20 millions de ce montant constituent des amortissements et sont par conséquent étalés sur plusieurs saisons (investissements dans l'équipe féminine, dépenses pour le centre de Neerpede, les licenciements, les nouveaux contrats des jeunes...) tandis que le déficit d'exploitation passe, pour sa part, de 5,2 millions à 4 millions.

"Si les pertes de l'année passée étaient difficilement imputables à la gestion de Marc Coucke, étant donné qu'il n'avait oeuvré que deux mois à la tête du club, son premier exercice complet est donc bien dans le rouge. Pas étonnant vu les dépenses (les licenciements onéreux d'Hein Vanhaezebrouck, Luc Devroe et Fred Rutten ou les efforts salariaux effectués pour attirer Frank Arnesen et Pär Zetterberg) et le manque de rentrées (à part l'option d'achat levée dans le transfert de Dendoncker)", selon la presse.

"Marc Coucke, par une gestion parfois impulsive (les 8 millions pour Sanneh, un joueur aujourd'hui prêté) et une envie de redresser la situation sportive de son club, n'a fait que creuser le trou", complètent les journaux.

Officiellement, les comptes du RSCA ne seront dévoilés par la banque nationale que d'ici un mois.