"A la DBU (la fédération danoise de football) et dans les fédérations nordiques, nous avons une vision très ambitieuse pour le développement du football féminin (...). Nous sommes convaincus qu'un accueil nordique du Championnat d'Europe 2025 sera fantastique pour le football féminin - pour les fans, les joueuses, les parties prenantes et l'UEFA", a assuré le patron du foot danois, Jesper Møller, cité dans un communiqué. Les fédérations nordiques - Danemark, Finlande, îles Féroé, Islande, Norvège et Suède - réfléchissaient depuis 2018 a l'organisation d'une compétition internationale mais cette candidature ne concerne finalement que les trois pays scandinaves et la Finlande. "Les pays nordiques se sont engagés à organiser un événement de premier ordre qui promeut les valeurs d'égalité, fait progresser le football, renforce la participation et laisse un héritage durable dans les pays nordiques et dans toute l'Europe", a mis en avant la fédération suédoise dans un communiqué. Cette année, parmi les 20 joueuses en lice pour le Ballon d'Or, dont le premier avait été attribué à la Danoise Pernille Harder, deux sont Danoises et une Suédoise. Aux Jeux olympiques de Tokyo cet été, les Suédoises s'étaient inclinées en finale aux tirs au but devant le Canada. (Belga)

"A la DBU (la fédération danoise de football) et dans les fédérations nordiques, nous avons une vision très ambitieuse pour le développement du football féminin (...). Nous sommes convaincus qu'un accueil nordique du Championnat d'Europe 2025 sera fantastique pour le football féminin - pour les fans, les joueuses, les parties prenantes et l'UEFA", a assuré le patron du foot danois, Jesper Møller, cité dans un communiqué. Les fédérations nordiques - Danemark, Finlande, îles Féroé, Islande, Norvège et Suède - réfléchissaient depuis 2018 a l'organisation d'une compétition internationale mais cette candidature ne concerne finalement que les trois pays scandinaves et la Finlande. "Les pays nordiques se sont engagés à organiser un événement de premier ordre qui promeut les valeurs d'égalité, fait progresser le football, renforce la participation et laisse un héritage durable dans les pays nordiques et dans toute l'Europe", a mis en avant la fédération suédoise dans un communiqué. Cette année, parmi les 20 joueuses en lice pour le Ballon d'Or, dont le premier avait été attribué à la Danoise Pernille Harder, deux sont Danoises et une Suédoise. Aux Jeux olympiques de Tokyo cet été, les Suédoises s'étaient inclinées en finale aux tirs au but devant le Canada. (Belga)