramadani, un des représentants du joueur. Et après la Bundesliga, la Premier League et la Liga, Marko Marin a découvert l'été dernier la Serie A, où il a retrouvé son compatriote Mario Gomez. Mais une fois de plus, cela ne s'est pas bien passé pour lui. Alors que le milieu de la Viola est décimé par les blessures, il n'arrive pas à se trouver une place de titulaire. Il ne fera que quatre apparitions, toutes en Ligue Europa, et malgré ses deux buts, ne cumulera que 187 petites minutes de temps de jeu. Montella n'en veut pas, même s'il ne développe aucune animosité envers Marin. "Il n'y a eu aucun problème personnel, je fais jouer ceux que je considère comme étant les plus adaptés à la Fiorentina, c'est un bon joueur et un pro exemplaire. Malheureusement, ça n'a pas été possible de le faire jouer plus, mais je lui souhaite le meilleur car c'est un grand talent. On avait également l'exigence d'intégrer un joueur italien et c'est pour ça que Diamanti est arrivé". Par Ali FarhatRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Marko Marin dans votre Sport/Foot Magazine